Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 29 septembre 2010

Martine Aubry rencontre Chevènement et Jean-Luc Laurent


La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a rencontré mercredi les dirigeants du Mouvement Républicain et Citoyens (MRC), Jean-Pierre Chevènement et Jean-Luc Laurent, pour un "tour d'horizon centré sur l'Europe" en vue de 2012, mais le MRC veut garder son "autonomie".

"On a fait un tour d'horizon à notre initiative centré sur l'Europe, en accord avec Martine Aubry, la politique économique allemande, les plans d'austérité en Europe", a résumé Jean-Luc Laurent, président du MRC, à l'issue de cet entretien au siège du parti, le premier depuis février lors de leur accord pour les régionales de mars.

Sur les primaires, le MRC a "décidé qu'il n'y participerait pas", a réaffirmé Jean-Luc Laurent car elles "se réduisent à un accord, un arrangement entre les différents socialistes". "Le sujet n'a même pas été évoqué", a-t-il dit. "Nous nous sommes dotés d'un projet, un programme de salut public qui comprend 40 propositions pour 2012 et nous nous préparons pour soutenir un candidat républicain, celui-ci pouvant être issu du MRC. Nous gardons notre autonomie pour la présidentielle", a-t-il expliqué. Il a précisé qu'"en l'état actuel, il n'y a pas de candidat commun ou de soutien à un candidat socialiste, dans la mesure où il n'y a pas de projet partagé". "Tant que le candidat socialiste n'est pas désigné, le MRC continue à creuser son sillon", a souligné Jean-Luc Laurent, précisant que le MRC est "en position de dialogue avec l'ensemble des partis de gauche".

L'entretien a porté également sur le nucléaire et la politique d'immigration qui "conditionnent la crédibilité de la gauche pour 2012". Les discussions Parti socialiste-MRC "vont se poursuivre, centrées sur : 'quelle construction européenne renouvelée la gauche peut-elle promouvoir en 2012 ?'". Un groupe de travail doit "explorer très concrètement les choses". Des "contacts pour les cantonales" sont prévus également.

(Dépêche AFP, 29 septembre 2010)

jeudi 23 septembre 2010

Retraites : toujours plus de monde dans les rues de Charleville-Mézières !


En choisissant comme lieu de rassemblement le parc des expositions, en décalant le défilé au début de l’après-midi et en faisant passer le cortège pour la 1ère fois depuis le grand mouvement social de 1995 par la voie rapide, les organisateurs de la manifestation ardennaise contre la contre-réforme des retraites avaient vu grand. Ils ont eu raison ! En effet, ce n’est pas 5.000 personnes qui ont battu le pavé comme en juin ni plus de 6.000 comme au début de ce mois, mais au minimum 8.000 venues de tous les horizons syndicaux et professionnels ainsi que de toutes les tranches d’âge de la société. Le mécontentement est donc encore monté d’un cran et désormais c’est la colère qui prédomine chez les manifestants, à tel point que de plus en plus réclament ouvertement le passage à des actions plus radicales. Le gouvernement serait maintenant bien avisé, s’il veut éviter une explosion sociale, de tenir compte de cette réalité et de retirer au plus vite son projet inique de repousser de 2 ans l’âge légal pour partir à la retraite et pour toucher une pension à taux plein…



lundi 20 septembre 2010

Aubrives : mais où est donc passée la vie municipale ?


16 minutes ! C’est le temps, préliminaires compris, qu’a duré la séance du Conseil municipal qui s’est tenue le 15 septembre en présence de 9 des 15 élus. Avec un seul sujet inscrit à l’ordre du jour, en l’occurrence l’intégration ou non d’Aubrives dans un groupement de commande pour la réalisation d’un plan communal de sauvegarde, cela n’a rien d’étonnant. Mais ce record de vitesse digne de figurer dans le Guiness Book amène tout de même à se poser plusieurs questions ! Notre commune, dont une part hélas importante des habitants ne fait pas partie des privilégiés de la société, n’aurait-elle donc plus aucune affaire sociale à traiter ? Ses écoles seraient-elles à ce point équipées, entretenues et choyées qu’elles n’auraient pas la moindre demande à formuler ? Sa voirie ne nécessiterait-elle désormais plus aucune dépense d’entretien ? Ses équipements seraient-ils tellement complets et performants qu’aucune construction, même minime, ne puisse être envisagée à court terme ? Ses associations seraient-elles à ce point prospères et accompagnées dans leurs initiatives qu’elles n’auraient besoin d’aucune aide ?

Si l’on en juge par la maigreur des débats municipaux, par l’inconsistance du dernier bulletin d’information du conseil municipal et par la présence de plus en plus rare à la mairie de notre bon maire et de son quarteron de fidèles, on serait tenté de répondre par l’affirmative. Malheureusement, cela ne correspond pas à la réalité ! Notre commune et ses habitants ont besoin d’une véritable vie municipale qui les aide au quotidien et leur propose un avenir meilleur. Ceux qui l’ont oublié ont commis une erreur, mais il n’est pas encore trop tard pour la réparer … à condition bien sûr d'en avoir la volonté.
LB

vendredi 17 septembre 2010

"La Bohème" fiche le camp des Ardennes en catimini !


Souvenez-vous le 06 juin 2009 ! Ce jour là avait eu lieu en grande pompe, sur le quai de l’île du Vieux-Moulin à Charleville-Mézières, le baptême par Catherine Squevin, directrice du comité départemental du tourisme, et par Benoît Huré, Président du Conseil général, du bateau-promenade "La Bohème". Cette ancienne péniche céréalière, construite en 1957 et réaménagée à grand frais par le restaurateur rémois Frédéric Colardelle, avait tout, disait-on alors en le pensant sûrement, pour valoriser l’atout numéro 1 du tourisme naturel dans le département : la Meuse.

Il est vrai qu’avec sa capacité de 130 places, sa salle de restaurant panoramique permettant de jouir du paysage en toute quiétude, sa piste de danse, sa boutique de souvenirs et son pont supérieur aménagé en terrasse, "la Bohème" n’avait rien à voir avec l’ancien bateau-promenade on ne peut plus classique de la RDTA qui avait dû arrêter ses croisières en 2005 pour cause de vétusté. Le succès paraissait donc garanti, à tel point que le Conseil général n’avait pas hésité à débourser une aide d’environ 300.000 euros, soit approximativement 30 % de l’investissement total, pour soutenir le porteur du projet et faciliter ainsi les 7 emplois qu’il envisageait de créer.

Hélas, malgré un démarrage supérieur aux prévisions avec plus de 6.000 clients accueillis pendant la 1ère saison, le soufflé est vite retombé. Pourquoi ? Certains diront que c’est dû au nombre trop limité de touristes dans les Ardennes qui ne permettrait pas de faire vivre un tel équipement. D’autres mettront en cause le gabarit hors cote de l’embarcation, notamment son tirant d’air de 4,40 mètres et sa longueur de 47 mètres qui ont rendu particulièrement délicates ses croisières sur la Meuse. Quoi qu’il en soit, "la Bohème" a dû se résoudre à passer l’essentiel de sa 2ème saison touristique amarrée au quai de Monthermé. Puis, dernièrement, elle a levé en toute discrétion l’ancre pour le port de Givet où elle se trouve actuellement avant, dit-on, de passer la frontière pour connaître une nouvelle vie dans la région bruxelloise.

Si cette information venait à être confirmée, ce serait une preuve supplémentaire, pour le MRC 08, que les discours enflammés de nos élus en faveur du tourisme relèvent plus de la méthode Coué que d’une analyse raisonnée de la situation de notre département. Pire, ce serait aussi la confirmation qu’une fois encore le Conseil général n’a pas pris toutes les précautions qui s’imposaient avant d’accorder une subvention conséquente. Par les temps qui courent, 300.000 euros, ce n’est pas rien ! S’ils ont été dépensés en pure perte, ce sera un véritable scandale qu’il faudra savoir rappeler en temps utiles à nos élus départementaux…


dimanche 12 septembre 2010

Que les "évadés fiscaux" assument leur (mauvais) choix !


Un bien intéressant message commence à circuler sur la toile. Il dénonce l'hypocrisie de certaines personnes qui ont quitté la France pour des raisons fiscales mais qui continuent sans vergogne à se prétendre attachées à leur ancien pays lorsqu'elles peuvent en tirer intérêt. Le voici :

"A l'aube d'une période d'austérité et d'un plan de rigueur pour la France, il peut être intéressant de connaître la liste (non exhaustive, tirée du "Nouvel Observateur" n° 2359 du 21 Janvier 2010) des personnalités qui ont fui fiscalement le pays pour s'installer en Suisse, ou dans un autre paradis fiscal. S'ils l'ont fait en toute légalité (achat d'une résidence en Suisse, séjour inférieur à 6 mois sur le sol français), il est par contre inadmissible que certains d'entre eux continuent à s'immiscer dans la vie politique française, en participant activement aux campagnes électorales, pour soutenir tel ou tel candidat, ou pire, en étant officiellement investi par l'Etat pour représenter la France à l'étranger, comme c'est le cas actuellement pour Alain Delon qui est le parrain officiel du pavillon français à l'exposition universelle de Shanghaï.
Parmi les plus actifs dans ce domaine, il y a donc Alain Delon, ( de Nationalité SUISSE , disant à Shanghai : il faut que les " Français "se mettent au travail ! ! ! ) mais aussi Johnny Hallyday (le premier résidant à Genève depuis 1999 et le second à Gstaad depuis 2006), sans oublier Charles Aznavour (résidant à Genève), Patricia Kaas, Emmanuelle Béart, Daniel Auteuil, Marc Levy et Michel Houellebecq. Parmi les sportifs on peut citer Alain Prost, Jean Alesi, Richard Virenque, et les tennismen Guy Forget, Richard Gasquet, Henri Leconte, Amelie Mauresmo, Gaël Monfils, Cédric Pioline, et Jo-Wilfried Tsonga qui payent tous leurs impôts en Suisse. Moins étonnant, mais encore plus scandaleux, des personnalités des affaires qui exercent actuellement (ou ont exercé récemment) un pouvoir politique économique ou financier en France, parmi eux : Antoine Zacharias (Vinci), Claude Berda (AB groupe, TF1), Daniel Hechter (couturier) et Jean-Louis David (salons de coiffure, cosmétiques). Mais aussi des rentiers et des héritiers, dont les fortunes ont été créées en France, avec la participation de centaines de milliers d'ouvriers français : Eric Peugeot, Jean Taittinger (PDG de la société du Louvre, ancien ministre de la justice et député de la Marne), Philippe Hersant (patron de presse du Groupe Hersant), Corinne Bouyques (héritière de la fortune Bouygues), les familles Defforey (Carrefour), Mulliez (Auchan) et Halley (Promodès), tous résidant à Genève ou aux environs.
Si ces gens n'aiment pas (fiscalement) la France, qu'ils la quittent et qu'ils l'oublient, et surtout qu'ils n'en profitent pas quand ils en ont besoin (comme par exemple pour venir s'y faire soigner). A tous les français qui vont se serrer la ceinture dans un proche avenir, nous proposons de boycotter les concerts, les disques et les livres de tous ceux qui ne participeront pas à l'effort de solidarité nationale et aux médias, nous demandons de ne plus offrir de tribunes télévisées (pour la promotion de films et de disques) aux artistes concernés et de ne plus faire de sponsoring aux sportifs exilés. Aux députés nous demandons d'instaurer une loi pour qu'il ne soit plus possible pour un évadé fiscal de venir se faire soigner en France (dans un hôpital public) ni de représenter officiellement la France à l'étranger".

Le chiffre du jour !


4.694 ! C’est le nombre d’élèves inscrits à la rentrée 2010 dans les établissements scolaires privés ardennais. Rapporté à l’ensemble des élèves que compte notre département, cela représente 8,75 %, avec une pointe à 10,2 % dans le 2ème degré. C’est évidemment très loin des taux de certains départements de l’ouest de la France qui approchent voire dépassent les 50 %, mais ce chiffre est encore en augmentation cette année de presque ¼ de point. Pour le MRC 08, c’est la confirmation que de plus en plus de parents d’élèves se sont lancés dans une stratégie d’évitement des établissements d’enseignement publics. Pour quelles raisons ? Afin de se retrouver entre soi bien sûr, entre gens de même milieu comme on dit, ce qui assurément n’est pas nouveau, mais aussi pour bénéficier d’un encadrement réputé de meilleure qualité ou encore pour échapper à la violence qui a fait son entrée dans certains établissements publics. Les motifs ne manquent donc pas et ils devraient logiquement amener les plus hauts responsables de l’éducation nationale dans notre département à réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour inverser la dynamique en cours. Hélas, si l’on en juge par les auto satisfecit qu’ils se sont décernés dans les jours qui ont suivi la rentrée, il semble bien qu’ils aient choisi de s’accommoder de la situation existante plutôt que de s’atteler à cette tâche éminemment républicaine…

mercredi 8 septembre 2010

Givet : et la zone commerciale fut !


S’il est un sujet qui a beaucoup fait parler de lui dans la cité de Méhul au cours des 6 dernières années, c’est bien le projet de construction d’une zone commerciale sur la route de Beauraing. Décrié par certains, convaincus qu’il entraînera une concurrence mortelle contre les commerces du centre-ville qui se terminera inévitablement par sa désertification, comme étant la pire calamité pouvant arriver à la ville et attendus par d’autres comme une bénédiction qui augmentera leur pouvoir d’achat et diminuera leurs frais de déplacement pour se livrer à leur activité favorite du shopping, il a partiellement ouvert aujourd’hui ses portes au public qui s’est déplacé en très grand nombre. Simple curieux ou futurs consommateurs assidus ? L’avenir le dira très vite, mais quoi qu’il en soit, le MRC 08, conscient que ce projet ayant fait travailler plus de 150 ouvriers au plus fort de sa construction créera près d’une centaine d’emplois, souhaite bonne chance et pleine réussite à cet équipement moderne qui a tout pour insuffler un peu de dynamisme à une ville qui en a bien besoin…

mardi 7 septembre 2010

Retraite à 62 ans : les Ardennais disent massivement NON !


Manifestation pluvieuse, manifestation joyeuse ! Les éléments étaient particulièrement défavorables à ceux qui se sont rassemblés ce matin sur la place ducale à Charleville-Mézières pour montrer leur opposition à la contre-réforme des retraites voulue par le gouvernement. Pourtant, cela n’a pas empêché plus de 6.000 personnes, soit nettement plus que lors de la dernière manifestation du mois de juin, de se réunir puis de défiler dans une ambiance bonne enfant jusqu’à la Préfecture après avoir marqué un arrêt, désormais traditionnel, devant la permanence de la députée UMP Bérengère Poletti. Dans le cortège, on trouvait bien sûr les gros bataillons de la fonction publique et de nombreux drapeaux des principales fédérations syndicales, mais aussi des grévistes venus d’entreprises privées et des représentants d’organismes syndicaux moins connus comme le GSEA (groupement des syndicats des entreprises automobiles). Des élus avaient également décidé de battre le pavé, parmi lesquels plusieurs conseillers généraux et même le Président de la région Champagne-Ardenne. De la diversité donc et du beau monde, avec un seul mot d’ordre : le retrait du report à 62 ans de l’âge du départ à la retraite !

Après une telle démonstration de force qui s’est répétée dans toutes les villes où des manifestations étaient organisées, il faut espérer que le gouvernement aura la sagesse de prendre en compte les aspirations populaires. C’est ce que souhaite le MRC 08 et, nous en sommes certains, l’immense majorité de nos concitoyens qui n’hésitera pas, si nécessaire, à répéter le message en le durcissant…

dimanche 5 septembre 2010

Chevènement n'exclut rien pour 2012 !


Le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), Jean-Pierre Chevènement, a annoncé dimanche qu'il décidera à l'automne 2011 s'il se présente à l'élection présidentielle de 2012 ou s'il soutient le candidat que le PS doit désigner par les primaires. M. Chevènement s'exprimait après un débat avec François Hollande en clôture de l'université d'été de son mouvement, qui a travaillé pendant deux jours à Valence (Drôme) sur trois thèmes: sortir de la logique des marchés financiers, la crise de la zone euro, et refaire de la France un grand pays industriel et technologique.

Annonçant qu'il rencontrerait la numéro un du PS Martine Aubry le 15 septembre, le fondateur du MRC n'a pas exclu d'être candidat à l'élection présidentielle de 2012, comme en 2002 : "Je ne renie rien de mon discours de 2002: modifier le fonctionnement de la BCE, donner plus de pouvoirs au Conseil européen...". Il n'exclut pas non plus de soutenir le candidat qui doit être désigné par les primaires du PS à l'automne 2011 : "si ce candidat est un candidat républicain et si sur les points essentiels il va dans le bon sens, nous pourrions peut être le soutenir". "Le MRC prendra une décision courant 2011, probablement à l'automne 2011", a-t-il dit. M. Chevènement a répété que le MRC ne participerait pas à ce processus des primaires que le PS doit organiser.

Sur les retraites, le sénateur juge que "le projet peut être amélioré sur la pénibilité ou l'âge de la retraite à taux plein des femmes". La question du recul de l'âge légal de 60 à 62 ans "est ouverte si nous obtenons des compensations" sur ces points, a-t-il dit, à deux jours de l'examen du texte à l'Assemblée et des manifestations syndicales contre la réforme. "Je ne veux pas participer à ce qui ressemble de plus en plus à un lynchage" a-t-il dit au sujet du ministre du Travail Eric Woerth, qui "a commis des erreurs: il ne pouvait être ministre du Budget et trésorier de l'UMP". Enfin, l'ex-ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin s'oppose à la déchéance de nationalité après naturalisation en cas de meurtres sur des policiers: "c'est un principe républicain. On ne peut pas distinguer les Français en fonction de leur origine".

(Dépêche AFP, dimanche 5 septembre 2010)