Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 31 mars 2007

Décryptage de parrainages

Il est bien connu que le parrainage des candidats par les élus, avant une élection présidentielle, est avant tout une affaire de conscience….La fédération M.R.C.-08 s’est donc amusée à rechercher à qui les maires ardennais qui avaient parrainé Jean-Pierre Chevènement en 2002 ont accordé leurs faveurs cette fois-ci.
Globalement, on peut distinguer trois cas de figure :
- le parrainage de soutien : c’est le cas de ceux qui ont choisi la «continuité » en apportant leur signature à Philippe de Villiers, un souverainiste reconnu quoique un peu sulfureux sur les bords.
- le parrainage civique : c’est le cas de ce maire plutôt ancré à droite qui n’a pas hésité à apporter sa signature à Olivier Besancenot, en dépit de sa réputation de dangereux révolutionnaire. Soyons-en sûr, ce choix a été inspiré par la ferveur la plus républicaine et l’innocence la plus candide contrairement à celui des élus d’un certain parti politique appelés in extremis à la rescousse du trotskisme par le plus virulent des candidats de la droite. Honni soit qui mal y pense ! Machiavel ne saurait avoir d’émules dans notre beau département.
- le parrainage oublié sur le bureau (soyons optimistes) de la mairie : c’est le cas de plus de la moitié des maires qui avaient soutenu Jean-Pierre Chevènement! C’est certainement parce qu’ils ne jugeaient aucun candidat digne de recevoir leur signature…à moins que ce ne soit le résultat des pressions créées par la mise sur la place publique du nom des élus ayant offert leur parrainage. Les élections municipales sont tellement proches, il faut comprendre ...

Morceau choisi


Quel plaisir de lire le journal aujourd'hui! Dans la rubrique "au creux de l'oreille", nous y trouvons les mots suivants: "Tout le monde n'a pas la chance d'être franc-comtois, qui tout comme l'Ardennais peut se prévaloir d'appartenir à une bonne et solide race, courageuse et volontaire, ainsi qu'en témoigne la fière devise : « Franc-comtois rends-toi. Nenni ma foi. »". Certes, cet article était destiné à faire une mise au point sur une affaire de dénomination malheureuse de fromage, mais vous pouvez être certain qu'il n'aura échappé à aucun des membres du MRC-08.

Pourquoi? Allons donc, c'est limpide. Sur la 3ième circonscription, nous présentons comme candidate commune MRC-PS Gisèle Dessieux qui a quelques origines ardennaises...mais qui est née en Franche-Comté! La voir reconnue capable d'égaler les Ardennais, voila de quoi renforcer encore sa confiance dans le combat politique qu'elle s'apprête à mener contre Jean-Luc Warsmann et consort...

mardi 27 mars 2007

Les Ardennes, terre de solidarité

Lors de la dernière réunion du Conseil général, son président, Benoît Huré, a proposé de créer un fonds de solidarité de la taxe professionnelle issue des parcs d'activités départementaux. Son fonctionnement reposerait sur le principe suivant: les communes ou les intercommunalités sur le territoire desquelles viendront s'installer des entreprises conserveraient la taxe sur le foncier bâti et 30% de la taxe professionnelle; les 70% restants de la taxe professionnelle alimenteraient ce fonds qui serait redistribué aux communes ardennaises victimes de délocalisation vers l'un de ces parcs et aux collectivités ne bénéficiant d'aucun investissement du Conseil général au titre des parcs d'activités.
Cette proposition ne provient pas de nos rangs, ni même de notre famille politique...mais elle est cependant excellente. Promouvoir la solidarité, aider les communes à faire face aux délocalisations intra-départementales et rééquilibrer le territoire, qui pourrait être contre? Certainement pas des républicains comme nous qui persistons (et vous pouvez le croire, nous sommes têtus) à faire passer l'intérêt général avant les intérêts particuliers. Le MRC-08 soutient donc pleinement cette initiative sur le fond, tout en estimant que quelques améliorations pourraient lui être apportées pour permettre aux collectivités qui accueillent ces parcs d'activités d'être mieux dédommagées des nuisances qu'elles doivent subir (bruit, odeurs, passage de camions, pollution visuelles,...)
Lorsqu'une idée est bonne, peu importe la couleur politique de celui qui la propose! Il faut se réjouir de son existence et l'appliquer sans état d'âme. C'est notre crédo, il nous attirera sans aucun doute les foudres des sectaires de tous bords, mais nous nous y tiendrons fermement!

dimanche 25 mars 2007

Vistéon: les patrons ont gagné!




Le 13 mars, la majorité des salariés avait courageusement rejeté la proposition de racheter la moitié de leurs journées de RTT à la moitié de leur valeur. La direction, refusant d'accepter le verdict des urnes, a alors procédé à un véritable déni de démocratie en organisant un 2ième référendum interne portant exactement sur la même question.


Après avoir, avec l'aide d'un Collectif pour le oui apparu bien opportunément, soigneusement préparé les esprits en faisant comprendre aux salariés qu'ils devaient accepter cette régression sociale sous peine de délocalisation, les dirigeants de l'entreprise ont obtenu le 22 mars ce qu'ils souhaitaient: une victoire du OUI à 70,5%, soit 666 voix contre 278!


Ce résultat était prévisible et permet à la direction de faire l'économie d'un 3ième référendum, voire d'un 4ième ou même d'un 5ième. Le MRC-08 en prend acte, mais il tient à dénoncer les pratiques détestables qui ont permis de l'obtenir. Après les 40 heures payées 35 chez Bosch, cette nouvelle "avancée sociale" à la mode Parisot, Sarkozy et Barroso nous semble n'être qu'un pas de plus vers le démantèlement de nos acquis sociaux. Pour stopper cette dérive, il n'y a qu'une seule solution: ne pas se tromper d'adversaire le 22 avril et faire barrage à la droite!


samedi 24 mars 2007

Morceau choisi


Qui connait André Antoine dans les Ardennes? A part certains spécialistes de la politique et quelques énergumènes comme nous en avons au MRC-08, probablement très peu de monde! Pourtant, ses décisions ne sont pas sans conséquence pour notre département. En effet, il s'agit du ministre des transports et du développement territorial du gouvernement wallon, autrement dit l'interlocuteur clé pour beaucoup de projets transfrontaliers.

Le 06 mars, il a pris position en séance du Parlement wallon contre la réouverture de la ligne de chemin de fer Givet-Dinant en affirmant que "la pertinence du projet n'a pas été démontrée" et qu'il n'y avait eu "aucun nouveau développement depuis les conclusions négatives de l'étude qui y a été consacrée". Le 16, il rajoutait qu'il doutait "de la validité financière du projet".

Tout cela vient après l'engagement d'intervention directe en faveur de cette réouverture auprès des autorités belges fait par le Ministre-candidat Sarkozy de Nagy-Bocsa le 18 décembre 2006 lors de sa visite dans les Ardennes. Les promesses du petit Nicolas font encore rêver certains Français, mais visiblement pas nos cousins belges. Qu'ils doivent rappeler à cet ultra-européiste que les frontières n'ont pas cessé d'exister n'est déjà pas très glorieux, mais qu'ils puissent donner une leçon de bonne gestion des deniers publics à un ex-ministre des finances ne serait-il pas un peu humiliant?

Quand on pense qu'il s'agit d'un des principaux prétendants à l'Elysée...

mercredi 21 mars 2007

1ère circonscription : Maurice Ninitte, la force de l'expérience.


Nous vous l'avions laissé entendre, c'est désormais fait : il y aura un candidat estampillé exclusivement M.R.C. sur la 1ère circonscription et ce sera Maurice Ninitte. On ne le présente plus, mais nous allons quand même, pour les Ardennais de fraîche date, rappeler ses états de service.

Fils de Robert Ninitte, conseiller général communiste du canton de Mézières puis de Mézières-centre-ouest sans interruption de 1945 à sa mort en 1977 ( pour ceux qui comptent bien ça fait 32 ans, soit autant que les mandats cumulés de De Gaulle, Giscard et Mitterrand comme présidents de la République !), il a commencé à s'intéresser à la politique en réaction à la Guerre d'Algérie. Ainsi, dès l'âge de 16 ans il a adhéré aux Jeunesses communistes. Il a ensuite occupé la fonction de secrétaire de la cellule communiste de Mohon avant de devenir 1er secrétaire de la section de Charleville-Mézières (à l'époque où elle comptait à elle seule 450 adhérents). Membre pendant de nombreuses années du comité fédéral des Ardennes, il a démissionné du P.C.F. en 1991 suite au coup d'Etat tenté par les ultra-communistes en U.R.S.S.

Libre de tout engagement, il a poursuivi sa carrière d'élu local : après avoir été conseiller municipal de Charleville-Mézières de 1977 à 1980, il est devenu un des adjoints du maire Roger Masse de 1980 à 1998 puis 1er adjoint du maire Louis Auboin de 1998 à 2001.

C'est aussi en 2001 qu'il participe activement à la campagne présidentielle de Jean-Pierre Chevènement en qualité de président de son comité de soutien dans les Ardennes. Prenant acte du positionnement à gauche du M.R.C., il rejoint ses rangs en 2003 et occupe depuis au sein de la fédération le poste de secrétaire à l'action politique.

Parallèlement à cette carrière politique que beaucoup pourraient lui envier, il est entré dans le monde du travail à 17 ans comme ajusteur dans l'entreprise Foissy à Warcq. Tout naturellement, il a adhéré dès sa première paye à la C.G.T. dont il est devenu délégué dans l'entreprise. L'époque étant propice à la mobilité, il a rejoint le service commercial d'E.D.F. où, après avoir été représentant syndical du collège ouvriers-employés, il a été élu secrétaire général du collège G.N.C. (groupement national des cadres)... sans être cadre lui-même : c'est ça la notoriété !

Par ailleurs, il a occupé d'autres fonctions, toujours au service de la collectivité : président des parents d'élèves F.C.P.E. de Mohon-Ronde Couture et du Collège Roger Salengro, vice-président du C.C.A.S. de Charleville-Mézières de 1995 à 2001, secrétaire général-adjoint du Conseil d'administration de l'ADAPAH (Association départementale des personnes âgées et handicapées)...

Ses nombreuses fonctions ont fait de Maurice Ninitte un acteur respecté de la vie publique carolomacérienne. Le M.R.C.-08 est donc persuadé qu'il saura porter brillamment ses couleurs lors des législatives. La victoire est possible, et dans tous les cas cette campagne permettra d'ouvrir des perspectives pour les échéances électorales prévues en 2008, les cantonales bien sûr et pourquoi pas les municipales...

lundi 19 mars 2007

Vistéon : des acquis sociaux honteusement menacés.




Avec plus de 1000 salariés et sa spécialisation dans la sous-traitance automobile, l'usine Vistéon est depuis longtemps un des symboles de l'industrie ardennaise. Aujourd'hui, elle est en passe de devenir un autre symbole : celui des attaques contre les acquis sociaux.
Après avoir été informés d'un plan social prévoyant la suppression de 318 emplois à l'horizon 2008, les salariés ont reçu le 8 mars un courrier de la direction leur proposant le rachat de la moitié des jours de R.T.T. : pour être exact, 10, 5 jours sur 20,5. Une augmentation de salaire de 0, 25 % par jour racheté est prévue, ce qui aboutirait à une hausse des rémunérations de 2,625%. Jolie opération pour les salariés, direz-vous... sauf que d'après les calculs des syndicats, chaque journée de R.T.T. équivaut à 0,5% du salaire. Le rachat se fait donc à la moitié de la valeur réelle et la direction ne le cache absolument pas. Elle explique que ce renoncement volontaire des salariés à 2,625% de leur rénumération est la condition indispensable pour obtenir un marché important qui sinon irait en Europe de l'Est.


De qui se moque t-on ? La différence de salaire avec l'Europe de l'Est est nettement supérieure à ce chiffre. Il faut appeler les choses par leur nom : c'est une baisse des salaires, qui plus est sollicitée par un procédé détestable destiné à diviser les salariés pour mieux régner, le référendum interne. Les travailleurs ne s'y sont pas trompés : lors du référendum organisé le 13 mars, le projet a été rejeté par 498 voix contre 455 et 10 abstentions soit 51,7% des votants !
Le M.R.C-08 se réjouit de ce résultat. La remise en cause hypocrite des acquis sociaux n'est pas acceptable. Toutefois, tout le monde ne partage pas notre point de vue. Ainsi, après la mise en place d'un Collectif pour le oui, la direction a décidé d'ignorer le verdict majoritairement exprimé par les salariés et de reposer la même question le 22 mars lors d'un deuxième référendum interne.


Faire revoter jusqu'à obtenir un résultat qui vous satisfasse, est-ce très démocratique ? Pour nous, non... mais pas pour tout le monde, comme l'ont montré les référendum à répétition subis par les Danois en 1992-93 à propos du traité de Maastricht, et par les Irlandais en 2001-02 à propos du traité de Nice. Nous savions que les Ardennes étaient au coeur de l'Union européenne, nous découvrons qu'elles deviennent un laboratoire de ses déplorables dérives !

dimanche 18 mars 2007

Banquet républicain: un moment à ne pas manquer

En 2005, à l'occasion du centenaire de la loi sur la laïcité, la fédération des Ardennes de la Libre Pensée a été réactivée. Elle a aussitôt organisé une conférence-débat pour rappeler la teneur de cette loi. Puis, elle s'est illustrée en dénonçant l'ambiguïté des propos tenus par l'ancien préfet lors de l'inauguration des vitraux de l'église d'Aiglemont, ce qui a donné lieu à des échanges verbaux pour le moins enflammés (et ce n'est pas des flammes de l'enfer dont nous parlons!). Depuis, elle veille au respect scrupuleux de la "sacro-sainte" loi de 1905 et n'hésite pas à mettre sur la place publique toute entorse qui y serait faite.
Parallèlement à ce rôle de vigie intransigeante, la fédération de la Libre Pensée a décidé de mettre en place des actions lui permettant d'échanger plus facilement avec la population. Dans ce cadre, elle organise le vendredi 06 avril 2007 un Banquet républicain à l'auberge du premier chaîneau à 19h30, avec comme thèmes la lutte contre les interdits des religions et de leurs églises, le refus du "toilettage" de la loi de 1905 et la lutte contre le communautarisme et la discrimination positive.
Le MRC-08 n'a aucun lien de quelque nature que ce soit avec la Libre Pensée. Cependant, nous avons déjà pu constater que les attaques contre la loi fondamentale de 1905 avaient tendance à s'amplifier. Ce phénomène est certes porté par quelques dirigeants nationaux, mais il se développe aussi dans notre département: ainsi, un de nos adhérents a pu voir un maire agissant es qualité (!) remettre dans une église à une chorale paroissiale un magnifique bouquet de fleurs à l'occasion d'un concert de chansons religieuses! Plusieurs d'entre nous ont donc pris la décision de participer à titre strictement privé à ce banquet apolitique.
Nous appelons aussi le maximum de républicains convaincus à en faire autant. Devant la gravité de la situation, abandonnons pour une fois nos étiquettes politiques et sachons faire front commun. Nous avons tout à y gagner...en commençant, chose rare pour un vendredi saint, par un repas dont nous sommes prêts à parier qu'il n'aura rien de maigre!

samedi 17 mars 2007

Ségolène en Ardenne: une visite diablement intéressante!

Ségolène Royal était hier dans notre département. Accueillie par un soleil chaleureux (quoi de mieux pour casser les clichés négatifs qui nous accablent?) et des sympathisants qui l'étaient tout autant, elle a commencé sa visite à Revin. Après s'être inquiétée des suppressions de postes d'enseignants prévues par le Rectorat pour la rentrée 2007, elle a écouté les salariés de la fonderie Porcher menacés de licenciement. Elle s'est ensuite rendue à Charleville-Mézières pour y tenir une réunion publique qui a bénéficié d'une brillante première partie assurée par Dominique Strauss-Kahn. Elle a alors développé son contrat de gouvernement et soutenu chaleureusement dans leurs difficultés actuelles des Ardennes souvent oubliées.
Le MRC-08 était bien entendu présent à cette grand-messe avec ses flamboyants drapeaux pour rappeler le soutien que Jean-Pierre Chevènement accorde à Ségolène Royal depuis l'accord politique signé le 10 décembre. Gisèle Dessieux, désignée en application de cet accord candidate commune du MRC et du PS dans la 3ième circonscription des Ardennes, était fort logiquement assise au 1er rang. Comme cela avait été convenu par nos instances nationales, elle a pu après le meeting s'entretenir directement avec Ségolène Royal avant d'effectuer avec elle une séance de photographies.
Après l'investiture officielle accordée par le 1er secrétaire nationale du PS François Hollande et l'adoubement in situ réalisé par la candidate commune PS-MRC-PRG, qui peut encore avoir des doutes sur la légitimité de notre candidate?

jeudi 15 mars 2007

A Givet, les débats se succèdent...


Le 13 mars un débat s'est tenu à Givet sur l'éducation, la formation et l'emploi dans la Pointe, en présence, entre autres, de Philippe Vuilque et de Michèle Marquet. De nombreuses idées ont été lancées, souvent intéressantes, et oh surprise la question de la survie du lycée a aussi été abordée. Une solution a été avancée avec force : y créer de nouvelles filières de formation, par exemple dans le domaine du bois et des énergies nouvelles, secteurs où la Pointe a des atouts à faire valoir (comme dans le nucléaire d'ailleurs, mais ce serait un autre débat).

Le M.R.C.-08 a apporté une contribution active aux échanges. Il a surtout insisté sur la nécessité d'être réaliste. Nous avons donc rappelé que l'Education nationale est une lourde machine, soucieuse des deniers publics : elle ne crée de filières que lorsqu'elles ont un caractère de rareté, ce qui suppose un recrutement régional et par voie de conséquence la présence d'un internat, qui n'existe pas actuellement à Givet. Nous avons aussi fait remarquer qu'il faudrait bénéficier d'un soutien sans faille du Rectorat, ce qui n'est pas forcément le cas aujourd'hui. De même, lorsqu'a été évoqué la possibilité de la mise en place d'une classe européenne, idée bien séduisante et tellement dans le vent (pour les ouiouistes bien sûr, mais aussi pour nous qui ne sommes pas d'affreux anti-européens), nous avons précisé qu'elle n'a de chance d'aboutir qu'avec une langue rare comme le néerlandais, dont les locuteurs sont d'ailleurs fort recherchés dans la Pointe.

La solution miracle n'a donc pas été trouvée, mais la méthode est bonne : retrouvons-nous le plus souvent possible entre gens ouverts au dialogue et des réponses aux problèmes concrets qui touchent la population finiront par apparaître !

lundi 12 mars 2007

Les Ardennes à l'honneur !

C'est presque trop beau pour y croire... En 2002, deux ans seulement après la fermeture houleuse de Cellatex, notre département était loin d'être au centre des préoccupations des candidats à l'élection présidentielle. Il nous semble même qu'aucun des principaux prétendants n'ait dépassé Reims. Il est vrai que l'A 34 n'était pas encore achevée et que les brouillards ardennais sont traîtres.
Cette fois-ci, quel défilé ! Après la visite inattendue d'Olivier Besancenot à Nouzonville pour soutenir les salariés de Thomé-Génot, nous avons eu droit à la présence à Charleville-Mézières de la toujours dynamique Arlette Laguiller, de Corinne Lepage (avant qu'elle ne se retire), de la candidate auto-désignée du rassemblement anti-libéral Marie-George Buffet, du dernier gaulliste Nicolas Dupont-Aignan... et même de l'autre Nicolas, Sarkozy de Nagy-Bocsa, qui a découvert chez nous une France qui souffre (c'était évidemment plus facile que dans son fief de Neuilly !).
Et maintenant, c'est le tour de la candidate commune au PS, MRC et PRG : Ségolène Royal.Le MRC-08 en est particulièrement heureux. Nous espérons que sa visite connaîtra un vrai succès populaire et nous sommes certains que le discours qu'elle tiendra devant les Ardennais sonnera plus vrai à leurs oreilles que celui prononcé par le Ministre-candidat. Elle a les convictions et le talent nécessaire pour les convaincre, nul doute qu'elle saura les utiliser à son avantage.
Autant de ténors dans les Ardennes, notre département a tout y gagner...

jeudi 8 mars 2007

Journée de la femme: une piqûre de rappel bien utile

Aujourd'hui, nous sommes le 08 mars. Tout le monde sait, à l'exception des affreux misogynes et des irrécupérables machos, qu'il s'agit de la journée de la femme. Créee par Lénine en 1921 en souvenir de l'action des ouvrières de Saint-Petersbourg, elle a toujours été davantage fêtée par la gauche que par la droite. C'est donc tout naturellement qu'elle a été officialisée en France en 1982 par le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy. Son objectif est de faire retentir la voix des femmes pour continuer à améliorer la condition féminine dans tous les domaines de la vie familiale, sociale et professionnelle.
Un gadget, entendons nous dire ici et là! Après tout, les femmes possèdent en France le droit de vote et tous les autres droits politiques. Elles ont les mêmes droits familiaux que leurs conjoints et le monde du travail leur est librement accessible. Le combat actuel des "chiennes de garde" n'aurait donc pas la même légitimité que celui des suffragettes.
Au MRC-08, nous ne partageons pas cette vision optimiste des choses. Un seul exemple, tiré volontairement de l'actualité politique, suffit à montrer que le combat pour l'égalité des femmes n'est pas terminé. Lorsque Ségolène Royal affirme sur RMC le 25 janvier 2007 que la France possède 7 sous-marins nucléaires (le vrai chiffre est de 10, à savoir 4 lanceurs d'engins et 6 d'attaque), les ricanements fusent, la presse en fait ses choux gras et beaucoup y voit la preuve flagrante de son incompétence. Lorsque Nicolas Sarkozy affirme sur la même radio le 26 février 2007 que la France possède 4 sous-marins nucléaires d'attaque (le vrai chiffre est toujours de 10 pour le total et de 6 pour ceux d'attaque), seuls les observateurs attentifs et neutres (attention, il s'agit là d'une espèce rare en voie de disparition) relèvent l'erreur: personne n'y voit une preuve d'incompétence...pas plus que lorsque sur TF1 le 05 février il affirme que la moitié des salariés français gagnent le SMIC (le chiffre est de 17%), que le baril de pétrole est monté à 90 dollars (il n'a jamais dépassé 78 dollars) et que l'inflation était autrefois de 24% ( elle n'est jamais allée au-delà de 14%)!
Etant donné que nous préférons l'égalité dans les faits plutôt que dans les textes, nous nous associons pleinement à cette journée des femmes. Mieux, nous nous engageons à titre personnel à agir dans nos foyers respectifs et dans nos entourages pour faire en sorte que les 364 autres jours de l'année ne soient pas exclusivement des journées des hommes...

mercredi 7 mars 2007

Le tourisme: on en revient enfin!

En 1963, le général De Gaulle, alors président de la République, a effectué une visite dans les Ardennes. En véritable homme de terrain, il ne s'est pas limité au chef-lieu mais il est allé jusqu'au bout du département, à Givet! En visionnaire, alors que les usines tournaient à plein régime, il a anticipé les problèmes industriels et il a incité à faire du tourisme un des futurs piliers de l'économie ardennaise: c'est la fameuse proposition "d'Ardennes vertes".
Depuis, la désindustrialisation s'est abattue sur notre département. Les usines ferment les unes après les autres, et le mouvement n'est pas terminé comme le montrent les exemples récents de Cellatex ou de Thomé-Génot. Les conséquences sociales en sont dramatiques: 12.500 chômeurs officiels (soit 12,5% de la population active), plus de 7.000 Rmistes, 4.812 bénéficiaires des Restos du coeur en 2006...
Pour faire face à cette situation calamiteuse, nos décideurs ont suivi tardivement mais avec zèle le conseil présidentiel. Beaucoup de projets touristiques ont vu le jour, d'autres encore plus nombreux attendent dans des cartons et le Conseil Général a fait réaliser un schéma départemental de développement du tourisme en 2005 dans lequel on peut lire: "le département des Ardennes a pour stratégie de faire du développement touristique une des priorités de sa politique économique". Cette orientation était supposée nous sortir de nos difficultés.
Cependant, depuis quelques temps, des voix dissonantes se font entendre. Ainsi, dans "les Ardennes en marche " de septembre 2006, Pierre Cordier affirmait que le tourisme ne pouvait venir qu'en plus de l'activité industrielle; dans sa déclaration de candidature pour les législatives, Boris Ravignon informait que son slogan de campagne serait "non aux Ardennes vertes"; dans un article récent de "l'Ardennais", Bernard Dahout reconnaissait que le tourisme ne compenserait pas les suppressions d'emplois chez Porcher. Ces prises de position sont les bienvenues. Elles rejoignent parfaitement l'analyse du MRC-08.
Pour nous, si le tourisme ne doit pas être négligé comme activité complémentaire, il ne constituera jamais la base de l'économie des Ardennes. Pour preuve, il n'emploie actuellement que 1.170 salariés directs et il faudrait qu'il crée 4.200 emplois supplémentaires pour ramener le taux de chômage départemental à la moyenne nationale: passer de 1.170 emplois à 5.370, soit une multiplication par 4,6, qui peut sérieusement y croire? Pas nous, et apparemment pas l'Etat non plus puisque le tourisme ne figure pas parmi les actions qu'il a retenues dans le cadre du futur contrat de projets Etat-Région. Par contre, cette priorité peut s'avérer dangereuse quand elle amène à financer des projets surdimensionnés comme Nocturnia: d'un coût de 5 millions d'euros, cet équipement n' est rentable qu'à partir de 40.000 visiteurs par an ... mais il n'a enregistré en 2006 que 12.563 entrées payantes, ce qui a généré un déficit de 341.455,55euros sur un budget total de 420.000 euros.
Pour relancer notre économie, nous préférons donner la priorité à une réindustrialisation volontariste qui seule pourra redonner du travail aux licenciés des usines.

dimanche 4 mars 2007

MRC-PS: un accord dans la clarté

Le 08 février, à l'appel de plusieurs syndicats, une manifestation s'est tenue à Charleville-Mézières pour la défense du pouvoir d'achat dans la fonction publique. Nous soutenions bien sûr cette initiative et les observateurs attentifs ont pu remarquer que les drapeaux marquant la présence du MRC-08 étaient plus nombreux que d'habitude. Malgré la météo menaçante, le cortège a pu défiler sur les principales artères du chef-lieu avant de regagner la place ducale. Tout en contribuant à la lutte contre les problèmes de surpoids qui tient tant au coeur de notre gouvernement (ne s'agirait-il pas là d'un thème consensuel permettant d'éviter les vrais problèmes...comme la feuille de paie?), ce cortège nous a permis de discuter en toute simplicité avec de vieilles connaissances. A notre grand étonnement, plusieurs personnes nous ont reproché d'avoir renié nos convictions en nous ralliant à la candidature de Ségolène Royale pour la présidentielle.
Il n'en est rien! Le MRC est certes un petit navire, mais dirigé par un grand capitaine. Il ne s'est pas rallié au PS, il a conclu un accord politique susceptible de servir de base à un programme gouvernemental. Sans tomber dans la vantardise (nous laissons ce défaut à ces formations politiques qui annoncent dans le département 1100 adhérents...et qui peinent à en déplacer 125 pour désigner leurs candidats aux législatives), nous pouvons dire que cet accord reprend nos idées les plus essentielles.
Ainsi, dès l'introduction, il précise que "le PS et le MRC prennent acte du vote des Français le 29 mai 2005, refusent toute ratification du texte rejeté...et entendent construire l'avenir en respectant cette volonté populaire": les 63% d'Ardennais qui ont voté NON au référendum européen apprécieront! Plus loin, on peut y lire que "en matière énergétique, il sera indispensable de favoriser les énergies sans émission de gaz à effet de serre parmi lesquelles l'énergie nucléaire, domaine dans lequel les atouts industriels exceptionnels de la France doivent être préservés": les habitants de la Pointe qui savent ce qu'ils doivent à la centrale de Chooz apprécieront! Ce texte stipule aussi que "nous agirons pour ...lutter concrètement contre les délocalisations et les destructions massives d'emplois, en protégeant l'industrie européenne et en renforçant le tarif extérieur commun par une clause antidumping social": les 12% de chômeurs ardennais et notamment les victimes des déboires récents de la sous-traitance automobile apprécieront! Il affirme également que "nous agirons pour préserver les services publics de la frénésie de libéralisation qui les détruit ou les menace": les habitants de la campagne ardennaise qui voient arriver à grands pas la fermeture des bureaux de poste et des classes primaires apprécieront!
Vous pourrez trouver l'intégralité de cet accord sur le site http://mrc-france.org : il figure sur la page d'accueil en haut à gauche, emplacement qui ne doit rien au hasard. Vous verrez alors qu'il est assorti d'un volet électoral qui réserve au MRC un certain nombre de circonscriptions, dont la 3ième des Ardennes. Mais ceci est un autre sujet beaucoup mieux connu grace à la couverture qui en est faite par notre média départemental de référence.

vendredi 2 mars 2007

France 3: un raccourci déformant

Le mercredi 07 février, un débat participatif était organisé à Givet dans le cadre de la phase d'écoute de la campagne présidentielle de Ségolène Royale. France 3, qui avait envoyé dans la journée une équipe pour couvrir les évènements sociaux qui touchent Revin, était présente. Ses techniciens ont fait preuve de professionnalisme en multipliant les prises de vue sans jamais perturber les échanges. Le MRC était également présent, notamment par l'intermédiaire de son 1er secrétaire départemental. Celui-ci s'est fait remarquer par plusieurs interventions, toujours constructives, et il s'est efforcé d'aller au-delà des constats en proposant des pistes pour résoudre les problèmes abordés. Tous les participants à ce débat (sauf les inattentifs, bien sûr!) pourront en attester.
A la fin de la réunion, le journaliste de France3 a procédé de son propre chef à 4 interview: 2 du député Philippe Vuilque qui officiait en tant que maître de cérémonie, 1 d'un sympathisant socialiste et 1 de notre 1er secrétaire départemental. Voici les propos exacts qui ont alors été échangés:
- question: êtes-vous membre du parti socialiste?
-réponse: absolument pas! D'ailleurs, vous pouvez constater que je porte un badge représentant le logo du MRC
- question: que pensez-vous des débats participatifs?
- réponse: c'est nouveau, c'est instructif, ça permet aux gens de s'exprimer. Mais je ne suis pas certain que ce soit très très utile de l'avoir organisé aujourd'hui, 07 février. Sincèrement, je ne vois pas comment les idées intéressantes qui ont été échangées ce soir pourront être prises en compte dans la synthèse que Ségolène Royale proposera dimanche, c'est à dire le 11. Mais à part ce petit bémol, la méthode mérite d'être encouragée!
Le lendemain, dans son journal régional du midi et du soir, France 3 n'a retenu de cette interview que les propos suivants: "c'est nouveau, c'est instructif, ça permet aux gens de s'exprimer...mais je ne suis pas certain que ce soit très très utile". Ce raccourci prévisible (en ces temps de vidéosphère triomphante, les secondes d'antenne coûtent cher!) reprend les propos tenus par notre 1er secrétaire départemental, mais il ne reflète absolument pas l'idée qu'il a développée: le bémol portait exclusivement sur la date du débat participatif et non sur le principe.
Ce raccourci déformant de France 3 est dommage pour la qualité de l'information diffusée et dommageable pour nos rapports avec le PS puisqu'il a entrainé des surréactions de certains de ces membres, et non des moindres. Comme nous sommes de gauche et donc naturellement portés à la discussion, nous considérons que les critiques qui nous ont été adressées résultent plus d'une réaction épidermique que d'une analyse raisonnée de la situation. Néanmoins, cet épisode fâcheux nous amène à nous poser 2 questions: le raccourci déformant de France 3 n'était-il qu'une maladresse dépourvue d'arrière-pensée? les relations entre 2 partis soutenant la même candidate à l'élection présidentielle ne devraient-elles pas reposer avant tout sur le dialogue afin de dissiper d'éventuels malentendus?
Entre ces interrogations et nos actions de terrain, vous le voyez, nous sommes très occupés!

jeudi 1 mars 2007

3ième circonscription: ça avance, ça avance...


Depuis hier, Gisèle Dessieux n'est plus seulement un nom, mais aussi un visage que chacun a pu découvrir dans "l'Ardennais", le média départemental de référence. L'article qui accompagnait la photo (les observateurs avertis ont pu remarquer qu'elle avait été prise dans une rue de Sedan...et non de Paris!) était doublement intéressant. D'abord, en rappelant les différentes fonctions qui ont été remplies par notre candidate, il a clairement montré qu'elle n'était pas une professeur parmi tant d'autres (attention aux mauvaises langues: nous n'avons rien contre ce métier, au contraire puisque 3 des 4 membres du bureau du MRC-08 l'exercent) mais une personnalité aux multiples talents capable de relayer auprès des centres de décision les besoins des habitants de la circonscription. Ensuite, il a révélé à ses nombreux lecteurs une vérité d'importance: Gisèle Dessieux est la candidate choisie par le MRC...et investie officiellement par le PS. C'est donc la candidate commune MRC-PS. Cette réalité avait déjà été confirmée dans un courrier adressé personnellement par François Hollande à Gisèle Dessieux. Elle est dorénavant publique. C'est une excellente chose!

Par ailleurs, Gisèle Dessieux a rencontré le 27 février Jean-Paul Bachy dans un lieu à l'architecture très intéressante, l'hôtel de région à Châlons en Champagne. L'entretien a été très cordial (non, non, ce n'est pas du langage diplomatique, ce sont les faits). Il a montré qu'il n'y avait aucune animosité personnelle entre eux. Il a aussi permis de faire le constat, pour l'un que les décisions nationales ne prenaient pas suffisamment en compte les demandes locales et pouvaient de ce fait créer des situations problématiques, et pour l'autre qu'un accord avait pour vocation à être respecté. Chacun a ainsi marqué ses positions et a rappelé sa volonté de participer activement à la campagne de Ségolène Royal. Maintenant, le temps et la réflexion personnelle vont faire leur oeuvre. N'en doutons pas, puique nous sommes entre gens intelligents et qu'il y va de l'intérêt de la gauche, nous sortirons par le haut de ces difficultés...et Jean-Luc Warsmann devra batailler ferme pour conserver son siège.