Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 29 mars 2012

De gros changements en perspective à "l’Union-l’Ardennais"...

La nouvelle est tombée hier soir : le groupe Hersant Média a décidé de licencier Jacques Tillier, qui était depuis 4 ans le PDG de son pôle de presse régionale Champagne-Ardenne-Picardie (CAP), pour "motif économique" ! Ancien agent de la Direction de la Surveillance du Territoire (le contre-espionnage pour les non-initiés) et collaborateur de l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute dans lequel il avait publié en 1979 un article osé dans le but d’obtenir de l’ennemi public numéro un de l’époque, Jacques Mesrine, une interview exclusive, ce journaliste à la plume aisée mais assassine avait été gravement blessé par ce dernier et laissé pour mort. Il avait alors quitté la France métropolitaine pour l’île de la Réunion où il était devenu, au début des années 1990, le rédacteur en chef du Journal de l’île de la Réunion dont il avait réussi à augmenter les ventes de plus d’un tiers.

Nommé par le groupe Hersant au deuxième trimestre 2008 PDG de CAP, constitué des trois quotidiens régionaux "l’Union-l’Ardennais", "L’Est Eclair" et "Libération Champagne" ainsi que du quadri hebdomadaire "L’Aisne Nouvelle" pour un tirage total d’environ 170.000 exemplaires, Jacques Tillier avait renouvelé notre journal départemental aussi bien sur la forme, en le faisant éditer en format tabloïd quadrichromie pour qu’il puisse être lu facilement dans les transports en commun, que sur le fond en optant pour un ton très incisif vis-à-vis de toutes les autorités  et pour une exploitation maximale des faits divers. Un pari audacieux qui lui a valu de nombreux procès en diffamation, avec à la clé quelques coûteuses condamnations, et qui a décontenancé un nombre non négligeable de lecteurs. A tel point que depuis deux ans, CAP est devenu déficitaire !

Une situation inacceptable pour son employeur qui a décidé de prendre le taureau par les cornes, d’une part en licenciant Jacques Tillier, et d’autre part en ouvrant une négociation exclusive avec le groupe belge Rossel (3.500 salariés, 495 millions d’euros de chiffres d’affaires et 3.400.000 lecteurs par jour dans la presse quotidienne constituée entre autres du prestigieux journal belge "Le Soir" et du puissant quotidien français "La Voix du Nord") pour la vente de CAP. Pour le moment, nul ne sait à quelle date la transaction sera conclue, mais il ne fait aucun doute qu’elle aura des effets sur la ligne éditoriale de "l’Union-L’Ardennais" et qu’elle s’accompagnera d’une restructuration sociale. Pour le MRC 08 qui a toujours respecté la liberté de la presse et qui est intervenu pour la défendre à chaque fois qu’elle lui paraissait être menacée, il est hors de question de porter un quelconque jugement sur les évolutions en cours. Par contre, cela ne nous empêche pas d’émettre deux souhaits : que la liberté de ton à l’égard des diverses autorités ne disparaisse pas et que la casse sociale soit le plus limité possible... 

mercredi 28 mars 2012

La bonne parole du jour !

Une fois n'est pas coutume, dans le contexte de campagne électorale dans lequel nous baignons actuellement, le MRC 08 souhaite apporter sa contribution au débat en rappelant une parole prononcée par un religieux hors norme : Dom Helder Camara qui est hélas aussi oublié aujourd'hui qu'il ne fut célèbre dans la 2ème moitié du 20ème siècle ! Archevêque d'Olinda et de Récife, dans la province particulièrement pauvre du Nordeste au Brésil, il fut un défenseur acharné des droits de l'homme pendant l'impitoyable dictature des généraux (1964-1985) et une des figures de la théologie de la libération en Amérique latine qui fit trembler les grands pontes du Vatican. Ayant contribué à la définition de "l'option préférentielle pour les pauvres", il mit ses actes en adéquation avec ses paroles en quittant les lambris de son palais épiscopal pour s'installer dans une modeste maison située au coeur des favelas de sa ville. Excellent orateur, cet apôtre de la non-violence eut cette formule sur laquelle chacun, croyant ou non croyant, devrait méditer un peu...

samedi 24 mars 2012

jeudi 22 mars 2012

Face à l'extrémisme religieux et politique, la République doit être intraitable !

"Je salue le courage de l’ensemble des forces de police après l’intervention du RAID. L’assassin de sept de nos compatriotes à Toulouse et Montauban n’a pas pu être interpelé vivant malgré des heures de négociation mais un sentiment de soulagement accompagne l'immense douleur provoquée par cette tragédie. 


La lutte contre le jihadisme doit être une priorité nationale afin de garantir la sécurité de nos concitoyens et les mettre à l’abri du terrorisme. Ces crimes appellent nécessairement un examen approfondi de la doctrine et des moyens de la police chargée de la surveillance des groupes et des individus dangereux.

Face à l’extrémisme religieux et politique, la République doit être intraitable. Dans l’épreuve, nous avons tous la responsabilité d’agir afin qu’un acte barbare isolé ne remette pas en cause la paix civile en semant la haine, la suspicion et la vengeance. Dans un esprit d’unité nationale, appuyés sur les principes de la République, nous n’offrirons pas cette victoire à ce criminel.

La démocratie est le régime de la délibération collective. Il est donc légitime que l'enchainement des faits et l’action des pouvoirs publics fassent l'objet d'un débat. L’esprit de responsabilité qui a prévalu pendant ces heures douloureuses doit animer l’ensemble des responsables publics. Je nous invite tous à la dignité et à la mesure".
(communiqué de presse de jean-Luc Laurent, Président du Mouvement Républicain et Citoyen)

mercredi 21 mars 2012

Tueries de Toulouse et Montauban : la réaction tout en nuance de Chevènement !


Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a estimé mercredi que les tueries de Toulouse et de Montauban représentaient "un avertissement pour tous les services en charge de la lutte antiterroriste". "Ce crime constitue un avertissement pour tous les services en charge de la lutte antiterroriste. La France, jusqu'à présent relativement épargnée par ces actes innommables, ne doit jamais baisser la garde", a-t-il jugé. 

"Tous les moyens doivent être mis en oeuvre pour démanteler les filières jihadistes et les camps d'entraînement à la frontière pakistano-afghane, mais il importe de ne pas céder aux amalgames et d'éviter toute stigmatisation de nos concitoyens de confession musulmane qui pratiquent un islam tranquille attaché aux valeurs de tolérance et de bienfaisance", a encore prévenu cet ancien ministre de l'Intérieur. 

(AFP, 21 mars 2012, 18h23)

lundi 19 mars 2012

France-Algérie : et si on regardait enfin ensemble dans la même direction ?

Il y a tout juste 50 ans, le cessez-le-feu entrait en vigueur en Algérie au lendemain de la signature des accords d'Evian. Après plus de 7 années et demie de combats marquées par d'innombrables atrocités de part et d'autre, c'était le 1er pas vers l'indépendance de ce pays qui allait être proclamée officiellement au début du mois de juillet après 132 ans d'histoire commune avec la France. Depuis, le temps est passé, la passion s'est apaisée, mais certaines plaies ne sont toujours pas cicatrisées. Pourtant, un demi-siècle après cet épisode tragique pour nos 2 pays, même si certains se plaisent à cultiver encore et toujours une haine qui ne peut déboucher sur rien de positif, le moment devrait être venu de tourner la page et de construire un pont au-dessus de la Méditerranée pour que nos 2 peuples aillent enfin main dans la mains dans la même direction. C'est le souhait du MRC 08 et nous sommes convaincus que nombreux sont ceux qui le partagent...  

dimanche 18 mars 2012

Présidentielle : voilà les candidat(e)s qui pourront briguer vos suffrages !

Demain, à 17h30, le président du Conseil Constitutionnel, Jean-Louis Debré, va annoncer la liste définitive des candidats qui ont réussi à obtenir les 500 signatures d’élus nécessaires pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle. Si l’on en croit les dépôts qui ont été faits avant vendredi 16 mars à 18h00, délai de rigueur, ils devraient être 10 sur la ligne de départ, dont vous pouvez voir les portraits sur le photomontage ci-dessous : il s’agit, en allant de gauche à droite puis de haut en bas, de François Bayrou (MoDem), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste), Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche), Nicolas Dupont-Aignan ( Debout la République), Eva Joly (EELV), François Hollande (PS), Marine Le Pen (FN), Nicolas Sarkozy (UMP) et Jacques Cheminade qui se définit comme "gaulliste de gauche" et qui a réussi à franchir in extremis l’obstacle en réunissant 538 parrainages.

Par contre, 4 candidats ne seront pas de la partie malgré les nombreux efforts qu’ils ont déployés pour récolter les précieux sésames. Parmi eux, le plus médiatique est incontestablement l’ex-premier ministre Dominique de Villepin qui rêvait d’en découdre avec le Président sortant. Il y aura aussi Corinne Lepage (Cap 21) à qui il aura manqué, malgré sa notoriété d’ancienne ministre de l’environnement, 25 signatures ainsi que Jean-Marc Governatori (Alliance écologiste indépendante) et Carl Lang (Union de la droite nationale) qui n’ont rassemblé respectivement que 433 et 447 paraphes. Pourtant, ces candidats n’avaient pour le MRC 08 rien de fantaisistes et disposaient d’un véritable programme à proposer aux Français. Malheureusement, ils ont été les victimes des ordres des grands partis qui ont interdit fermement à leurs élus d’accorder leur parrainage aux petits candidats afin d’éviter une dispersion des voix au 1er tour.  

Cette annonce solennelle de la liste des compétiteurs autorisés, qui marque l’entrée dans la campagne officielle, est une étape importante de la compétition électorale à venir, surtout pour les petits candidats qui vont en bénéficier à double titre. Financièrement d’abord, puisqu’au titre de la loi du 06 novembre 1962, ils vont recevoir une avance forfaitaire de 153.000 euros sur leurs dépenses électorales qui leur seront remboursées à hauteur de 800.000 euros s’ils obtiennent moins de 5 % des suffrages exprimés. De quoi obtenir enfin sans difficultés les prêts bancaires qui leur permettront de faire à grande échelle leur propagande ! Médiatiquement ensuite, puisque, d’après la recommandation publiée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel au Journal Officiel du 06 décembre 2011, une égalité stricte des temps de parole (interventions) et une équité des temps d’antenne (interventions et reportages) fondée sur la représentativité des candidats établie à partir des récents résultats électoraux et des sondages d’opinion devra obligatoirement être respectée. Chacun va donc pouvoir se faire entendre, même s’il faudra encore attendre le 09 avril, date du début de la campagne électorale officielle, pour que les candidats bénéficient des mêmes temps de parole et d’antenne...

vendredi 16 mars 2012

Chevènement pointe le risque de "déclassement de la France"

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), au côté de François Hollande, a pointé mercredi le risque de "déclassement définitif de la France" avec le pacte européen signé début mars, qui renforce la discipline budgétaire. "Ce plan d'austérité sera un plan perpétuel, mis en oeuvre simultanément dans tous les pays, un plan de restriction, un plan de constriction, de mortification", a affirmé l'ancien ministre lors d'un point presse qui a suivi son ralliement au candidat socialiste. "J'ai évoqué les pénitents de l'ancien temps qui se promenaient avec un cilice sur la poitrine. Voilà le destin auquel Nicolas Sarkozy vouerait notre pays ! ", a-t-il affirmé. "Ce serait le déclassement définitif de la France", a lancé M. Chevènement. 

"Je sais que François Hollande est un patriote. Il veut qu'à travers l'Europe, une Europe redressée, la France continue". "La France traverse une crise qui vient de loin", a assuré l'ancien ministre, qui a pointé notamment "la crise de la monnaie unique". "Je suis très attentif à pouvoir en modifier les règles, notamment en étendant les prérogatives de la BCE et en faisant en sorte de réorienter l'Europe", a-t-il déclaré. 

"Je juge très grave l'attitude de Nicolas Sarkozy qui, pour des motifs électoralistes, a voulu européaniser ce qu'il appelle la règle d'or, en fait règle d'airain, qui va bien au-delà de la suppression des déficits", a assuré M. Chevènement. Dans ce traité, "il est envisagé de réduire à 60% du PIB le stock de la dette de chaque pays", a-t-il observé, faisant valoir que "la France a une dette d'à peu près 90%, comme l'Allemagne, d'ailleurs". "Cela veut dire que sur vingt ans, cela nous engage à faire un effort supplémentaire équivalent à un point et demi du PIB", a-t-il souligné, rappelant que "nous avons actuellement un déficit de 4,5 points".

(dépêche AFP, mercredi 14 mars, 13h30)

mercredi 14 mars 2012

L'art contemporain s'installe provisoirement à Givet

Le fonds régional d’art contemporain Champagne-Ardenne, créé en 1982, a pour but de constituer une collection d'œuvres d'art contemporain, de la diffuser largement et d’y sensibiliser le grand public, par exemple en organisant des évènements culturels. Pour fêter ses trente ans, il a  donc décidé de mettre sur pied un cycle d’expositions, dont la première, intitulée Méandres, aura lieu, une fois n’est pas coutume, au centre culturel Pierre-Tassin de Givet, à partir du vendredi 16 mars, et ce pour une durée de deux mois. Pour la Pointe des Ardennes qui est plus habituée à être désertée par les services publics qu’à servir de champ d’expérimentation pour des innovations culturelles, c’est bien sûr un grand honneur dont le MRC 08 se réjouit vivement, d’autant que l’entrée sera gratuite et que les œuvres exposées ont été réalisées par des créateurs internationalement reconnus !

Cette belle initiative du FRAC, qui vise à ouvrir une porte pour permettre aux habitants de la vallée d’accéder au conceptuel, sera naturellement accompagnée de panneaux explicatifs destinés à guider les visiteurs dans leur découverte. Cependant, comme il faut plus que quelques minutes pour entrer réellement dans l’univers de l’art contemporain, où les idées plus ou moins maîtrisées comptent plus que tout, il n’est absolument pas certain que ces quelques explications, aussi bienvenues soient-elles, suffiront !  D’autant que, par principe, la beauté académique n’est pas l’objectif recherché par ces artistes des temps modernes, à tel point qu’il est arrivé à plusieurs d’entre eux – pour le prix d’une maison à Givet - de se faire représenter en train de prendre leur repas sous une grande photographie montrant ce qui reste d’un crâne humain après un accident de la route. Du mauvais goût ? Non, un excellent placement si on en juge par le montant auquel ces œuvres se vendent.  

Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à ce que la ville de Givet et EDF, centrale de Chooz oblige, aient été amenées à subventionner généreusement cette exposition ! Néanmoins, au vu des difficultés économiques et sociales locales, on pourra difficilement blâmer ceux  qui ne manqueront pas d’affirmer que ces sommes auraient été plus utiles si elles avaient servi à l’entretien des fortifications de Vauban, à la valorisation du patrimoine architectural de la ville, à la création d’un musée d’histoire locale, voire tout simplement à l’étude de ce qu’arrivent à faire avec deux francs six sous nos voisins belges. De la même façon, même s'il en faut pour tous les goûts, il sera impossible de jeter la pierre à ceux qui défendront l’idée qu’un film du cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, palme d’or à Cannes, projeté gratuitement au Manège avec une aide publique, aurait été plus abordable pour le grand public qu’une vidéo forcément hermétique de ce grand réalisateur ... 

Chevènement officialise son soutien à Hollande

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a officiellement annoncé mardi sur TF1 son soutien attendu à François Hollande pour la présidentielle, voyant dans le candidat PS "l'homme le mieux à même de rassembler" face à la crise. "Je me suis décidé en fonction des intérêts de la France", "dans la grave crise qui se présente et qui n'est pas derrière nous, il faut rassembler toutes les forces de la France et je pense que l'homme le mieux à même de rassembler, c'est François Hollande", a-t-il dit sur le plateau du 20h00. Les deux hommes doivent d'ailleurs tenir une conférence de presse commune mercredi matin au local de campagne du candidat PS. M. Hollande "a quand même le mérite de vouloir renégocier le traité européen désastreux" conclu entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel qui "conjugue des plans d'austérité simultané dans toute l'Europe qui vont au-delà de la réduction des déficits", a ajouté le sénateur de Belfort qui avait été accusé en 2002 d'avoir contribué à évincer Lionel Jospin du 2e tour avec ses 5,3%.

Les propositions de François Hollande "pour réindustrialiser le pays, relancer la production, faire que la construction européenne soit redressée en étendant les prérogatives de la Banque centrale, tout cela va dans mon sens jusqu'à un certain point", a souligné l'ex-ministre de l'Intérieur (1997-2000) qui critique fermement la monnaie unique. Interrogé sur le nucléaire et l'accord PS-EELV sur le sujet, "je ne m'en accomode pas", a-t-il répondu. "Je suis pour l'industrie nucléaire", c'est un "point de divergence avec le Parti socialiste" mais c'est "limité puisque François Hollande n'évoque plus que la fermeture d'une seule centrale" et a donc, selon M. Chevènement, "clairement refusé l'accord PS-Verts". Quant à Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), "il a un parcours méritoire depuis le traité de Maastricht qu'il avait approuvé. Depuis, il a bien évolué dans le bon sens, il a encore un peu de chemin à faire, je lui laisse l'avenir", a-t-il ajouté.

Depuis son retrait le 1er février de la course pour 2012 (une décision "sage", avait salué M. Hollande), le soutien au candidat socialiste par M. Chevènement qui s'était déjà rallié à Ségolène Royal en 2007, ne faisait quasiment aucun doute. Le MRC avait d'ailleurs conclu la semaine dernière un "contrat de législature" avec le PS, avec quelques circonscriptions réservées au parti de M. Chevènement. L'accord prévoit que le MRC présentera des candidats titulaires soutenus par le PS dans les 9 circonscriptions suivantes : Aisne (4e), Alpes-Maritimes (7e), Drôme (2e), Nord (13e), Oise (6e), Var (7e), Territoire-de-Belfort (2e), Hauts-de-Seine (13e) et Val-de-Marne (10e). Six suppléants MRC ont également été décidés. Jean-Luc Laurent, président du MRC, a indiqué à l'AFP que "quatre à six circonscriptions étaient jouables" en cas de victoire de la gauche, dans un parti qui ne compte actuellement qu'un député sortant, Christian Hutin (Nord). Les candidats MRC devraient été désignés d'ici le 22 mars.
(dépêche AFP, mardi 13 mars, 20h53)

mardi 13 mars 2012

Givet : le lycée doit maintenant regarder vers l'avenir !

Le couperet est tombé ! Dans une lettre en date du 27 février adressée à Philippe Vuilque, député de la deuxième circonscription des Ardennes, le Recteur de l’académie de Reims a confirmé la fermeture en deux temps de la filière Sciences et Technologies de la Gestion du lycée de Givet : d’abord la classe de 1ère en 2012, puis celle de Terminale en 2013. Au-delà de la forme particulièrement détestable, pour ne pas dire lâche, qui a conduit à annoncer cette décision sans appel en pleine période de vacances scolaires, les arguments de fond utilisés pour justifier cette fermeture sont des plus inquiétants : la faiblesse des effectifs de cette filière, la nécessité de faire fonctionner en complémentarité les établissements scolaires, l’instabilité des équipes pédagogiques en raison des partages de services d’enseignants entre les lycée de Revin et de Givet et surtout l’absence de choix de spécialité en Terminale !

Tout le monde comprend que cette argumentation, déclinée aujourd’hui pour la seule filière STG, pourra demain être utilisée pour l’ensemble du lycée de Givet. C’est donc à court terme la survie de cet établissement qui est en jeu, avec en filigrane le regroupement des 2 collèges du canton sur un seul et même site. Pour éviter ce scénario catastrophe pour la Pointe, le MRC 08 considère qu’il faut agir vite afin d’inverser la tendance à l’effritement des effectifs du lycée de Givet. Comment ? D’abord en acceptant la réalité, à savoir que cet établissement ne joue pas dans la même catégorie que les lycées de centre-ville et ne peut donc pas offrir une gamme aussi large d’options. Ensuite en proposant des pistes réalistes d’avenir susceptibles d’en faire un établissement de référence.

Parmi celles-ci, la plus sérieuse consiste sans nul doute à valoriser l’atout unique que constitue la présence à proximité de la centrale nucléaire de Chooz A, qui est la seule en cours de démantèlement en France, en mettant en place une formation par alternance axée sur la déconstruction des centrales nucléaires. Cette filière nouvelle, aux débouchés assurés du fait du vieillissement du parc nucléaire français, aurait l’avantage de ne pas dépendre de la future politique nucléaire française puisqu’elle satisferait à la fois les anti-nucléaires, qui rêvent de la disparition de toutes les centrales actuellement en fonctionnement, et les pro-nucléaires, qui savent bien que la poursuite de la production de cette énergie nécessitera la fermeture des centrales les plus anciennes pour les remplacer par d'autres de dernière génération. C’est donc une formation qui serait consensuelle, tournée vers l’avenir  et apte à faire du lycée de Givet un établissement de référence ! 3 atouts rares qu’il ne faut en aucun cas laisser passer...      

lundi 12 mars 2012

Soutien à Maurice Boisart, maire de Cousolre

Le maire d'une petite commune du Nord, Maurice Boisart, a été condamné en première instance pour avoir donné une gifle à un jeune de 16 ans qui non seulement dégradait un bien municipal mais en plus l'avait insulté et menacé de mort ! Révolté par ce jugement inique qui constitue un encouragement à la remise en cause des règles les plus élémentaires de vie en société et qui sape l'autorité d'un élu de la république, le MRC 08 ne peut rester inactif. C'est pourquoi nous apportons publiquement notre appui le plus total au premier magistrat de Cousolre qui a décidé de faire appel et nous encourageons toutes les personnes qui veulent lui témoigner de leur soutien à signer l'excellente pétition en ligne qui rappelle dans le détail les faits en cliquant ici

samedi 10 mars 2012

Accord politique et électoral entre le MRC et le PS

"Le Mouvement Républicain et Citoyen et le Parti Socialiste ont conclu un accord politique et électoral pour un contrat de législature. Face aux périls de la crise, nos deux partis ont décidé d’œuvrer au rassemblement des forces de progrès pour placer la gauche dans une dynamique de victoire et lui permettre de se hisser à la hauteur des enjeux. Le MRC a décidé de s’allier au PS pour faire de la République un rempart contre la finance et un refuge pour tous ses citoyens. 

L’accord politique résulte d’une analyse et d’une volonté communes pour redresser la France : sur l’école, les valeurs républicaines, la sécurité, la politique étrangère, la nécessaire réindustrialisation du pays et la reprise en main des acteurs d’une finance aujourd’hui dévoyée. Pour sa part, fidèle à l’engagement qui est le sien, le MRC fait état des repères qui lui paraissent essentiels : une monnaie moins chère, une construction européenne réorientée autour d’un programme de croissance et non de récession, une énergie nucléaire maintenue comme un grand atout pour la France, l’unité et la souveraineté de la République française préservée. 

Après cinq années d’une présidence fanfaronne de Nicolas Sarkozy au service des puissants, le MRC a fait un choix simple : il a choisi l’alliance, avec le Parti socialiste pour donner au pays la nouvelle majorité qu’il attend à l’Assemblée Nationale. Cette alliance préserve l’identité du courant républicain que nous représentons au sein du rassemblement de la gauche. L’accord convient qu’aux côtés des 9 candidats MRC soutenus par le PS et des 6 suppléants, le MRC présentera plus de cent candidats autonomes à travers le pays pour faire entendre sa voix singulière au sein de la future majorité : celle de la cohérence et de la fidélité aux idées qu’il développe depuis toujours". 
(communiqué de Jean-Luc Laurent, Président de Mouvement Républicain et Citoyen, 09 mars 2012)

jeudi 8 mars 2012

mercredi 7 mars 2012

C'était l'époque où l'union ouvrait des perspectives prometteuses...

Après la mémorable déculottée subie aux élections présidentielles de 1969 par le candidat de la SFIO, Gaston Deferre, qui recueillit un tout petit 5,01 % mais qui sauva tout de même l'honneur en dépassant les 3,61 % obtenus par Michel Rocard, le représentant du Parti Socialiste Unifié, nombreux étaient ceux qui donnaient le courant socialiste mort et enterré en France. Pourtant, les faits leur ont donné tort puisque seulement 12 ans plus tard, il remportait triomphalement les élections présidentielles et s'installait durablement aux commandes du pays. Un véritable exploit que certains ont attribué à la crise économique, mais qui s'explique en réalité par l'application d'une nouvelle stratégie : l'union ! 

L'union d'abord des diverses tendances socialistes autour de François Mitterrand, qui a débuté dès le congrès d'Issy-les-Moulineaux en juillet 1969 et qui s'est achevée en octobre 1974 avec l'entrée dans le PS de la majorité des adhérents et des dirigeants du PSU. L'union de la gauche ensuite, qui s'est concrétisée en juin 1972 par la signature du Programme commun entre les socialistes, les communistes et les radicaux de gauche, et qui a abouti à une progression électorale impressionnante puisque, après avoir remporté 48 % des voix aux législatives de 1973 et 49,6 % au deuxième tour des présidentielles de 1974, les 3 partis réunis ont raflé 14 départements aux cantonales de 1976 et 157 des 221 villes de plus de 30.000 habitants aux municipales de 1977.

L'union envers et contre tout enfin qui a permis d'une part, malgré la rupture officielle du Programme commun par les communistes en 1977, un rabibochage des 3 partis entre les 2 tours des législatives de 1978 et d'autre part, malgré l'offensive de Michel Rocard et des tenants de la Deuxième Gauche contre François Mitterrand lors du fameux congrès de Metz en avril 1979, de maintenir l'unité du Parti Socialiste. Une union qui doit beaucoup donc à celui qui, pour le moment, a été le seul président socialiste de la Vème République et qui avait le don de rassembler autour de lui des personnalités parfois diverses comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous qui date du 22 avril 1979. Une union que la gauche serait bien inspirée de reproduire aujourd'hui si elle veut reprendre les commandes du pays comme le fit en 1981...
(petite précision du MRC 08 pour ceux qui n'auraient pas la mémoire des noms ou des visages : autour de François Mitterrand assis, on trouve de façon prémonitoire de gauche à droite Jean-Pierre Chevènement [MRC], Pierre Guidoni [mort en 2000], Georges Sarre [MRC], Lionel Jospin [tiens, il tourne le dos aux autres], Jean Poperen [mort en 1997] et Laurent Fabius)

lundi 5 mars 2012

L'Europe coercitive du nouveau traité veut choisir le Président français !

"L’hebdomadaire allemand « Der Spiegel » vient de révéler un arrangement entre les chefs de gouvernement allemand, italien, espagnol et anglais visant à ne pas recevoir François Hollande qui a décidé de renégocier le traité européen qui vient d’être signé le 2 mars. 


Cette décision montre le visage de dirigeants européens qui veulent empêcher toute réorientation de la construction européenne au moment où la crise révèle qu’il faut en changer les règles. Par le refus de l’échange, contre la tradition politique notamment franco-allemande, ces dirigeants européens exigent la soumission à la politique d’austérité de tous les candidats à l’élection présidentielle. Une nouvelle fois, l’Europe montre, à travers ce petit arrangement de quatre dirigeants, une scandaleuse mise en cause de la démocratie qui vit dans les nations.

Après la Grèce et l’Italie, l’Europe libérale cherche à imposer aux Français son Président. Le
peuple français ne se laissera pas faire". 

(communiqué de presse de Jean-Luc Laurent, Président du Mouvement Républicain et Citoyen, lundi 05 mars 2012)

samedi 3 mars 2012