Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 28 novembre 2010

Retraites : voici l'avenir qui vous attend !



On trouve de tout sur Internet, des sites de réflexion compréhensibles aux seules personnes dotées d'un bagage culturel égal au minimum à BAC + 14 aux sites de vente d'objets divers et variés ... en passant par des sites sans prétention à caractère humoristique. Parmi ces derniers, en ces temps où la contre-réforme des retraites vient de tenir le haut du pavé, le MRC 08 en a repéré un, au message accessible par tous, qui vous permettra de calculer l'âge de votre départ en retraite ! Pour le consulter, rien de plus simple, cliquez ici.

jeudi 25 novembre 2010

Warsmann : "ange" ou "démon" ?


A lire l’édition de ce jour de notre quotidien départemental, la question de ce qu’il faut penser de l’action politique de Jean-Luc Warsmann, député de la 3ème circonscription des Ardennes réélu brillamment en 2007 dès le 1er tour face au Président de la région Jean-Paul Bachy, se pose assurément. En "une" du journal, il est qualifié, à juste titre, de "roi de l’absentéisme" au Conseil général pour n’y avoir siégé qu’une seule et unique fois au cours des 19 journées de délibération qui s’y sont tenues pendant les 10 premiers mois de l’année. D’après les critères utilisés par les journalistes, cela représente un taux d’absentéisme de près de 95 % ! Avec un tel chiffre, le député du Sedanais devance bien sûr les 36 autres conseillers généraux du département et très probablement ceux de tous les départements limitrophes des Ardennes.

Quand on connaît le tempérament de Jean-Luc Warsmann qui est présenté par tous, y compris par ses adversaires, comme étant un véritable bourreau de travail, cela peut a priori surprendre. Mais cette situation s’explique aisément par le fait qu’il exerce aussi, en plus de sa fonction de député, celles de maire de Douzy, de Président de la communauté de communes des Trois cantons et de Président de la toute-puissante commission des lois à l’Assemblée Nationale. Un cumul de mandats impressionnant que d’aucuns n’hésitent pas à montrer du doigt comme étant la raison de son absence chronique et une source inévitable d’inefficacité !

Pourtant, dans une brève publiée dans la rubrique "Actu 08" de la même édition de "l’Ardennais" , on apprend aussi qu’à force d’asticoter le Secrétaire d’Etat au logement, Jean-Luc Warsmann a réussi à faire passer l’enveloppe de l’Agence nationale de l’habitat dédiée aux Ardennes pour 2010 de 2,87 millions d’euros à 4,57 millions ... soit une hausse de plus de 59 % ! Le champion toutes catégories des cumulards ardennais a ainsi fait la preuve de son influence dans les cénacles parisiens et des bienfaits qui en résultent pour notre département. Alors, faut-il considérer le député du Sedanais comme un démon tout juste bon à accumuler les indemnités d’élus ou comme un ange qui sait user au mieux de la légitimité démocratique et du poids que lui confèrent ses multiples mandats électifs ? Chacun se fera son opinion, mais pour le MRC 08, qui n’a jamais prêché le mandat unique tout en considérant que toute fonction élective doit être exercée pleinement, la vérité ne peut se trouver qu’entre ces 2 extrèmes...

dimanche 21 novembre 2010

Nouzonville : la laïcité encore une fois attaquée !


Le 27 mars 1987, à Nouzonville, le chauffeur d’un poids lourd chargé de grumes a perdu le contrôle de son véhicule qui a dévalé à très grande vitesse la rue en forte pente longeant l’église. Pour éviter de heurter des habitations, il a alors décidé, dans un dernier réflexe et au prix de sa propre vie, de diriger son bahut vers le chevet de l’église qu’il a percuté de plein fouet, détruisant au passage les boiseries, les stalles et le maître-autel en marbre tout en abîmant fortement le tabernacle en bois doré qui se trouvait sur ce dernier. Un vrai drame qui a profondément marqué la population locale, d’autant que le chauffeur était marié et père de 3 enfants !

L’église étant, comme chacun le sait, une propriété communale, la municipalité de Nouzonville a alors entrepris tous les travaux nécessaires pour en reconstruire les parties détruites. Puis elle a fait procéder à la restauration du tabernacle qui est maintenant achevée. C’est pourquoi le Père Thierry Bettler, curé de la paroisse, a prévu de procéder à sa bénédiction au cours d’une messe qui aura lieu le samedi 04 décembre à 18h00, en présence de Monseigneur Joseph Boishu, évêque auxiliaire résidant à Charleville-Mézières ... et des élus municipaux auxquels une invitation en bonne et due forme a été envoyée.

A lire le courrier du religieux, s’il souhaite associer les élus à cette célébration, c’est parce qu’il "est bien conscient que la ville de Nouzonville a pris part à ce travail [de restauration] autant dans son financement que dans sa réalisation". Mais derrière ce propos en forme de remerciement, il les invite aussi à participer à la prière qui aura lieu ! De quoi faire bondir n’importe quel républicain un tant soit peu attaché à la laïcité qui est, rappelons-le, inscrite dans l’article premier de notre Constitution. C’est d’ailleurs ce qu’a fait le conseiller municipal Yannick Langrenez en adressant aussitôt un courrier au curé et au maire de la commune pour leur rappeler le cadre législatif en vigueur depuis la loi du 09 décembre 1905.

En bonne logique, dans un Etat de droit sûr de ses valeurs, l’affaire aurait dû s’arrêter là. Hélas, les repères laïques de notre République étant de plus en plus faussés par les attaques des culs-bénits de tous bords, au 1er rang desquels figure le chef de l’Etat qui n’a pas hésité à faire es qualité 4 signes de croix lors de sa dernière visite au Vatican, le maire divers-gauche Jean-Marcel Camus a profité du dernier conseil municipal pour remercier le curé Bettler de son invitation jugée "sympathique". Puis, s’appuyant sur une interprétation hémiplégique de la loi de 1905 dont il a feint d’ignorer l’article n°2, il a affirmé que "le maire, républicain convaincu, sera présent à cette cérémonie avec ceux qui souhaitent s’associer en toute liberté de conscience et de culte à cette démarche".

Pour le MRC 08, cette prise de position publique de la part d’un élu de la République, de surcroît dans la maison du peuple, est inadmissible et dangereuse! Inadmissible parce qu’elle bafoue la loi, dont nous rappelons qu’elle a vocation à être appliquée partout et par tous, y compris à Nouzonville et par son premier magistrat. Dangereuse parce qu’elle accrédite l’idée qu’une laïcité dite ouverte ou positive est possible, ce qui ne peut qu’encourager les fanatiques de tous poils qui attendent, à l’affût, la moindre occasion d’affaiblir nos valeurs au profit du communautarisme et d’un fanatisme d’un autre temps.

dimanche 14 novembre 2010

"Sarkozy est très loin du Général de Gaulle"


Le JDD.fr : Qu’est-ce que le gaullisme: une attitude, des principes, une doctrine?
Jean-Pierre Chevènement : De Gaulle existe. Le gaullisme existe-il ? Cela prête à d’abondantes dissertations. S’il existait, le gaullisme serait pour moi une forme de patriotisme républicain qui s’est manifesté évidemment en 1940 par le refus de la défaite, de l’armistice et de la collaboration avec l’Occupant. Mais, plus généralement, le gaullisme, c’est un sens très élevé de l’intérêt général et de la République.

Qu’en reste-t-il aujourd’hui?
Pas grand-chose car la droite a tourné le dos à la nation et la gauche a perdu les couches populaires. Nous avons eu des gouvernements successifs qui ont sacrifié la souveraineté nationale sur l’autel d’une certaine Europe et ont livré la France à une mondialisation sans règle. Nous avons aujourd’hui un pays qui n’a plus ni monnaie ni défense, ni droit autonome. Beaucoup de nos industries ont été délocalisées ou sont en voie de délocalisation. Notre langue et notre influence reculent. Il ne reste du gaullisme que la constitution de 1958 mais avec un Président très diminué et une constitution qui a été profondément altérée.

Quelle place tient de Gaulle dans votre panthéon personnel?
Le Général de Gaulle a été le grand homme d’Etat de la France au XXè siècle. Mitterrand a aussi été un homme d’Etat à la vue longue mais il a fait embrasser à la France la cause d’une Europe mal définie. Je pense notamment à la monnaie unique.

Le Général De Gaulle se voulait au dessus des partis, diriez-vous la même chose de Nicolas Sarkozy?
De Gaulle ne prétendait pas incarner la droite ou la gauche, il voulait rassembler la France. Il y a réussi, en tout cas dans la Résistance. Grâce à l’appui de Jean Moulin, il a acquis la légitimité du soutien de la résistance intérieure puis il a unifié la Résistance dans le gouvernement provisoire de la République française. Nicolas Sarkozy, lui, arrive même à diviser son camp. Il est très fort ! Il n’est plus l’homme de la Nation. Il est l’élu d’un parti majoritaire. Je ne conteste pas sa légitimité mais j’observe que la définition du Président comme étant l’émanation de la Nation tout entière n’existe plus guère.

Il ne s’inscrit donc pas, selon vous, dans l’héritage du Général de Gaulle?
Il ne me paraît pas être l’héritier du général de Gaulle. Il a réintégré le commandement de l’Otan, un geste hautement symbolique. Il a voté le traité de Maastricht, fait voter le traité de Lisbonne qui est la reprise de la Constitution européenne que le peuple a rejetée. Je pense que le Général de Gaulle respectait les décisions du peuple. Sarkozy est très loin du Général de Gaulle. J’ajoute que le général De Gaulle, comme disaient ses fidèles, habitait sa statue. Monsieur Sarkozy n’habite pas sa statue. Pour une raison très simple: il n’en a pas et a beaucoup de peine à habiter sa fonction. Je le regrette parce qu’il n’a pas que des défauts.

Beaucoup se réfèrent à l’héritage du Général. Quelqu’un incarne-t-il le Gaullisme à vos yeux?
Il ne suffit pas de s’en réclamer. En tout cas, la France est aujourd’hui dans une situation très difficile. Donc, il est possible qu’il y ait quelqu’un qui puisse évoquer le Général de Gaulle mais il faudra qu’il surgisse au bon moment et qu’il fasse des propositions qui tiennent la route. Pour le moment, je scrute l’horizon. Je regarde s’il y a un nuage de poussière qui me permettrait de répondre de manière optimiste…

(Source : LeJDD.fr / propos recueillis par Arthur Nazaret, mardi 9 novembre 2010)

jeudi 11 novembre 2010

Question écrite du député Lebrun sur le projet d'incinérateur à Givet et ses conséquences pour la Wallonie

Après Patrick Dupriez, le député wallon CDH Michel Lebrun vient à son tour de poser une question écrite à Philippe Henry, ministre wallon de l'environnement, sur le projet de construction d'un incinérateur à Givet. En voilà le texte dans son intégralité :

"Monsieur le Ministre,

La presse a fait écho d’un projet industriel d’incinérateur à papier situé à proximité du poste frontière de petit Doische. Ce projet inquiète les riverains. A ce stade, nous disposons de peu d’informations précises. Il s’agirait d’une unité de co-génération.
Il semble que les promoteurs ont retenu Givet précisément en raison de son port fluvial qui pourrait se redéployer. Les résidus de papier en provenance de toute l’Europe devraient arriver en péniches jusqu’à la nouvelle installation.

Monsieur le Ministre, plusieurs questions se posent :

1) Est-il exact que les déchets seraient acheminés par le côté belge puisque la Meuse n’est pas navigable du côté français ?
2) Avez-vous des informations précises sur le tonnage de déchets qui devraient alimenter l’unité ainsi que sur leur qualité ? Qu’en est-il précisément de ce nouveau combustible APIC ?
3) Quels sont les risques liés à la combustion de ces déchets ?
4) En quoi consisterait précisément l’unité de co-génération ? L’énergie ainsi produite pourrait-elle alimenter des projets belges ?
5) Quelles seraient les retombées économiques et en terme d’emplois pour la Wallonie ?
6) Quel serait le timing prévu pour la mise en service de cette unité ?
7) Avez-vous déjà été contacté par les autorités françaises pour l’organisation de l’étude d’incidences puisqu’au regard de la Convention d’Espoo ce projet a des impacts transfrontières et requiert donc des consultations de la population de part et d’autre de la frontière.
8) De quelle manière les communes de Doische, Beauraing, Hastière - que le maire de Givet admet avoir oublié de mettre au courant- seront-elles associées ?

D’avance, je vous remercie pour vos réponses."

Givet : le ministre de l'environnement wallon répond sur le projet d'incinérateur


Chose promise, chose due ! Vous trouverez donc ci-dessous la réponse qui a été adressée par Philippe Henry, ministre wallon de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de la mobilité, à la question écrite qui lui a été posée le mois dernier par le député Patrick Dupriez sur le projet de construction d'un incinérateur à Givet. Elle a le mérite de la clarté : nos voisins belges n'ont pas été informés, ils veulent l'être et ils ont entrepris les actions nécessaires pour avoir accès au dossier. De notre côté de la frontière, les choses bougent également, avec notamment le lancement d'une pétition qui a connu un franc succès aujourd'hui à la foire aux oignons. Si vous n'avez pas eu l'occasion de la signer, vous pouvez le faire en ligne en cliquant sur l'icone ci-après :

petition
(pour une meilleure lecture du document, vous pouvez l'agrandir en faisant un clic gauche dessus)

mardi 9 novembre 2010

Givet : l'incinérateur fait débat au Parlement Wallon !


Hier, à 14h00, a eu lieu une séance publique de la commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de la mobilité au siège du Parlement Wallon à Namur. Dans l'ordre du jour, relativement peu chargé, figuraient 3 questions orales posées au ministre wallon Philippe Henry sur l'incinérateur de déchets de papeterie qui devrait être construit d'ici peu à Givet, à un jet de pierre de la frontière belge, par Willy Borsus (député MR, bourgmestre de Somme-Leuze et chef de groupe au Parlement), Jean-Claude Maene (député PS et bourgmestre de Beauraing) et Michel Lebrun (député CDH, conseiller communal de Viroinval et secrétaire du Parlement Wallon). Trois questions sur un même sujet, émanant de surcroit de 3 groupes politiques différents, ce n'est pas banal et tout à fait révélateur de l'inquiétude que suscite chez nos voisins le projet d'incinérateur de Givet ! Pour le moment, nous n'avons pas connaissance des réponses qui ont été faites par Philippe Henry, mais en attendant d'en être en possession et de vous les communiquer, vous pourrez lire en cliquant ici le compte rendu fait ce jour par le journal "la Libre Belgique" de la réponse apportée par le ministre à la question écrite posée il y a quelques semaines sur le même sujet par le député écolo Patrick Dupriez. Intéressant, très intéressant pour ceux qui considèrent que l'opacité n'est pas compatible avec un projet de cette ampleur...

vendredi 5 novembre 2010

Givet : quelques dangers de l'incinérateur que certains aimeraient encore dissimuler !


(pour une meilleure lecture du document, vous pouvez l'agrandir en faisant un clic gauche dessus)

Petit rappel juridique à l'intention des néophytes et des propagandistes de tout poil :
- "Est un déchet au sens du présent chapitre tout résidu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon" (Art.L.541-1.II du code de l'environnement)
- "Est réputé abandon tout acte tendant, sous le couvert d'une cession à titre gratuit ou onéreux, à soustraire son auteur aux prescriptions du présent chapitre et des règlements pris pour son application" (Art.L.541-3 alinéa 4 du code de l'environnement)
- "Est ultime au sens du présent chapitre un déchet, résultant ou non du traitement d'un déchet, qui n'est plus susceptible d'être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux" (Art.L.541-1.III du code de l'environnement)
Ces 3 extraits du code de l'environnement démontrent que seuls les déchets ultimes ne peuvent pas être valorisés. Par contre, tous les autres peuvent l'être, y compris les déchets issus des papeteries qui figurent dans la catégorie 03 de la nomenclature en vigueur.

jeudi 4 novembre 2010

La liberté de la presse est le meilleur critère de la démocratie !


La liberté de la presse est l'un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques. Ainsi, l'article 11 de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen de 1789 dispose que "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi". Aujourd'hui, hélas, certains ont oublié cet élément-clé de la vie démocratique, et pas seulement à l'autre bout de la planète. Pour le MRC 08, c'est inacceptable ! C'est pourquoi, à toutes fins utiles, nous nous permettons de publier ci-dessous, à l'adresse d'une personne qui, espérons-le, se reconnaîtra, une adaptation d'une célèbre comptine bien connue des écoliers de France et de Navarre :

Il était un de nos "grands hommes"
Pirouette cacahuète
Il était un de nos "grands hommes"
Qui avait une drôle de façon
Qui avait une drôle de façon
Sa façon est en rapport
Pirouette cacahuète
Sa façon est en rapport
Avec les mots mis sur papier
Avec les mots mis sur papier
Si vous voulez la connaître
Pirouette cacahuète
Si vous voulez la connaître
Nous allons la faire apparaître
Nous allons la faire apparaître
La localier est arrivée
Pirouette cacahuète
La localier est arrivée
Et la vérité a pu apparaître
Et la vérité a pu apparaître
On la lui a reprochée
Pirouette cacahuète
On la lui a reprochée
Avec un coup de fil déplacé
Avec un coup de fil déplacé
Le coup de fil s’est ébruité
Pirouette cacahuète
Le coup de fil s’est ébruité
Faisant connaître la drôle de façon
Faisant connaître la drôle de façon
La presse avide de sensations
Pirouette cacahuète
La presse avide de sensations
Aurait alors pu se déchaîner
Aurait alors pu se déchaîner
Notre histoire est terminée
Pirouette cacahuète
Notre histoire est terminée
Le "grand homme", vous pouvez huer
Le "grand homme", vous pouvez huer