Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 31 octobre 2011

7 milliards d'habitants sur Terre !

C'est fait, 12 ans après avoir franchi le cap des 6 milliards d'humains, la Terre compte depuis aujourd'hui 7 milliards d'habitants ! Pour le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Ce n'est pas une simple affaire de chiffre ... Sept milliards de personnes ont besoin de nourriture, d'énergie, d'offres intéressantes en matière d'emplois et d'éducation, de droits et de liberté, la liberté d'expression, la liberté de pouvoir élever ses enfants en paix et dans la sécurité. Tout ce que chacun souhaite pour soi, multiplié par 7 milliards". De vrais défis qu'il a eu raison de rappeler mais qui sont tout à fait surmontables, surtout si on ne barre pas la route au progrès et si les pays riches dans lesquels la population est stabilisée accroissent leur solidarité envers les pays pauvres dans lesquels la population continue à augmenter fortement !

samedi 29 octobre 2011

La crise grecque vue avec humour !

jeudi 27 octobre 2011

Ardennes : le chômage grimpe encore !

En France, après 3 mois de forte hausse, le nombre de chômeurs avait connu une petite baisse de 2.000 personnes en août. Le début d’un renversement de tendance, le signe précurseur d’une embellie de longue durée, pensaient les plus fervents partisans du trio Sarkozy-Fillon-Bertrand ! A tort puisque le Ministère du Travail a fait savoir hier que le chômage était reparti nettement à la hausse au mois de septembre avec une augmentation de 0,9 % des demandeurs d’emplois de catégorie A (ceux qui n’ont travaillé aucune heure) dont le nombre s’élève à 2.780.500 tandis que le cumul des catégories A, B et C (ceux qui ont travaillé moins de 78 heures au cours du mois écoulé) atteint désormais 4.441.600 en intégrant les demandeurs d’emplois des DOM. Des chiffres effarants qui traduisent à la fois l’atonie actuelle de la croissance économique et le caractère totalement contreproductif de la politique d’austérité mise en place par le gouvernement.

Ces chiffres nationaux cachent bien sûr des disparités régionales et départementales. Hélas pour nous, elles ne nous sont pas favorables puisque sur 1 an, alors que le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 3 % en France et celui des 3 catégories A, B et C de 4,5 %, la hausse a été respectivement de 14 % (la pire performance des 22 régions métropolitaines) et de 8,2 % en Champagne-Ardenne. Quant au département des Ardennes, avec 14.516 demandeurs d’emplois de catégorie A et 21.066 chômeurs inscrits dans les catégories A, B et C, il connaît des hausses respectives de 7,9 et 7,8 % ! C’est certes mieux, ou plutôt moins catastrophique, qu’au niveau régional mais cela représente tout de même en un an seulement 1.063 personnes supplémentaires n’ayant exercé aucune activité et 1.525 ayant exercé une activité réduite. Pour le MRC 08 qui n’oublie pas que derrière ces chiffres se trouvent des familles plongées dans les affres de la précarité avec la misère comme horizon, c’est la preuve de l’inefficacité des dispositifs actuels, et notamment de la zone franche dont il faut maintenant reconnaître qu’elle n’a pas produit les effets escomptés...  

mercredi 26 octobre 2011

Givet : les habitant(e)s vont pouvoir s’exprimer sur le projet "d’incinérateur" !

Cette fois, c’est certain, celle que l’on commençait à appeler l’arlésienne pour avoir été annoncée à tant de reprises sans jamais avoir eu lieu va enfin se dérouler ! Vous l’avez compris, il s’agit de l’enquête publique sur le désormais fameux (ou fumeux ?) projet "d’incinérateur" prévue initialement pour l’automne dernier, puis juré craché pour les fêtes de fin d’année, avant d’être repoussée d’abord au mois d’avril puis au mois de juin et enfin à celui de septembre. Des reports à répétition qui en disent long sur les difficultés qu’ont rencontrées les porteurs de projet pour franchir les premières étapes administratives. Mais ils ont fini par y arriver et désormais, comme vous pouvez le lire sur l’avis ci-dessous qui a été publié dans l’édition de "l’Ardennais" en date du 21 octobre, la parole est à la population qui pourra faire part de ses remarques en se rendant à la mairie de Givet entre le 07 novembre et le 11 décembre inclus. Elle pourra ainsi faire part de son soutien enthousiaste, ce qui serait assez étonnant eu égard aux propos que l’on peut entendre dans la cité de Méhul, ou de ses craintes, ce qui est beaucoup plus probable. Elle pourra aussi exposer ses critiques, que le MRC 08 sait nombreuses, contre ce que l’avis d’enquête publique appelle "une unité de cogénération" et non "une unité de production d’énergies renouvelables" comme persistent à le faire les porteurs de projet dans le dossier de demande d’autorisation d’exploiter déposé en Préfecture...      

lundi 24 octobre 2011

Aubrives : les « jeunes » talents exposent !

Ce week-end a eu lieu une première à Aubrives : une exposition, organisée par l’association Espace Loisirs et son toujours très dynamique président Régis Lenoble, pour mettre en valeur les œuvres réalisées par les peintres plus ou moins confirmés qui fréquentent l’atelier Aquarelle ! Créée il y a un peu plus de deux ans pour satisfaire une forte demande locale, cette activité culturelle, qui contribue à améliorer la renommée de notre commune, est dirigée non pas d’une main de maître mais encadrée avec douceur, pédagogie et efficacité par le plus connu de nos artistes locaux, Claude Stroppa, qui n’a rien perdu de son talent et de ses qualités humaines malgré son entrée dans sa quatre-vingtième année. Au total, ce sont donc 22 adeptes du mariage harmonieux des couleurs et des formes qui ont dévoilé à une grosse centaine de visiteurs 162 œuvres de qualité. Plus qu’un succès d’estime, c’est donc une réussite qui a eu lieu sous le regard du regretté Georges-Armand Favaudon dont le portrait, que vous trouverez ci-dessous, figurait en bonne place au milieu des tableaux exposés. Il ne reste maintenant plus qu’une chose à espérer, à savoir la reconduite dès l’an prochain de cette exposition qui a été à la fois valorisante pour les artistes et ô combien instructive pour les visiteurs qui ont su être attentifs...
LB        

dimanche 23 octobre 2011

Caf des Ardennes : "La Semaine des Ardennes" prise en flagrant délit de désinformation !

Depuis jeudi dernier, Jean-Charles Vanbervesseles, le truculent sexagêneur  de la gauche carolomacérienne, ne décolère pas, au point d’avoir ameuter le ban et l’arrière-ban de son impressionnant réseau de relations tissé au fil de plusieurs décennies d’activité politique ! La raison de ce coup de sang ? La découverte, en première page de la dernière édition de notre hebdomadaire départemental, "La Semaine des Ardennes", d’un gros titre affirmant que "la fraudela Caf] coûte 1,6 millions d’euros". Étant représentant de la CGT au sein du conseil d’administration de cet organisme social, les bras lui en sont alors tombés presqu’aussi vite que la moutarde lui montait au nez, et ce pour 3 raisons on ne peut plus compréhensibles.  

La première est que le montant figurant en gros caractères à la une du journal ne correspond pas à celui inscrit dans le rapport financier 2010 de la Caf, qui est de très exactement 1.062.974 euros d’indus liés à la fraude ! Une simple inversion des 2èmes et 3èmes chiffres, êtes-vous certainement en train de penser, mais cette maladresse toujours possible est difficilement crédible puisqu’elle donne du poids au titre racoleur utilisé alors que l’honnêteté intellectuelle aurait normalement dû amener le journaliste à retrancher de la somme totale des indus les 70 % que la Caf arrive à récupérer. La fraude n’est donc en réalité "que" de 320.000 euros au maximum sur un total de prestations de plus de 300 millions, soit environ 0,1 %. Évidemment, c’est toujours trop ... mais c’est tout de même 5 fois moins qu’annoncé.

La deuxième raison  est que, contrairement à ce que veut faire croire "La Semaine des Ardennes", la fraude est en recul en 2010 par rapport à 2009 puisqu’il est stipulé dans le rapport du CA de la Caf que "le faux et usage de faux qui suppose la preuve de la falsification de pièces originales ou l’utilisation de fausse identité" n’a été relevé à aucune reprise en 2010 alors que cela avait été le cas 33 fois en 2009. Enfin, la dernière raison est que l’article insiste sur le fait que "la caf traque les fraudeurs dans les Ardennes" alors qu’un organisme comme celui-ci, fondé sur la solidarité nationale, a par essence des missions bien plus essentielles à remplir que de traquer qui que ce soit.

En conséquence, Jean-Charles Vanbervesseles demande, au nom de la déontologie journalistique, un démenti aussi visible que le titre et l’article incriminés afin de rétablir dans leur honneur et dans leur dignité les allocataires de la Caf qui se sont sentis à juste titre stigmatisés uniquement en raison de leur appartenance aux couches les plus modestes de la population. Une demande à laquelle s’associe d’autant plus volontiers le MRC 08 que cette chasse aux fraudeurs lorsqu’ils sont pauvres, que l’on retrouve en filigrane dans le document ci-dessous qui se trouve en bonne place sur la page d’accueil du site internet de la Préfecture, n’a pas touché les favorisés de la fortune à qui l’on a bien peu demandé lorsque, par exemple, ils ont rapatrié les capitaux qu’ils détenaient à l’étranger après s’être rendus coupables d’évasion fiscale...   
    

samedi 22 octobre 2011

Du rififi aux Archives Nationales !

Mardi soir, une réunion publique a eu lieu à la Bourse du travail de Paris pour soutenir trois employés des Archives nationales : Wladimir Susanj, Béatrice Hérold et Eliane Carouge, membres respectifs de la CGT, de la CFTC et de la CFDT, sanctionnés pour avoir organisé le 17 mai dernier une conférence de presse visant à marquer leur opposition à la création de la Maison de l’Histoire de France. Etaient présents à la réunion, afin de demander la levée immédiate des mesures prises à leur encontre, des représentants du PS, du Front de Gauche et du NPA, des membres du MRC, ainsi que plusieurs historiens, dont Arlette Farge, qui est originaire de Charleville-Mézières.
La récente mobilisation du personnel de cette institution, qui est située rue des Quatre-fils (Aymon ?) et qui conserve entre autres une bonne partie de la mémoire des Ardennes depuis que les fonds des archives départementales ont été détruits lors du bombardement de Mézières en mai 1940, fait suite à l’annonce de Nicolas Sarkozy, le 12 septembre 2010, lors de sa visite à la Grotte de Lascaux, de placer la Maison de l’Histoire de France, dont la création était prévue depuis 2007, à l’intérieur des bâtiments des Archives. Elle s’explique par le manque de place dans des locaux déjà sous-dimensionnés, par l’absence de consultation – même pour la forme – des professionnels des Archives Nationales et par le limogeage sans ménagement en février dernier de la directrice de l’établissement en raison de son manque d’enthousiasme pour le projet. 

Aussi les agents, conservateurs et magasiniers, désireux de faire entendre leur protestation, ont décidé dès septembre 2010 une grève avec occupation des locaux, sans jamais gêner l’accueil du public. Elle a été levée en janvier 2011, mais la mobilisation se poursuit, comme en témoigne cette récente réunion et la diffusion d’une pétition qui en disent long sur l’exaspération des professionnels de la culture face à la politique du gouvernement actuel. Le projet d’une Maison de l’Histoire de France n’est pourtant pas inintéressant en soi ! Cependant, pour qu’il bénéficie de l’adhésion de tous, il faudrait qu’il ne soit pas farci de considérations politiciennes, qu’il soit respectueux de la liberté syndicale qui fait partie des acquis essentiels de la République et qu’il ne soit pas accompagné par une réduction des horaires d’enseignement de l’histoire–géographie comme c’est actuellement le cas dans le secondaire. 3 conditions impératives pour que cette idée, conçue dans une grotte, ne débouche pas sur un peu plus d’obscurantisme encore...  

jeudi 20 octobre 2011

Il est né le divin enfant !

Hier, le grand jour a enfin eu lieu ! On ne sait pas encore à quelle heure précise, mais entre 19h00 et 19h30, c'est-à-dire juste à temps pour que l’information soit délivrée aux millions de téléspectateurs qui regardent les journaux télévisés de 20h00, Carla Bruni-Sarkozy a donné naissance à son deuxième enfant, une fille dont on ignore encore le prénom. Symboliquement, la première dame de France aurait pu accoucher dans un hôpital public d’un quartier ordinaire pour montrer l’attachement des plus hautes autorités de l’Etat aux services publics et aux Français moyens. Il n’en a rien été puisque la délivrance a eu lieu dans une clinique particulièrement huppée du XVIème arrondissement de Paris appartenant au groupe privé Ramsay Santé : la clinique de la Muette, située au 46-48 de la rue Nicolo, dénommée ainsi non pas par déformation familière du prénom de l’heureux papa mais en hommage au pseudonyme du compositeur français Nicolas Isouard qui vécut entre 1773 et 1818.

Avec cet heureux évènement, Nicolas Sarkozy devient donc le premier Président de la République à avoir un enfant en cours de mandat ! Il peut donc reprendre la main, médiatique bien sûr, sur ses rivaux en ce début de campagne présidentielle en récupérant la sympathie d’une partie des mères de famille et des grands-mères qui ne manqueront pas d’être attendries par les gestes attentionnés du papa envers son enfant. Un nouveau-né à qui il faut bien sûr souhaiter une bonne santé et tout le bonheur du monde. Deux vœux qui seront certainement unanimes, mais auxquels le MRC 08 souhaiterait en ajouter 2 autres : que la maman s’imprègne du nom de la clinique dans laquelle elle a accouché et décide d’arrêter la chanson ... et que le papa montre son goût pour la modernité en prenant dès maintenant un congé parental pour s’occuper à plein temps de sa petite dernière !

lundi 17 octobre 2011

Primaires socialistes : Hollande l’emporte envers et contre tout !

Depuis hier, le vainqueur des primaires organisées par le parti socialiste pour désigner son champion à l’élection présidentielle du printemps prochain est connu : il s’agit, sans aucune surprise, de François Hollande qui a obtenu 56,57 % des suffrages exprimés par les 2.860.157 citoyens ayant estimé de leur devoir de participer à cette consultation électorale inédite ! Une victoire nette que l’on retrouve pratiquement à l’identique dans notre département puisque le Corrézien y  a recueilli 56,66 % des 8.898 bulletins déposés dans les 37 bureaux de vote répartis à travers toutes les Ardennes. Pourtant, sa tâche s’y annonçait des plus ardues étant donné les prises de position en faveur de sa concurrente de la maire de Charleville-Mézières, de la 1ère secrétaire fédérale et de 14 des 18 secrétaires de section du département qui ont tout essayé, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, pour empêcher la victoire du favori des sondages. Mais rien n’y a fait puisque celui-ci a réussi, malgré les obstacles, à rafler la mise dans 30 bureaux de vote, avec une avance souvent confortable qui a culminé dans celui de Novion-Porcien où il a obtenu 76,4 % des voix...       
          

samedi 15 octobre 2011

Insécurité : la situation se dégrade malgré les belles promesses !

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué étant donné le peu de publicité qui en a été fait, mais le Préfet a rendu public la semaine dernière le bilan de la délinquance dans les Ardennes pour les 8 premiers mois de l’année. Une annonce presque en catimini qui s’explique par les mauvais chiffres qui ont été révélés : + 3,02 % pour les atteintes aux biens qui se sont élevées à 4.131, + 12,08 % pour les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes qui ont été au nombre de 1.106 et + 25,59 % pour les escroqueries et autres infractions économiques et financières qui ont atteint le chiffre de 908 ! Pas de quoi pavoiser en effet, eu égard aux priorités affichées par le gouvernement, pour le plus haut représentant de l’Etat dans le département, et encore moins de se réjouir pour tous ceux qui, comme au MRC 08, considèrent que la sécurité est un droit essentiel des citoyens qu’il faut veiller à maintenir partout et en toutes circonstances.

Pour autant, ces chiffres inquiétants ne doivent pas être mis pudiquement sous le boisseau en espérant qu’ils seront vite oubliés ! Au contraire, ils doivent amener à réfléchir sur les causes réelles de cette montée de la délinquance et sur les moyens appropriés à mettre en œuvre pour l’enrayer. Ils devraient aussi conduire à s’interroger sur l’efficacité des mesures qui ont été privilégiées ces dernières années. Ainsi, ils pourraient être l’occasion, en dehors de tout débat idéologique, de faire le bilan sur l’impact réel des 51 caméras de vidéosurveillance qui étaient déployées au 1er janvier de cette année dans les communes de Rethel, La Francheville, Warcq, Sedan, Villers-Semeuse, Givet, Mouzon, Bazeilles, Maubert-Fontaine et Bogny-sur-Meuse. Ont-elles été à la hauteur des espoirs qu’elles avaient suscités et des 270.629 euros qu’elles ont coûté au Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance ou se sont-elles révélées de simples gadgets ? La réponse à cette question ne résoudrait évidemment pas tout le problème de la délinquance, mais elle éclairerait à coup sûr les habitants des communes qui, comme Vireux-Molhain, ont décidé de franchir le pas et de se doter de ces outils si controversés...  
       

lundi 10 octobre 2011

Primaires socialistes : les enseignements du scrutin dans les Ardennes !

Le battage médiatique a été tel que personne ne peut ignorer l’évènement politique qui a eu lieu hier : le 1er tour des primaires organisées par le parti socialiste et son fidèle allié, le PRG ! Comme attendu, François Hollande est arrivé en tête des quelques 10.000 bureaux de vote répartis sur tout le territoire avec 39 % des suffrages, devant Martine Aubry qui a recueilli 30 % des voix. Derrière eux, la surprise est venue d’une part de l’excellent score réalisé par le chantre de la démondialisation, Arnaud Montebourg, qui a séduit 17 % des électeurs et d’autre part de la déconfiture de la pasionaria de 2007, Ségolène Royal, qui n’a pu faire mieux qu’un maigrichon 7 %. Quant à Manuel Valls, la nouvelle figure de proue de l’aile droite du PS, il a dû se contenter d’un décevant 5 % qui aurait certainement fait le bonheur du radical de gauche Jean-Michel Baylet qui a joué son rôle de figurant jusqu’au bout en obtenant un symbolique 1%.

Et dans les Ardennes ? Si l’on regarde au-delà de la hiérarchie entre les 6 candidats qui est la même qu’au niveau national, 3 enseignements majeurs ressortent de ce scrutin. Le premier est que la participation, qui était attendue à 4.000 personnes pour 1 millions d’électeurs initialement espérés pour toute la France, aurait dû atteindre être de l’ordre de 10.000 puisque le nombre de votants a dépassé les 2,5 millions dans le pays. Or, elle a été de très exactement 7.914, ce qui est plutôt décevant et montre que l’enthousiasme national n’a que partiellement touché les Ardennes ! Le deuxième enseignement est que malgré le soutien apporté par la fédération départementale à Martine Aubry, celle-ci ne surperforme son score national dans l’ensemble des Ardennes que de 3% alors que François Hollande améliore le sien de 5 %, ce qui lui permet d’arriver largement en tête avec un flatteur 44 %. Une conséquence sans doute du déplacement effectué en juin dernier par le Corrézien dans notre département !

Enfin, le troisième enseignement est que les 2 élus qui ont appelé à voter pour François Hollande, à savoir le député Philippe Vuilque et le Président du Conseil régional Jean-Paul Bachy, ont su se faire entendre puisque leur poulain a obtenu respectivement 54 % et 47 % des suffrages à Revin et à Sedan ... ce qui n’a pas été le cas des soutiens de Martine Aubry comme par exemple Claudine Ledoux, la maire de Charleville-Mézières, et Annie Florès, la secrétaire fédérale, qui n’ont pu rallier derrière le panache de leur favorite que 31 % et 28 % dans les bureaux de vote situés dans leurs communes. De là à penser que toutes les paroles n’ont pas le même poids, il n’y a qu’un petit pas que certains n’hésiteront sans doute pas à franchir ! Pour savoir s’ils ont raison, ils n’auront pas longtemps à attendre puisque le 2ème tour qui aura lieu dimanche prochain permettra de confirmer ou d’infirmer cet enseignement majeur du 1er tour.

Dernière chose à l’adresse de ceux dont l’horizon ne se limiterait pas au département des Ardennes, les résultats du bureau de vote d’Athènes, la capitale de la malheureuse Grèce soumise à une cure d’austérité particulièrement draconienne, ont été les suivants : 33 pour Montebourg, 27 pour Aubry, 1 pour Baylet, 4 pour Valls, 16 pour Hollande et 3 pour Royal...

mardi 4 octobre 2011

Le vrai Claude Wallendorff enfin démasqué !

Depuis quelques temps, tous les observateurs de la vie politique ardennaise ont pu constater que Claude Wallendorff, le sémillant apolitique de droite maire de Givet et conseiller général du canton du même nom, n’était plus – contrairement à une pratique longtemps bien ancrée – en odeur de sainteté dans les colonnes de notre unique quotidien départemental. Qualifié au gré d’articles au vitriol, du fait du cumul de ses fonctions, de "roitelet de la Pointe", de "marquis de la Pointe" ou de "seigneur de la Pointe", voire affublé du malodorant sobriquet "WC" par inversion de ses initiales, il payait, pensait-on, son comportement inapproprié envers certains journalistes qu’il désirait réduire contre leur gré au rôle de simple relais de la bonne parole qu’il daignait émettre. Une petite vengeance en quelque sorte, en attendant certainement la mise en place d’un modus vivendi acceptable par les 2 parties !

Aujourd’hui, on sait qu’il n’en est rien puisque, dans son édition mise en vente ce matin, "l’Ardennais" a consacré, en s’appuyant sur un courrier officiel que vous pourrez lire ci-dessous, un plein dossier à Claude Wallendorff dans lequel transparaît la raison de fond du changement de la ligne éditoriale à son égard : non pas un comportement désobligeant envers telle ou telle personne, comme on commençait de plus en plus à l’entendre, mais des faits graves qui ont été découverts au terme d’investigations minutieuses et qui ont brisé l’image qu’il se plaisait à donner jusqu’alors de lui ! A coup sûr, ces révélations n’apaiseront pas la situation conflictuelle en cours, bien au contraire. Mais pour le MRC 08, elles sont les bienvenues puisqu’elles clarifient les choses tout en dévoilant au grand public le véritable visage de celui qui n’avait de cesse de se présenter à tort comme un gestionnaire hors pair...             
(pour une meilleure lecture des documents publiés dans l'édition du 04 octobre 2011 de "l'Ardennais" en page  30, vous pouvez les agrandir en faisant un clic gauche dessus)

L'aide alimentaire aux plus démunis menacée !

dimanche 2 octobre 2011

Présentation du scénario 2011 de l'association négaWatt

"Le dernier scénario datait de 2006, c’est donc cinq ans après que l’association négaWatt a récidivé, ce jeudi 29 septembre 2011 à l’Espace Reuilly. La salle était pleine (sans doute près d’un millier de personnes).

Que ce soit dans le débat énergétique ou dans celui de la transition énergétique, ou encore pour les partisans de la République sociale du 21e siècle dans le débat sur la rupture écologique, on a l’habitude des numéros de saltimbanques dogmatiques aussi bien chez les pro-nucléaires que chez les anti. D’ailleurs, nous en avons eu un exemple grandeur nature à l’entrée de la salle de présentation du scénario négaWatt. Sans doute, excédé par le fait que l’association négaWatt estime qu’il faut 22 ans pour sortir du nucléaire, les militants du réseau Sortir du Nucléaire ont distribué un tract disant que cela devait se faire en 10 ans maximum. Qui dit mieux ! Ce tract du groupe Sortir du nucléaire se targue d’avoir rassemblé, à la suite de Fukushima, 67 associations et partis politiques dont ATTAC, CAP21, NPA, PG, etc. Ces organisations devraient mieux réfléchir avant de signer avec une association qui ensuite utilise leurs signatures dans un tract titré « 10 ans maximum pour sortir du nucléaire ! ».

Le sérieux était par contre au rendez-vous côté tribune.
Car disons-le ! Dans le débat énergétique et dans le camp qui souhaite sortir des énergies fossiles « faciles » et du nucléaire, négaWatt est l’association la plus sérieuse. Les responsables actuels de négaWatt 2e génération ont fait présider la séance par Bernard Laponche, ancien directeur de l’ADEME qui fut de la première génération. négaWatt a comme objectif de prendre en compte l’urgence climatique, la fin des énergies fossiles « faciles » pour cause de décarbonation nécessaire et la fin du nucléaire.

D’abord, elle va dans le bon sens en partant des usages et non des ressources. Ce point est capital. Les tendances eschatologiques de « la fin du monde » de ceux qui veulent ne prendre en compte que le niveau des ressources doivent nous entraîner à soutenir ce point de doctrine des négaWatt. Ensuite, ils refusent, à juste titre, à mon sens, de prendre en compte les procédés futurs non encore mis au point.
L’association s’appuie sur trois leviers :
  • la sobriété,
  • l’efficacité énergétique
  • et le développement des renouvelables.
  • Mais dans leur schéma, un effort principal vient de la biomasse solide.

Il est à noter que ce scénario est compatible avec le scénario Afterres 2050 de l’association Solagro qui travaille sur les sols et l’agriculture. Ce qui est très intéressant est le fait qu’entrent dans leur scénario les enjeux énergétiques essentiels que constituent le bâtiment, l’industrie et les transports notamment en développant des hypothèses de base sur tous ses sujets. Comme indiqué ci-dessus, la sortie nucléaire ne peut pas se faire sérieusement avant 22 ans si l’on veut travailler sur une sortie raisonnée et progressive en tenant compte de toute la chaîne du nucléaire et surtout d’une montée en charge des énergies de substitution. Le point-clé du scénario 2011 est en fait la coordination des réseaux et notamment la méthanation1 qui permet entre autres d’accepter la variabilité des énergies renouvelables. Il prévoit une production de 30 TWh de méthane synthétique. Ils ont montré, ce qui est intéressant, que le programme du Grenelle de l’environnement aurait eu comme impact de baisser la quantité d’énergie nécessaire pendant quelques courtes années puis que cela aurait recommencé à grimper. Cela montre donc que le Grenelle de l’environnement n’avait comme objectif qu’un effet d’affichage.

Bien évidemment, le débat est ouvert sur les hypothèses de base du modèle négaWatt. Prenons quelques exemples. Dans leur base de calcul, ils prennent pour l’occupation des logements pour 2050, 2,2 personnes par logement alors que c’est 2,25 personnes par logement en 2010 avec un chiffre tendanciel calculé par l’INSEE de 2,01 pour 2050. Voilà un exemple de débat à avoir sur les hypothèses de base. Ils tablent sur deux mètres carrés par habitant de solaire en 2050. Alors qu’il pensait dans leur scénario 2006 que l’obligation de mise aux normes ne devait être portée que dans les ventes d’appartement, le scénario 2011 appelle donc à rajouter à un programme de réhabilitation et de rénovation urbaine pour mise aux normes. Par ailleurs, ils sous-estiment sans doute la réprobation d’une partie de la population sur la visibilité proche de chez eux de l’éolien terrestre. On pourra aussi discuter de leur propension à diminuer fortement les trajets des avions longs courriers (avec les résistances à cette diminution forte que cela va produire) et le fait qu’ils n’ont pas chiffrés les investissements nécessaires à court terme pour lancer la transition énergétique. Car stipuler la transition énergétique voire la planification énergétique ou écologique sans donner les chiffres des investissements court terme nécessaire est critiquable.

Cela dit, nous avons là une base sérieuse pour engager le débat énergétique avec les travaux de cette association négaWatt. D’autant plus que nous n’avons pas l’équivalent de ce travail chez ceux qui veulent garder un peu de nucléaire (en dehors d’EDF, le CEA et AREVA dont l’opacité et la non-transparence sont légendaires). Pas d’études sérieuses fournies au public sur les conséquences de la tendance à la privatisation et à la marchandisation de l’énergie nucléaire en cours dans le turbocapitalisme. Pas d’études sérieuses sur la quatrième génération des centrales nucléaires. Pas d’études sérieuses sur les internalisations nécessaires des externalisations négatives du nucléaire. Pas d’études sérieuses sur la sûreté des centrales. Sans parler des déchets. Etc.


Et c’est bien dommage, car du débat entre des études sérieuses et en partie contradictoires peut surgir des vérités. Avis aux amateurs ! En tout état de cause, nous avons là un matériau et des conférenciers pour engager un travail d’éducation populaire tournée vers l’action sur la transition énergétique. À bon entendeur".
(Bernard Teper, ResPublica le journal de la gauche républicaine laïque écologique et sociale, numéro 664, 30 septembre 2011)