Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 26 août 2007

Une élection sans surprise


L'élection sénatoriale partielle provoquée par la démission au début du mois de juillet de Maurice Blin vient de se dérouler. Sans surprise, c'est Marc Laménie qui bénéficiait du statut "d'héritier" désigné et de l'investiture officielle de l'UMP qui l'a emporté. Cependant, par delà la chronique de cette élection programmée, la fédération MRC-08 constate 3 éléments:
- le scrutin mis en place à une époque où il fallait récompenser les conservateurs les moins rétrogrades pour leur ralliement à la République a encore une fois parfaitement joué son rôle. La surreprésentation des campagnes n'a laissé aucune chance à la Gauche de l'emporter.
- le remplacement d'un sénateur centriste par un membre de l'UMP est un non évènement. Maurice Blin avait toujours soutenu la politique du gouvernement depuis 2002, Marc Laménie fera de même. La seule différence est que la situation sera plus claire.
- le report des voix entre les 2 tours s'est mal effectué à Droite, ce qui prouve que le choc des ego voire des ambitions entre les candidats de l'UMP a laissé des traces. Cette situation pourrait ouvrir des perspectives intéressantes lors des sénatoriales de l'an prochain.

La séquence électorale très chargée de 2007 est maintenant terminée. 2008 sera une année tout aussi riche en élections. Locales cette fois, elles conviendront mieux au MRC-08 qui veillera à y prendre toute sa place.


samedi 25 août 2007

Rivéa: le déficit se précise


Le 09 août, quelques jours après le premier anniversaire de son ouverture, Rivéa, le centre aqualudique de Givet, accueillait son 100.000ème visiteur payant. Hourra, fantastique, extraordinaire, s'écrièrent alors les dirigeants de la communauté de communes Ardennes Rives de Meuse parfaitement relayés par la presse locale. La démonstration était faite du succès, que disons-nous, du triomphe de cet équipement sportif à vocation touristique. Les difficultés économiques de la Pointe ne seraient bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Quant aux sceptiques qui doutaient de l'intérêt de cet investissement de 11.201.009 euros, ils étaient priés de se taire ou de rejoindre le choeur des émerveillés.

Face à cette euphorie générale, le MRC-08 a toujours fait preuve de la plus grande prudence. Pourquoi? Parce que nous savons que la vraie lumière n'est pas celle du vitrail. Tout ce qui brille n'est pas d'or! Ce n'est pas la première ligne d'un compte de résultats qui est capitale, mais la dernière. La fréquentation est une chose importante, si elle est bonne tant mieux, mais ce n'est pas l'indicateur le plus pertinent pour juger de la rentabilité financière d'un investissement. Ce qu'il faut regarder, c'est le résultat net, la ligne qui se trouve tout en bas du compte de résultats. Et là, les inquiétudes que nous avons toujours eues se confirment puisque dans "l'Ardennais" de hier, Samuel Ribeiro, attaché territorial à la communauté de communes Ardennes Rives de Meuse, affirmait penser "que les 100.000 entrées payantes permettront d'être en dessous des 450.000 euros de déficit". Vous avez bien lu, c'est un déficit qui est prévu! Ou plutôt un trou, un gouffre qu'on voudrait nous faire passer pour une réussite.

Au MRC-08, nous ne sommes pas dupes de cette situation et nous la condamnons avec la plus grande fermeté. Nous constatons aussi que lorsque le Manège, la salle de spectacles de Givet, présente un déficit de 22.000 euros, il doit prendre dans les meilleurs délais des mesures pour retrouver l'équilibre financier, quitte à supprimer les projections les lundis et mardis. Entre les loisirs culturels et les loisirs sportifs, le choix a de toute évidence été fait. Est-ce le bon? A chacun de juger...

lundi 20 août 2007

Une amnésie bien commode


Dimanche prochain, suite à la démission de Maurice Blin, une élection sénatoriale partielle aura lieu dans les Ardennes. A cette occasion, plusieurs candidats solliciteront les suffrages des 971 grands électeurs qui ont été désignés par les conseils municipaux. A droite, outre Marc Laménie qui se présente ouvertement comme l'héritier de Maurice Blin, il y aura Michel Daval qui peut espérer en tant que président de l'association des maires des Ardennes rassembler les voix des petites communes et Michel Marchet dont la tâche s'annonce plus difficile. A gauche, le Parti Socialiste présentera Jean-Paul Bachy, président du Conseil régional et de la communauté de communes du Pays Sedanais, et le Parti Communiste Sylvain Dalla Rosa, conseiller régional et maire adjoint de Charleville-Mézières. Quant au Front National, il sera représenté par son conseiller régional Eric Samyn.

Pour pallier à toute éventualité, chacun des candidats a dû choisir un suppléant qui sera amené à lui succéder en cas de décès (hypothèse peu probable sachant que le mandat ne sera que d'une année) ou de nomination au gouvernement (hypothèse encore moins probable, le maroquin se faisant rare ces dernières décennies dans les Ardennes!). Il s'agit donc de désignations essentiellement honorifiques qui n'ont posé aucun problème. Pourtant, un de ces suppléant a attiré l'attention du MRC-08. Lequel? La socialiste Michèle Marquet. Pourquoi? Parce que dans l'euphorie de sa nomination, elle a déclaré que "ce choix marque l'importance que [Jean-Paul Bachy] porte à la place des femmes dans la vie publique". Et alors, direz-vous, n'est-ce pas le cas? Si l'on s'en tient au passé récent, assurément non puisque Jean-Paul Bachy est celui-là même qui a refusé en juin 2006 la décision des instances nationales de son parti de réserver la 3ème circonscription des Ardennes à une femme! Ce fait est de toute évidence sorti de la mémoire de la maire de Chooz. C'est très regrettable, mais dans le cadre de notre lutte contre l'amnésie sélective, cette maladie terrible qui touche les acteurs politiques, il nous est apparu indispensable de le rappeler et de rétablir ainsi la vérité...

dimanche 19 août 2007

Rivéa: des chiffres en trompe-l'oeil


Avec Rivéa, le centre aqualudique de Givet, les Ardennes disposent d'un équipement à vocation touristique capable d'attirer 100.000 visiteurs payants en un an, dont 40% en provenance de Belgique. Un tiers de la population du département, plus que le château de Sedan! C'est extraordinaire, s'extasient en coeur la communauté de communes Ardenne Rives de Meuse qui a financé le projet et la presse locale. C'est enfin la preuve tant recherchée de l'attractivité de notre territoire, de l'ingéniosité de nos techniciens et pour tout dire de l'esprit d'anticipation de nos dirigeants.

Au MRC-08, nous ne souhaitons pas briser l'euphorie ambiante. Cependant, nous ne partageons pas cette vision idyllique des choses. Pourquoi? Parce qu'à la question de savoir si cette fréquentation plus forte qu'attendue allait avoir un impact sur le budget prévisionnel de l'établissement, le délégué communautaire en charge des piscines a répondu: "il sera moins déficitaire que prévu". En clair, l'intercommunalité locale a sciemment créé un foyer de pertes à long terme avec des deniers publics. Pour nous qui considérons qu'il faut faire preuve d'encore plus de prudence dans l'utilisation de l'argent public que dans celle du sien, c'est INADMISSIBLE, d'autant que les retombées annoncées à grand renfort de trompettes sur le commerce local se font toujours attendre. C'est d'autant plus inadmissible à l'heure du non remplacement d'un départ à la retraire sur trois dans la fonction publique, du refus du gouvernement d'augmenter le SMIC au-delà du minimum légal et de l'instauration programmée d'une franchise médicale qui créera une médecine à 2 vitesses...