Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 30 avril 2007

En campagne jusqu'au bout!


Dans le cadre de la campagne présidentielle, un grand rassemblement est organisé à l'initiative du PS le vendredi 04 mai 2007 à 20h00 à l'Hôtel de Ville de Mézières. Il s'agira de la dernière manifestation avant le second tour pour battre la droite et faire élire Ségolène Royal, seule capable d'insuffler la dynamique dont la France a besoin aujourd'hui. Toutes les forces de progrès y sont invitées, celles qui ont eu l'intuition géniale de soutenir cette candidate dès le 1er tour à savoir le MRC et le PRG, mais aussi celles plus nombreuses qui ont été les victimes du vote utile et qui l'ont rejoint depuis le soir du 22 avril.

Le MRC-08, fidèle à sa tradition militante comme l'a prouvé sa présence hélas un peu isolée ce samedi sur le marché de Sedan, s'associera bien évidemment à cette manifestation. Nous espèrons que nous serons suivis massivement par la population ardennaise et nous souhaitons que ce dernier coup de collier permette d'inverser les pronostics fâcheux quotidiennement délivrés par les instituts de sondage. La campagne doit être menée jusqu'au bout puis, comme le dit le proverbe, après avoir espéré le meilleur et préparé le pire, nous prendrons ce qui vient...comme de bons républicains que nous sommes!

dimanche 29 avril 2007

situation médicale inacceptable dans la Pointe




Depuis de très longs mois déjà, un sujet agite fortement non seulement le microcosme politique de la Pointe des Ardennes mais aussi une grande partie de sa population: le déficit de l'offre de soins, pour reprendre la formulation de nos élus, ou le problème médical, pour reprendre l'expression populaire. Contrairement à ce que ces formules pourraient faire croire, il ne s'agit pas d'une difficulté unique (ce serait trop simple pour un territoire à l'histoire et à la géologie aussi complexes!), mais de la somme de 4 problèmes: le système de garde des pharmacies, celui des médecins généralistes, l'organisation des urgences et l'accès aux médecins spécialistes.


Une telle accumulation de difficultés dans un domaine aussi vital que la santé (le nom de la carte n'est pas le simple fruit du hasard, n'est-ce pas?) peut paraître inouïe. Elle s'explique pourtant simplement: en décembre 2003, la clinique de Givet (établissement par définition privé et donc soumis à des impératifs de rentabilité) a été fermée, ce qui a entraîné la disparition de la quasi-totalité des médecins spécialistes de cette ville, le rattachement de son canton à l'antenne du SMUR de Fumay-Revin et la centralisation des gardes de médecins généralistes à l'hôpital de Fumay. Cette situation s'est immédiatement avérée problématique puisque le SMUR de Fumay ne dispose que d'un seul et unique véhicule pour 22 communes regroupant 34.000 habitants et s'étalant sur 40 km et que le recours à un médecin de garde pour un Landrichampenois (décodons, un habitant de Landrichamps, joli petit village situé le long de la Houille en bordure de la frontière belge) l'oblige à parcourir 30km sur des routes plus propices aux ballades touristiques qu'à un déplacement rapide. La municipalité de Givet s'en est immédiatement inquiétée et elle a apporté une réponse partielle en obtenant des médecins généralistes qu'ils assurent une garde au cabinet Méhul en plus de leurs engagements à Fumay.


Malheureusement, cette solution a-minima n'a pas pu être maintenue puisque l'Ordre des médecins a formellement interdit cette pratique. Pire, au début 2006, la situation s'est encore aggravée avec la mise en place d'un nouveau système de garde de pharmacies prévoyant l'ouverture le dimanche et les jours fériés d'une seule officine entre Revin et Givet sur les 13 existantes (le système précédent prévoyait l'ouverture d'une officine sur les 9 présentes dans les cantons de Givet et Fumay). Notre Landrichampenois à la santé déficiente est donc contraint de parcourir certains jours 40 km pour acheter ses médicaments.


Ces évènements ont fortement dégradé la situation médicale dans La Pointe. Le MRC-08 condamne avec la plus grande vigueur cette atteinte à l'égalité devant les soins. Il s'associe pleinement aux efforts réalisés par la CFDT, la CGT et les acteurs politiques de tous bords pour tenter de trouver des solutions à cet état de fait inacceptable. Il salue l'initiative du député Philippe Vuilque qui a permis l'ouverture en octobre 2006 d'un centre de consultations spécialisées au rez-de-chaussée de l'ex-clinique de Givet. Il soutient la proposition du maire Claude Wallendorff de faire davantage appel au véhicule de secours des pompiers et aux 3 médecins pompiers de la Pointe pour éviter des temps d'attente trop long lorsque le véhicule du SMUR n'est pas disponible et que le patient nécessite des soins avant l'arrivée d'une ambulance privée. Le MRC-08 entend aussi apporter sa contribution à la résolution des problèmes: puisque le 15 février 2007 le président du syndicat des pharmaciens des Ardennes martelait devant la préfète et les élus que"2 officines ouvertes étaient de trop pour se partager 6 ordonnances", ce qui revient à dire qu'à ses yeux l'aspect financier prime sur l'aspect médical, nous proposons que les élus organisent une table ronde avec les 13 pharmaciens, rendent publique la liste de ceux qui accepteront d'y participer avec bonne volonté et permettent ainsi aux patients considérés comme de simples clients de favoriser les pharmaciens les plus disposés à prendre en compte leurs exigences. Ce n'est pas du boycott que nous proposons, simplement une adaptation à la démarche consumériste de ces professionnels de la santé. Bref, nous réinventons le boomerang!

samedi 28 avril 2007

Elus d'aujourd'hui, élus de demain...





























Comme toute organisation politique, le MRC-08 s'efforce de populariser ses idées afin de convaincre le maximum d'électeurs et d'obtenir à terme des élus capables de le représenter dans les instances décisionnelles. Mais, en républicains tenaces que nous sommes, nous pensons également que nous avons un devoir d'information envers la population. Aussi, pour ceux de plus en plus nombreux qui ne liraient pas la presse régionale, voici le portrait des 6 principaux élus du département.

En début de cette galerie figurent les 3 députés actuels classés dans l'ordre affecté à leur circonscription: Bérengère Poletti élue dans la circonscription de Charleville Mézières-Rethel, Philippe Vuilque élu dans la circonscription de Charleville Mézière-Givet et Jean-Luc Warsmann élu dans la circonscription de Sedan-Vouziers. Ensuite se trouvent Benoît Huré, président du Conseil Général et sénateur, Claudine Ledoux, maire de Charleville-Mézières et Dominique Billaudelle, maire de Sedan.

Sur ces 6 élus, 5 sont concernés par les élections qui se dérouleront en juin 2007 et en mars 2008. Ils trouverons en face d'eux des concurrents nombreux et souvent de qualité, parmi lesquels figureront des candidats présentés par le MRC-08. Nous espérons donc que cette galerie de portaits relèvera bientôt du passé et que des têtes nouvelles y feront leur apparition. Si elles sont issues de nos rangs, nous en serons ravis, mais la parole est aux électeurs: alors, que les meilleurs gagnent, pourvu qu'ils mènent une campagne respectueuse des autres (ce qui implique à nos yeux l'application des accords politiques nationaux, dans la 3ème circonscription comme ailleurs!) et qu'ils défendent efficacement, non leurs ambitions personnelles, mais les intérêts des Ardennes qui en ont bien besoin et ceux de la France.

vendredi 27 avril 2007

devinette

Dans l'édition du 14 décembre 2006 de "l'Ardennais", je déclare: "je me présenterai quoi qu'il arrive car j'ai toujours considéré que l'essentiel, c'est l'avis des militants. Ce qui peut être décidé à Paris dans le secret de tel ou tel cabinet n'a pas d'importance."
Dans une interview donnée à France 3 Champagne-Ardennes le 16 mars 2007 dans la salle même où celle que je soutiens aux élections présidentielles vient à peine de terminer son discours, j'affirme: "ce n'est pas à Paris que se résolvent les choses et ce ne sont pas les technocraties parisiennes ni les appareils politiques parisiens qui répondent le mieux aux préoccupations des Français."
Dans le tout nouveau blog que je viens de créer, j'écris le lundi 23 mars 2007 à 11h12: "les présidentielles à peine terminées, les législatives sont déjà là. L'enjeu est encore plus important pour vous."
Qui suis-je? Un autonomiste breton? Un indépendantiste corse? un nostalgique de l'époque des 1ers soviets? un partisan d'un candidat éliminé au 1er tour? Absolument pas, ce serait trop simple. Il faut chercher dans une toute autre direction. Pour vous aider, voilà deux indices: ma candidate s'est qualifiée pour le 2ème tour de l'élection présidentielle mais ma position politique n'en sort pas confortée pour autant, bien au contraire!

jeudi 26 avril 2007

Chevènement au pays des socialistes ardennais: un recadrage nécessaire

Après un début de visite dans des Ardennes qui s'étaient parées de leur plus bel habit de soleil pour accueillir leurs hôtes de marque, le moment fort et tant attendu se produisit: Jean-Pierre Chevènement, accompagné de Bruno Le Roux, de Gisèle Dessieux et de la fine fleur du MRC-08 se rendit au siège de la fédération socialiste des Ardennes. La discussion promettait d'être animée, elle l'a effectivement été!
La valse, comme tous les amateurs de Brel le savent, s'est déroulée sur un rythme à 4 temps. Le 1er a permis à nos hôtes d'exposer leurs positions: Jean-Pierre Chevènement a ainsi rappelé qu'une organisation s'honore en tenant les engagements qu'elle prend et que dans le cas contraire elle se discrédite et hypothèque l'avenir; il a mis en avant les qualités professionnelles, syndicales et internationales de Gisèle Dessieux et a demandé à la fédération socialiste de ramener sur le bon chemin Jean-Paul Bachy et d'adopter un comportement franc, loyal et sans faux-fuyant. Bruno Le Roux a précisé qu'une victoire de Ségolène Royal serait due en grande partie au mouvement d'unité créé en novembre et au travail effectué par Jean-Pierre Chevènement dans la campagne; il a aussi martelé qu'il fallait ramener les choses à leur juste niveau et que l'accord PS-MRC avait été validé à l'unanimité du bureau national du PS; il a enfin souhaité que le meilleur "ticket" soit constitué sur la 3ème circonscription et il a pointé du doigt l'impossibilité qu'il y aura en cas de victoire de Ségolène Royal pour un Président de région d'être candidat aux élections législatives.
Le 2ème temps a permis à la fédération socialiste de faire part de sa position. Elle a expliqué qu'elle était attachée au renforcement de toutes les composantes d'une gauche qu'elle souhaite complémentaire, y compris du MRC (quelle douce musique ce fut pour des oreilles aussi peu habituées que les notres!), mais qu'un débat interne avaient abouti à une unanimité des adhérents et des élus à soutenir Jean-Paul Bachy sur la 3ème circonscription. Le cadre général étant établi, le 3ème temps a été consacré à une discussion franche (c'est l'adjectif qu'un diplomate confronté à une pareille situation utiliserait) entre nos hôtes et la fédération socialiste. Jean-Pierre Chevènement a fait valoir qu'il y a un problème de principe si une fédération ne respecte pas la discipline de parti et demandé si, aux yeux de la fédération ardennaise, une décision nationale valait moins qu'une décision départementale. Le 1er secrétaire a affirmé que toute décision avait sa valeur et qu'il ne pouvait pas obliger sur un claquement de doigts les adhérents ardennais à soutenir tel ou tel candidat. Bruno Le Roux a rappelé que pour les élections législatives seules les instances nationales étaient habilitées à délivrer une investiture, qu'il ne pourrait pas y avoir d'opposition fédérale à une décision nationale et qu'il n'y avait aucune utilité à solidariser les militants dans une attitude d'obstruction.
Le 4ème temps a permis à chacun de préciser son état d'esprit à l'issue de la discussion. La fédération socialiste a insisté sur la nécessité pour Gisèle Dessieux de creuser son sillon dans la 3ème circonscription et elle s'est engagée à l'aider à s'implanter, sans pour autant préciser la façon dont elle comptait procéder. Jean-Pierre Chevènement a rappelé que si le MRC-08 était une formation modeste, elle était valeureuse et qu'il représentait par lui-même un potentiel de 1.524.000 voix ainsi que les réseaux d'influence correspondant. Il a ajouté que la discussion ne lui avait paru ni sympathique ni franche, qu'elle lui semblait nuisible pour la suite et que la balle était dans le camp des socialistes. Quant à Bruno Le Roux, il a laissé entendre qu'en cas de persistance des problèmes, les instances nationales du PS prendraient leurs responsabilités et n'hésiteraient pas à agir avec toute la vigueur nécessaire.
La valse était terminée, le temps des douceurs pouvait commencer. Tout le monde fut donc invité à déguster autour de rafraichissements bien mérités une spécialité ardennaise, la tarte au sucre...

Chevènement soutient sa candidate

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, est venu venu hier dans les Ardennes pour apporter son soutien à Gisèle Dessieux, candidate du MRC sur la 3ème circonscription avec le soutien officiel du PS. Accompagné de Bruno Le Roux, secrétaire national socialiste en charge des élections, ils sont arrivés avec le sourire à la gare de Charleville-Mézières où ils ont été accueillis par Gisèle Dessieux et par une délégation du seul MRC-08. L'ambiance était excellente (l'effet d'un soleil inhabituel dans notre département en cette saison?), les explications de Maurice Ninitte sur la fusion des 5 communes ayant donné naissance à Charleville-Mézières en 1966 de grande qualité, le repas pris en terrasse en bordure de la rue piétonne rapide et bon (pour l'anecdote, nos hôtes ont désiré une brochette ardennaise, bien cuite pour l'un et saignante pour l'autre, ce qui présageait peut-être de la suite...) et la visite de la place ducale très instructive grâce aux explications de notre "historien" de service. Les médias étaient présents et ont pu procéder à leur guise à des interview portant sur les questions nationales et surtout départementales. La journée était donc radieuse et promettait d'être fructueuse. Le plus difficile était à venir...

Delphi: le NON triomphe


Le 25 avril, la direction de l'usine Delphi de Donchery a organisé une consultation interne. C'est le nouveau terme d'usage qui remplace opportunément celui de référendum. Au MRC-08, nous ne sommes pas des experts patentés de la belle langue française, mais comme nous avons un peu de bon sens (vous remarquerez la modestie du propos!), nous pensons avoir compris l'intérêt de ce changement sémantique: une consultation est l'action de prendre un avis (définition du Petit Robert) alors qu'un référendum est un vote pour approuver ou rejeter une mesure proposée par le pouvoir (c'est toujours ce bon vieux Robert qui l'affirme). La différence est donc qu'une consultation n'est que consultative et ne saurait avoir d'effet contraignant alors qu'un référendum aboutit à un résultat qui engage à la fois ceux qui l'ont proposé et ceux qui y ont été soumis. 2 précautions valant mieux qu'une, les patrons dont tout le monde connaît l'attachement à la liberté (économique bien sûr, les autres n'ayant aucun intérêt sonnant et trébuchant à leurs yeux) et au contrôle des processus de décision ont une préférence de plus en plus marquée pour la consultation interne!

Dans la foulée de l'entreprise Vistéon de Charleville-Mézières qui a réussi il y un mois à faire accepter au forceps par les salariés le rachat de la moitié de leur RTT à la moitié de leur valeur (parlons clair: c'est une baisse des salaires qui n'a pas les courage de dire son nom), les travailleurs de Delphi étaient donc appelés à donner leur avis sur 4 projets, dont 3 prévoyaient la restitution sans contrepartie financière de tout ou partie de leurs RTT (sous l'Ancien Régime, on appelait cela le don gratuit!) ainsi qu'une baisse plus ou moins forte du pouvoir d'achat pendant 3 ans en échange de la promesse d'obtenir des marchés importants pour plusieurs années. Le 4ème permettait le maintien des conditions actuelles mais laissait entendre qu'il faisait planer une menace sérieuse sur la survie du site.

Ce chantage à l'emploi avait de fortes chances dans un département sinistré comme les Ardennes d'être gagnant pour la direction. Il n'en a rien été! Comme les salariés de Vistéon lors du 1er référendum, ceux de Delphi ont courageusement opté pour le 4ème projet et donc dit NON à cette régression sociale à plus de 69%. Le MRC-08 se réjouit vivement de ce résultat qui s'explique, d'après des sources syndicales, par le fait que même en cas d'acceptation des sacrifices demandés l'obtention des marchés tant attendus n'était que conditionnelle. Toutefois, nous sommes persuadés que la direction reviendra à la charge après avoir "mis en condition" le personnel. Ce fut le cas à Vistéon après un référendum, ce sera encore plus facile à Delphi après une simple consultation. La remise en cause des droits sociaux est en marche. Pour l'arrêter, une seule solution: empêcher l'élection à la présidence de la République de l'ultra-libéral Sarkozy de Nagy-Bocsa et donner à la gauche une majorité parlementaire en juin!

lundi 23 avril 2007

1er tour: satisfaction oui, euphorie non!


La fédération MRC-08 se réjouit globalement des résultats obtenus à l’issue du 1er tour des élections présidentielles dans les Ardennes. C’est une victoire de la démocratie, à double titre : les Ardennais se sont massivement déplacés dans les bureaux de vote avec un taux de participation supérieur de 10 points à celui de 2002 ; l’extrême-droite a connu une baisse très sensible de ses résultats avec un score inférieur de 6,5% à celui de 2002. C’est aussi un beau succès pour Ségolène Royal, la candidate du PS-MRC-PRG, qui, en obtenant 24,56% des voix, fait mieux que le cumul des voix de Jospin, Chevènement et Taubira en 2002 : voilà une belle récompense pour le travail de terrain et l’effort d’explication réalisés entre autres par nos militants.

Cependant, le MRC-08 constate aussi qu’avec une augmentation de 10% du taux de participation départemental contre 13% du taux national, Les Ardennes sont désormais en dessous de la moyenne nationale alors qu’en 2002 elles faisaient partie des « bons élèves ». Surtout, nous regrettons qu’avec plus de 16% des voix en moyenne et plus de 20% des voix dans plusieurs cantons, Le Front National reste à un niveau très supérieur à sa moyenne nationale et met notre département au 6ème rang de ceux qui ont le plus voté pour ce parti . Il faut certainement y voir un reflet des difficultés économiques et sociales qui touchent les Ardennes. Nos élus actuels et ceux qui le deviendront en juin 2007 et en mars 2008 seraient donc bien avisés d’en tenir compte et de proposer des solutions concrètes aux problèmes de la population s’ils veulent faire reculer ce spectre de l’extrême-droite.

dimanche 22 avril 2007

Aux urnes citoyens!


Aujourd'hui, c'est le grand jour. les Françaises et les Français (nous commençons par les premières parce que nous avons été bien éduqués mais aussi parce qu'elles représentent la majorité du corps électoral) vont désigner parmi la liste des 12 prétendants à la magistrature suprême les 2 qui auront l'honneur d'être présent au deuxième tour. Depuis l'élection du Président de la République au suffrage universel direct en 1962, cet évènement est le plus important de la vie politique française. C'est lui qui fixe le cap qui sera suivi par la France et son poids s'est encore accru depuis la réduction en 2000 de la durée du mandat présidentiel à 5 ans.

Il ne faut donc en aucun cas faire preuve d'indifférence à l'égard de ce scrutin, ne serait-ce que par respect pour tous ceux qui ont lutté parfois au péril de leur vie pour que nous ayons le droit de désigner nos dirigeants. Droit, mais aussi privilège lorsqu'on sait que dans une majorité des pays de le Terre la démocratie est absente ou se limite à un simple mot sans contenu!

C'est pourquoi le MRC-08 appelle toutes les électrices et les électeurs ardennais (décidément, nous sommes toujours aussi bien éduqués!) à se rendre aujourd'hui dans les bureaux de vote et à participer massivement à cette élection. Quel que soit le bulletin qui sera glissé dans l'urne, il faut accomplir ce geste citoyen de façon à revivifier notre démocratie qui en a bien besoin. Alors, aux urnes citoyens et faisons en sorte de diminuer ce taux d'abstention qui classe notre département à peine au dessus d'une moyenne nationale bien trop faible pour satisfaire les républicains fervents que nous sommes.

samedi 21 avril 2007

Visite de Chevènement

Jean-Pierre Chevènement effectuera bien une visite dans les Ardennes le mercredi 25 avril. Son planning (désolé pour cet affreux anglicisme, mais la mondialisation n'est-elle pas en marche sous toutes ses formes?) est désormais établi et c'est avec plaisir que le MRC-08 le rend public:
- arrivée à 13h48 en gare de Charleville-Mézières (pour un défenseur des servics publics comme lui, c'est bien la moindre des choses) en compagnie de Bruno Le Roux. Pour ceux qui ne le connaitrait pas, il s'agit du secrétaire national du PS en charge des élections et bien sûr sa présence est tout sauf un hasard!
- déjeuner dans une pizzeria, lieu qui convient très bien pour des dirigeants de formations politiques de gauche.
- visite de la place ducale à la demande expresse de Jean-Pierre Chevènement qui ne l'a jamais vue et qui souhaite pouvoir faire la comparaison avec sa pâle copie de Paris, la place des Vosges (sur insistance de notre 1er secrétaire dont on dit qu'il viendrait de cette lointaine contrée, nous précisons pour les férus d'histoire que cette dernière a ainsi été nommée pour remercier les habitants de ce département d'avoir été les premiers à acquitter leurs impôts pendant la Révolution française). Maurice Ninitte, ancien 1er adjoint de Charleville-Mézières, servira évidemment de guide à nos hôtes.
- rencontre avec les fédérations ardennaises du MRC et du PS.
- rencontre, sous réserve de confirmation, avec des syndicalistes d'une entreprise victime d'une nouvelle attaque contre les droits sociaux. Les lecteurs assidus de ce blog comprendront sans problème de quelle usine il s'agit.
- conférence de presse à 17h30 dans le salon d'honneur de l'Hôtel de Ville de Sedan.
- inauguration à 18h30 de la permanence électorale de Gisèle Dessieux, sise au 11 de l'avenue Philippoteaux à Sedan.
- repos bien mérité à partir de 20h30.
Le MRC-08 invite toutes les personnes intéressées par les débats politiques et ouvertes au dialogue à participer à l'inauguration de la permanence électorale de notre candidate. L'ambiance y sera bonne et propice à la discussion. Pour ceux qui pourraient se libérer assez tôt de leur travail, nous les invitons aussi à venir écouter la conférence de presse qui devrait être particulièrement instructive...

mercredi 18 avril 2007

Après Vistéon, voici Delphi!


Il n'aura pas fallu longtemps pour que le précédent Vistéon fasse des émules. Moins d'un mois après avoir obtenu au forceps le rachat de la moitié des jours de RTT à la moitié de leur valeur, ce qui équivaut à une baisse "volontaire" des salaires de 2,625%, la direction de cette entreprise vient d'être imitée par celle de l'usine Delphi de Donchery.

Quoi de plus normal, direz-vous? Les 2 entreprises se ressemblent: ce sont de grosses unités industrielles spécialisées dans la sous-traitance automobile et connaissant des difficultés importantes du fait de la pression continue exercée par les constructeurs sur les prix des produits fournis par leurs équipementiers. L'une comme l'autre ont de ce fait été contraintes de procéder à des plans sociaux, ce qui s'était déjà traduit chez Delphi par la suppression en novembre 2006 de 106 emplois après la délocalisation en Pologne et au Mexique de la production d'évaporateurs. Quant à leur avenir, il semblait à toutes les 2 particulièrement sombre, surtout chez Delphi après la perte du marché des modules de climatisation "hvac" destinés à la nouvelle Opel Astra.

Même profil, même remède! La direction de Delphi s'apprête donc à mettre en place une consultation du personnel le 25 avril. A cette occasion, elle proposera aux salariés de choisir entre 4 propositions: les deux premières prévoient à quelques nuances près la même chose, à savoir la suppression des RTT et le blocage des salaires pendant 3 ans, ce qui ne permettrait de conserver un salaire identique qu'à la condition expresse d'effectuer des heures supplémentaires (en décodé, cela s'appelle une baisse du salaire horaire!); la 3ième permet la suppression en juin 2007 de 4 jours de RTT et en janvier 2008 de 6 jours supplémentaires en échange d'une augmentation des salaires d'environ 1,5% par an pendant 3 ans; la dernière maintient le système actuellement en vigueur. Le tout est assorti d'une carotte, l'obtention des marchés Epsilon et Mériva assurant du travail pour plusieurs années, et d'un bâton, la certitude qu'en cas de refus l'obtention desdits marchés sera plus qu'improbable et qu'il y aura une menace certaine pour l'avenir du site.

Le résultat de cette consultation ne fait aucun doute. Devant le chantage à l'emploi, les salariés accepteront une des 3 premières propositions. Si ce n'est pas le 25 avril, ce sera lors d'un deuxième référendum, voire d'un troisième ou même d'un suivant. Le cas de Vistéon nous a appris que les patrons savent faire preuve de persévérance! au MRC-08, nous pensons même que ce sera la plue hypocrite des propositions qui sera choisie, la troisième, dans la mesure où elle fait miroiter une augmentation de salaire (mais pas du pouvoir d'achat qui sera dans le meilleur des cas à peine maintenu!). Cela ne nous empêche pas de condamner avec la plus grande fermeté cette nouvelle "avancée sociale" à la mode Parisot, Sarkozy et Barroso et de dénoncer encore et toujours le recours à cette pratique détestable du référendum interne. Et pour tous ceux qui veulent enrayer la spirale de la remise en cause des droits sociaux, nous avons un conseil: votez le 22 avril pour la seule candidate de gauche susceptible d'arriver au pouvoir, Ségolène Royal!


3ième circonscription: Chevènement vient personnellement!

Le 10 décembre 2006, après la conclusion d'un accord global entre le MRC et le PS, Jean-Pierre Chevènement a décidé de se retirer de la course à l'élection présidentielle et de soutenir la candidature de Ségolène Royal. Cet accord est composé d'un volet politique qui reprend une grande partie de nos positions, notamment la prise en compte du vote majoritaire des Français en faveur du NON le 29 mai 2005, et d'un volet électoral qui réserve au MRC 10 circonscriptions pour les élections législatives. Parmi celles-ci figure la 3ème circonscription des Ardennes pour laquelle le MRC a décidé d'accorder son investiture à Gisèle Dessieux.
Depuis son installation à Linay, notre candidate, aidée du MRC-08, s'est efforcée avec beaucoup d'opiniâtreté ("l'union est avant tout un combat", disait en son temps un grand socialiste!) de contribuer au succès de la campagne de Ségolène Royal pour les présidentielles. Mobilisation des militants pour assurer le succès de la visite de notre candidate dans les Ardennes et du grand meeting de Charleville-Mézières, réunions publiques en série dans les chef-lieux de canton (nous avons parfois appris que nous étions les premiers "politiques" à tenir réunion dans ces gros bourgs!), tractage dans les boîtes aux lettres, distribution directe sur les marchés, nous avons utilisé tous les moyens laissés à notre disposition et fait preuve d'un militantisme de terrain dont nous n'avons pas à rougir (après tout, nous ne sommes ni des communistes, ni des écrevisses, ni des pivoines...). Parallèlement, nous commençons à nous mettre en ordre de bataille pour les élections législatives.
Le MRC vient ainsi d'ouvrir une permanence de campagne (accessible au public toutes les après-midis de 15h à 18h sauf dimanche) au 11, avenue Philippoteaux à Sedan. Des contacts prometteurs ont déjà été pris. Jean-Pierre Chevènement viendra en personne inaugurer cette permanence le 25 avril. Au programme de ce déplacement entre les 2 tours de l'élection présidentielle figurent également une conférence de presse et une rencontre entre les fédérations départementales du PS et du MRC. Ce sera sans doute l'occasion pour lui de rappeler "qu'un accord est un accord et qu'il a vocation à être respecté", non pas dans une, deux ou trois circonscriptions...mais dans les 10! Cette visite marquera le véritable début de la campagne électorale de Gisèle Dessieux et nous sommes persuadés qu'elle agira comme un puissant catalyseur sur tous ceux qui souhaitent une victoire de la gauche unie sur Jean-Luc Warsmann.

lundi 16 avril 2007

La Huronne au marché



A la veille de Pâques, la Huronne a pris son panier pour aller au marché. Plusieurs tribus y étaient sur le sentier de la guerre : la tribu des Sarkozis ; l’avant-garde des Royalistes, arborant fièrement la peinture de guerre du MRC-08 ; un détachement des fils de la Lutte Ouvrière ! Chacun s’efforçait de rallier le plus possible de frères blancs ou rouges dans la perspective du choix prochain du chef suprême de la nation (indienne).
La foule était dense. La Huronne y vit soudain apparaître un chef à deux plumes paré d’une peau de sanglier (son totem) qui tranchait sur ces hommes du rang. Une troisième plume était l’objet de sa quête. Son chant clair vantait son mérite et la médecine que représenterait, pour les fils du Sanglier, cet ajout à son couvre-chef.
« Comme c’est curieux », dit la Huronne. Ce guerrier se trompe-t-il de combat ? ou est-il si sûr de l’issue de la grande rencontre des tribus qu’il ne se préoccupe que de son propre scalp et de son ornement ? Que peut en penser le grand Manitou socialiste ?
Ayant dit, la Huronne reprit son carquois et repartit à l’offensive.

Dernière ligne droite


Cette semaine est la dernière avant le 1er tour des élections présidentielles. Conformément à l'attitude militante qu'il entretient contre vents et marées, le MRC-08 va en profiter pour aller sur le terrain afin de convaincre le maximum d'électeurs de voter pour Ségolène Royal. A cette fin, nous organisons une série de réunions publiques qui se tiendront à Raucourt et Flaba lundi 16 avril, à Mouzon mardi 17 avril, à Vouziers mercredi 18 et à Carignan jeudi 19 avril.

Ces réunions seront dirigées par Gisèle Dessieux, candidate du MRC sur la 3ième circonscription avec le soutien officiel du PS. Elles commenceront à 19h30 pour se terminer au plus tard à 21h30 par un verre de l'amitié et elles auront lieu dans les mairies des communes concernées. Les échanges porteront sur le programme de Ségolène Royal pour les présidentielles et tout particulièrement sur l'enjeu de ces élections pour la France et pour les Ardennes. Ils permettront aussi d'aborder les thèmes que Gisèle Dessieux défendra pour les législatives afin de donner une majorité de gauche à l'Assemblée Nationale.

dimanche 15 avril 2007

Dans la presse


"L'Ardennais" a publié ce vendredi 13 avril l'article suivant: "Laurent Bouvier trouve déplacé la place réservée au drapeau de l'Union Européenne sur la façade de la mairie de Givet. Pour lui, le drapeau est survalorisé, placé au centre entouré du drapeau français et du drapeau belge. Interrogé, le maire n'a trouvé rien de choquant dans cette configuration. Il a soutenu qu'il a voté non au référendum de 2005, mais que maintenant qu'on est dans l'Europe des 25, il faut bien l'accepter".

Le MRC-08 remercie "l'Ardennais" d'avoir relayé sa position. Il prend acte de la réaction du maire de Givet. Cependant, il tient à préciser que depuis le 1er janvier 2007, avec les adhésions de la Roumanie et de la Bulgarie, nous sommes dans l'Europe des 27 et non plus dans celle des 25. Les choses évoluent, il serait donc bienvenu d'adapter ses discours à la nouvelle réalité, sauf à considérer comme négligeable 22,5 millions de Roumains et 8 millions de Bulgares! Par ailleurs, ce qui s'est déroulé dans le secret de l'isoloir, nous ne pourrons jamais le savoir avec certitude et, en bons républicains que nous essayons d'être, nous ne le cherchons absolument pas. Simplement, nous remarquons que les élections municipales sont proches et nous comprenons aisément l'intérêt qu'il y a à se positionner du côté de la très large majorité des électeurs...

jeudi 12 avril 2007

Les Ardennes à l'honneur: suite

Après la campagne présidentielle 2002 qui avait été marquée par l'absence de visite dans notre département de la quasi totalité de celles et de ceux qui briguaient la magistrature suprême, la situation est décidément très différente en 2007. Après les visites très médiatisées des 2 principaux prétendants et celles plus discrètes de 3 autre candidats aux ambitions plus modestes, sans compter les petits détours effectués par 2 pré-candidats qui ont dû abandonner en cours de route, voici que les Ardennes auront l'honneur d'accueillir le mercredi 18 avril Gérard Schivardi, le candidat du parti des travailleurs.
Certes, ce n'est pas un candidat de premier rang, mais au MRC-08, on sait compter. Avec lui, 6 des 12 prétendants à la magistrature suprême seront venus dans notre département, n'hésitant pas à braver la grisaille et le brouillard qu'on lui associe souvent! Cela fait la moitié des candidats, ce qui de mémoire doit être une première pour les Ardennes... et 5 des 7 candidats de gauche, ce qui démontre l'ampleur des problèmes sociaux qui y existent.
Tant d'intérêt pour notre département et tant de publicité, qui pourrait s'en plaindre? Certainement pas nous, d'autant que nous préparons aussi la venue très prochaine d'une personnalité d'envergure nationale!

mercredi 11 avril 2007

Agence postale communale : rétablissons la vérité !

En 2004, voyant l'ouverture à la concurrence arriver à grands pas avec la multiplication des directives venues de Bruxelles, la Poste a lancé un programme de réorganisation destiné à réduire ses coûts de fonctionnement. Ceux que l'on appelait encore les usagers ont pu s'en rendre compte avec la fermeture de nombreux petits bureaux, la réduction des horaires d'ouverture et l'allongement des files d'attentes devant les rares guichets ouverts (le sketch de Dany Boon exagère à peine...).
Pour faire face au risque de fermeture de bureaux dans les petites communes, certains ont imaginé de créer des agences postales communales : il s'agit d'un local appartenant à la mairie qui en assure l'entretien, le chauffage et qui est mis à la disposition de la Poste avec un employé communal en échange de 914 euros par mois. On peut y faire, assure t-on, la quasi-totalité des opérations réalisables dans un bureau de poste classique avec une garantie de discrétion identique. D'autres ont préféré ouvrir des relais-postes : il s'agit de commerces qui assurent uniquement les services postaux de base. Cette solution présente l'avantage d'assurer un complément de revenus au commerçant et des horaires d'ouverture plus longs aux usagers.
Ces solutions ont été utilisées dans le département puisqu'actuellement la Poste y recense 110 points de contacts : 17 agences communales, 14 relais-postes, 1 agence départementale (une première en France qui nous a valu les honneurs de TF1 pour son inauguration) et 78 bureaux classiques dont 27 fonctionnent déjà à horaires réduits. Le service public serait ainsi sauvé...
Cette vision idyllique des choses n'est absolument pas partagée par le M.R.C.-08. Si nous comprenons la nécessité de recourir à des relais-postaux en dernier recours, il n'en est pas de même pour les agences postales communales. Certes, nous voyons bien que la Poste (ou la banque postale ?) fait une bonne affaire financière : bénéficier du travail d'un employé payé par une mairie dans un local qui ne lui coûte rien puisqu'il est possédé, chauffé et entretenu par la collectivité pour 914 euros par mois, qui dit mieux ? Nous remarquons aussi que si les services postaux sont faiblement réduits (plus d'envois de Chronopost par exemple), il n'en n'est pas de même pour les services financiers : les retraits ou versements sont limités à 300 euros par période de 7 jours, les paiements de mandats à 300 euros par opération...
Et puis il y a les petits détails désagréables qu'on a bien oublié de signaler aux ex-usagers devenus clients. Par exemple, il nous a été impossible, dans un gros village des Ardennes dont nous tairons le nom pour ne pas nuire à son image, d'obtenir une facture attestant de l'achat de timbres. Ces derniers étant destinés à la campagne législative, ce pourrait être secondaire... sauf qu'il existe une commission de contrôle des comptes de campagne ! Mais pour un entrepreneur qui voudrait s'y installer, qui peut parier que ce ne serait pas suffisant pour le décourager ? Nous n'avons pas besoin de cela dans un département sinistré comme le nôtre. Sans compter que le principe est en soi gênant : faire payer deux fois aux habitants des régions en déclin démographique, sous forme d'impôts nationaux et d'impôts locaux, ce que les habitants des régions favorisées ne payent qu'une fois, sous forme d'impôts nationaux seulement, est-ce vraiment l'égalité républicaine ?

lundi 9 avril 2007

Morceau choisi

Depuis hier, nous savons ce que la centrale nucléaire de Chooz a rapporté en 2006 à l'économie ardennaise: 85,3 millions d'euros sonnants et trébuchants! Cette somme se décompose en 50 millions de taxe professionnelle, 8,9 millions de taxe foncière, 1,1 millions de taxe d'agence de bassin, 20 millions de salaires pour les 735 agents EDF, 1,8 millions de commandes dans le département et 3,5 millions dépensés par les prestataires lors des arrêts de tranche.
C'est un joli pactole qui suscite bien des convoitises à en juger par les querelles récentes sur le fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle. Au MRC-08, plutôt que d'entrer dans cette polémique intéressée, nous préférons mettre ces chiffres en rapport avec les retombées économiques du tourisme pour notre département: 1.170 emplois directs (c'est plus que la centrale certes, mais il ne faut pas oublier les 1.300 prestataires qui affluent lors des arrêts de tranche!) et 40 millions d'euros en 2005 d'après le schéma départemental de développement du tourisme qui est devenu une véritable bible pour nombre de nos décideurs.


Comparaison n'est pas raison, mais en l'espèce la mise en relation de ces 2 réalités chiffrées est édifiante et sans appel. Ceux qui persistent à vouloir faire du tourisme la clef du développement des Ardennes seraient bien inspirés de s'en imprégner et d'en tenir compte.

dimanche 8 avril 2007

Chasse aux services publics


Dans notre univers européen privatisé au nom d’une supposée concurrence, il faudrait plutôt parler de services de base : fourniture d’énergie, communication, poste, transports. Qu’a-t-elle trouvé dans sa traque ? Des centres d’appel (numéros gratuits ou payants à partir d’un téléphone fixe, toujours payants à partir d’un portable) : EDF à Lyon, GDF à Nantes, France Telecom à Villeneuve d’Ascq. Neuf minutes d’attente et d’intermède publicitaire pour parler à un conseiller charmant, jamais le même et toujours anonyme, qui enchaîne les appels et lui confirme l’impossibilité pour un professionnel dans ce département de dialoguer face à face avec une personne au fait des caractéristiques de la zone où il s’implante, voire de la simple géographie de sa ville ou de son canton.

On lui explique aussi que tout se complique. Au nom de la libre concurrence imposée (!) par les directives européennes, la fourniture d’énergie est maintenant dissociée de sa production, mais aussi de la distribution et de la mise en service confiées à un sous-traitant privé. Il en va de même de la ligne téléphonique dont un entrepreneur ne saurait se passer. La Huronne a ainsi passé une semaine entière à téléphoner (à ses frais de cliente) à des centres d’appel et écouter une publicité en boucle, reprendre au point de départ des rendez-vous effacés par un supposé bug informatique, attendre faute d’horaire précis le passage de chaque équipe technique et accueillir à deux reprises la même sympathique paire pour le compte de fournisseurs différents.

La Huronne alors s’interroge : est-ce ainsi qu’on attire les activités dans un département en quête d’un nouveau souffle ? Ses amis d’Amérique le lui ont affirmé : dans le choix d’implantation d’une entreprise, et plus encore que le niveau des salaires ou des charges, la qualité des infrastructures constitue (avec celle de la main-d’œuvre) un facteur essentiel. Peut-on à la fois se battre pour le développement économique des Ardennes et accepter la délocalisation et la vente à la découpe des services de base – ceux que l’on aimerait nommer encore « publics » ?

Pour la Huronne, la cause est entendue. Comme le prévoit l’accord passé entre le MRC et le PS, pleinement endossé par Ségolène Royal et défendu sur le terrain par le MRC-08, elle « agira pour préserver les services publics de la frénésie de libéralisation qui les détruit ou les menace, pour la maîtrise publique des énergéticiens nationaux, pour que de nouveaux services publics apportent des réponses aux besoins de nos concitoyens ».

blognotes de la Huronne


Le blog du MRC-08 compte à partir d'aujourd'hui une nouvelle rubrique rédigée par Gisèle Dessieux, candidate du MRC soutenue par le parti socialiste dans la 3ième circonscription. Voilà la raison de sa dénomination.

La Huronne est gaie luronne. Elle a vécu quelque temps au Canada puis aux Etats-Unis, c’est pourquoi on l’appelle ainsi. Elle y a eu tout loisir d’observer et éprouver les ravages du libéralisme économique avancé. Revenue sur la terre des ancêtres, et comme le personnage de l’Ingénu (sans e s’il vous plaît !) imaginé par Voltaire, elle observe d’un œil neuf la réalité de notre département et va de découverte en découverte.

samedi 7 avril 2007

Sedan: un marché instructif

Aujourd'hui, des membres du MRC-08 sont allés effectuer un tractage sur le marché de Sedan. Quel bonheur de déambuler sous un ciel ensoleillé au milieu d'une foule plutôt bien accueillante avec en main des centaines de tracts (c'est ça la revalorisation du travail!) spécialement conçus par le MRC pour expliquer les raisons de son soutien à Ségolène Royal. Quel plaisir aussi de croiser d'autres militants distribuant pour le compte d'Arlette Laguillier et de Nicolas Sarkozy: c'est pour nous la preuve que le travail de terrain n'est pas abandonné et qu'il y a ainsi bon espoir de faire reculer l'abstention.
Mais quelle surprise aussi! Au milieu du flot des badauds, il nous semble reconnaitre au loin une silhouette familière en train de tracter. Nous nous approchons par curiosité. Eh oui, c'est bien lui, le Président du Conseil Régional et ex-maire de Sedan, Jean-Paul Bachy soi-même! Ayant été bien éduqués (c'était le temps d'avant), nous le saluons très poliment et lui faisons savoir notre joie de travailler pour la même cause, la victoire à la présidentielle de Ségolène Royal. Il sourit, mais d'une façon tellement crispée que cela nous intrigue. Nous lui demandons alors si nous pouvons échanger un de nos tracts contre un des siens pour comparer nos proses respectives.
Quel choc à la lecture! Aucune mention de Ségolène Royal, aucun poing à la rose, aucune référence à un socialisme quelconque...mais l'annonce de la constitution d'un duo pour les législatives de juin et de l'ouverture d'un blog destiné à inciter la population à appeler à sa candidature. Un modeste argumentaire complétait l'ensemble en insistant sur la nécessité qu'un Président de région soit aussi un parlementaire. Surprenant, n'est-ce pas, de voir un des ténors socialistes du département ne pas faire campagne pour la candidate officielle de son parti?
A nos yeux, tout ceci est particulièrement inquiétant. Mettre la charrue avant les boeufs en faisant passer les législatives avant les présidentielles, c'est hautement maladroit dans une circonscription qui ne pourra être reprise à la droite qu'en surfant sur la vague d'une victoire de Ségolène Royal à la présidentielle. Surtout, cela prouve que l'accord global conclu entre le MRC et le PS n'est respecté qu'en façade et que certains persistent à faire passer leurs petits intérêts personnels avant l'intérêt général. Cette conception de la politique augure mal de l'avenir...

Un banquet républicain réussi

Hier soir, à l'occasion du vendredi dit saint par certains, une trentaine des plus actifs des libres penseurs de notre département se sont retrouvés à l'auberge du premier chaîneau, dans les faubourgs de notre bonne cité de Charleville-Mézières, pour un banquet républicain et laïc. Certains membres éminents du M.R.C.-08 avaient l'honneur d'en être, mais tous les participants étaient de francs compagnons, grands amateurs des ripailles, de la dive bouteille et de la libre pensée. Car comme le dit François Rabelais, notre maître à tous : "Maintenons que non rire, mais boire est le propre de l'homme ; je ne dis boire simplement et absolument, car aussi bien boivent les bêtes : je dis boire vin bon et frais. Car pouvoir il a d'emplir l'âme de toute vérité, tout savoir et philosophie".
Le discours d'accueil du président de la fédération 08 de la Libre pensée, Alain Tournafol, rappela la longue liste des laïcs de tous les temps et de toutes les contrées. Exaltant la loi de 1905 et rappelant la noble tradition du libre banquet, de Platon jusqu'à nos jours, il nous gratifia notamment de quelques anecdotes héroïques, comme la tête de veau que certains roturiers dégustent encore tous les 21 janvier pour commémorer la décollation du bon roi Louis XVI, ou encore le menu que partagèrent le 10 avril 1868, autre vendredi dit saint, Sainte-Beuve, Flaubert, Taine et Renan :
Truite saumonée
Ecrevisse à la nage
Faisan truffé
Filet de boeuf sauce Madère.
De quoi se mettre en appétit... Appelés à table par les accents de l'Internationale et du Temps des Cerises, les participants se lancèrent alors dans une discussion des plus sérieuses sur la laïcité. Au-delà des divergences de détail, nous fûmes tous d'accord pour condamner les incursions de la sphère religieuse dans la sphère publique, notamment dans le domaine scolaire, et pour exiger l'application stricte de la loi de 1905, sans faux-fuyants ni toilettage, ce qui est la moindre des choses pour une loi que nul n'est censé ignorer... Nous avons aussi émis le voeu que le nouveau président de la République fût un fervent partisan de la laïcité. Puisse t-il en tout cas adopter la devise de Victor Hugo, qu'Alain Tournafol a rappelée à plusieurs reprises : "L'Eglise chez elle, l'Etat chez lui".
Nous nous réjouissons donc du succès de cette réunion et promettons d'ores et déjà notre participation enthousiaste pour l'édition 2008!

mercredi 4 avril 2007

Pavoisement: l'art et la manière!


A l'exception du 14 juillet, fête nationale oblige, il n'existe aucun texte officiel régissant le pavoisement des édifices publics. En la matière, tout est donc possible! Cependant, il existe un usage bien établi: faire flotter le drapeau français, soit seul, ce qui est de plus en plus rare, soit en compagnie d'autres. Dans ce dernier cas de figure, il existe un autre usage tout aussi bien établi: le drapeau tricolore, symbole de la République représentée dans ces édifices, figure en meilleure place que les autres, en étant en fonction des goûts des décideurs soit au centre, au dessus ou en plus grand. C'est d'ailleurs le cas à l'entrée de nos lycées: on y trouve toujours le drapeau français au centre, entouré du drapeau de la région Champagne-Ardennes (après tout, n'est-ce pas elle qui finance la construction et l'entretien de ces bâtiments?) et de celui de l'Union Européenne (là, c'est plus difficile à comprendre, l'Education nationale n'ayant pour le moment aucun compte à rendre à ce regroupement de pays : propagande insidieuse sur les esprits les plus fragiles, peut-être?).

Les mairies qui sont par essence des édifices publics n'échappent pas à cette diversité des choix. Toutefois, 2 cas de figure dominent largement: le drapeau français peut y flotter seul avec fierté ou il peut y être associé au drapeau de L'Union Européenne. Ce 2ième cas est de plus en plus courant et le MRC-08 n'y voit absolument rien de choquant. D'autres cas de figure sont possibles: pas de drapeau comme à Buzancy où Gisèle Dessieux et plusieurs de nos membres étaient présents hier, plusieurs petits drapeaux tricolores formant un bouquet du plus bel effet comme à Charleville-Mézières,...

Mais un drapeau de l'Union Européenne survalorisé au centre entouré du drapeau français et du drapeau belge, c'est également possible. Où? A Givet! Est-ce pour faire un pied de nez aux 71% des électeurs de cette commune qui ont voté NON au référendum de 2005? Est-ce pour remercier l'Union Européenne d'avoir diminué de 20% les fonds Interreg consacrés à notre région pour la période 2007-2013? Est-ce pour anticiper une éventuelle évolution de L'UE vers une construction fédérale rabaissant les pays au rang de simples régions? Nous ne le savons pas. Toutefois, nous trouvons cette configuration pour le moins déplacée, et quitte à faire dans l'originalité, nous préférons celle qui figure au fronton de la mairie chevènementiste du XIième arrondissement à Paris: un drapeau français associé à un drapeau de l'ONU. Après tout, ne sommes-nous pas tous des citoyens du monde?

mardi 3 avril 2007

Au boulot pour Ségo!


La dernière ligne droite de la campagne présidentielle est désormais lancée. Que pouvons-nous faire pour aider Ségolène Royal, la candidate de la gauche de gouvernement? S'asseoir autour d'un verre et discuter entre amis du même bord de tel ou tel détail du Pacte Présidentiel? C'est possible...mais ce n'est pas la conception que le MRC-08 se fait de la politique.

C'est pourquoi nous avons décidé d'aller à la rencontre des électeurs, de tous les électeurs, les citadins comme les ruraux! Dans cette optique, nous commençons un marathon (nous ne manquons pas de souffle) de 3 semaines dans la 3ième circonscription du département en organisant des réunions publiques dans chaque chef-lieu de canton. Ces réunions seront dirigées entre autres par Gisèle Dessieux, la candidate du MRC sur cette circonscription avec l'appui officiel du parti socialiste.

La première aura lieu dès demain, mercredi 04 avril à Buzancy. Puis, nous nous rendrons le jeudi 05 avril à Le Chesne, le mardi 10 avril à Attigny, le mercredi 11 avril à Machault, le jeudi 12 avril à Tourteron. Ensuite, nous tiendrons 5 réunions pendant la dernière semaine de la campagne, dont une le jeudi 19 avril à Carignan. Le planning des 4 autres jours n'est pas encore établi, mais nous le rendrons public dès qu'il sera fait. Les débats commenceront vers 19h30 et s'achèveront au plus tard à 21h30 par un pot de l'amitié. Les salles seront fléchées.

Les échanges porteront sur le programme de Ségolène Royal pour les présidentielles, mais aussi sur celui que Gisèle Dessieux défendra pour les législatives afin de donner une majorité de gauche à l'Assemblée Nationale. Elle développera notamment le thème des ruraux et de l'Europe, ce qui lui permettra d'aborder les questions des services publics et de la PAC .

Par ailleurs, nous procéderons à une distribution de tracts sur le marché de Sedan le samedi 07 avril et sur celui de Vouziers le samedi 14 avril. Nous nous efforcerons ainsi d'aller au contact du maximum d'électeurs, ce qui nous permettra de démontrer qu'au MRC-08 la revalorisation du travail ne se limite pas aux mots...