Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 20 août 2007

Une amnésie bien commode


Dimanche prochain, suite à la démission de Maurice Blin, une élection sénatoriale partielle aura lieu dans les Ardennes. A cette occasion, plusieurs candidats solliciteront les suffrages des 971 grands électeurs qui ont été désignés par les conseils municipaux. A droite, outre Marc Laménie qui se présente ouvertement comme l'héritier de Maurice Blin, il y aura Michel Daval qui peut espérer en tant que président de l'association des maires des Ardennes rassembler les voix des petites communes et Michel Marchet dont la tâche s'annonce plus difficile. A gauche, le Parti Socialiste présentera Jean-Paul Bachy, président du Conseil régional et de la communauté de communes du Pays Sedanais, et le Parti Communiste Sylvain Dalla Rosa, conseiller régional et maire adjoint de Charleville-Mézières. Quant au Front National, il sera représenté par son conseiller régional Eric Samyn.

Pour pallier à toute éventualité, chacun des candidats a dû choisir un suppléant qui sera amené à lui succéder en cas de décès (hypothèse peu probable sachant que le mandat ne sera que d'une année) ou de nomination au gouvernement (hypothèse encore moins probable, le maroquin se faisant rare ces dernières décennies dans les Ardennes!). Il s'agit donc de désignations essentiellement honorifiques qui n'ont posé aucun problème. Pourtant, un de ces suppléant a attiré l'attention du MRC-08. Lequel? La socialiste Michèle Marquet. Pourquoi? Parce que dans l'euphorie de sa nomination, elle a déclaré que "ce choix marque l'importance que [Jean-Paul Bachy] porte à la place des femmes dans la vie publique". Et alors, direz-vous, n'est-ce pas le cas? Si l'on s'en tient au passé récent, assurément non puisque Jean-Paul Bachy est celui-là même qui a refusé en juin 2006 la décision des instances nationales de son parti de réserver la 3ème circonscription des Ardennes à une femme! Ce fait est de toute évidence sorti de la mémoire de la maire de Chooz. C'est très regrettable, mais dans le cadre de notre lutte contre l'amnésie sélective, cette maladie terrible qui touche les acteurs politiques, il nous est apparu indispensable de le rappeler et de rétablir ainsi la vérité...

Aucun commentaire: