Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 27 février 2008

Canton de Givet : le programme de notre candidat.

A l'attention des électrices et des électeurs qui continuent désespérément à se connecter sur le site de campagne pour les cantonales de la socialiste Michèle Marquet et qui ne trouvent dans la rubrique "projets" autre chose que l'adverbe "prochainement", ainsi qu'à l'attention de celles et de ceux qui tels Soeur Anne se morfondent en attendant les précisions promises il y a déjà quelque temps par l'apolitique de Droite Claude Wallendorff, le MRC-08 a décidé afin de les aider à patienter le temps nécessaire de mettre le programme de son candidat sur la toile. Sur le fond, vous pourrez constater qu'il s'agit d'un travail pensé et équilibré. Sur la forme, vous constaterez que le temps que nous passons à l'analyse fait de nous de piètres informaticiens. Toutefois, ne paniquez pas, en cliquant sur les 4 parties qui constituent ce travail, vous aurez la bonne surprise de voir le texte s'agrandir. C'est quand même beau l'informatique...











lundi 25 février 2008

Canton de Givet: brèves de campagne


La campagne officielle est désormais lancée, les blogs s'ouvrent comme fleurs au soleil. Nous observons cependant qu'ils apparaissent plus d'un an après le démarrage du nôtre et nous avons du mal à croire qu'une éclosion si subite 2 semaines avant le 1er tour d'une élection soit totalement désintéréssée . Nous constatons d'ailleurs sur l'un d'entre eux que notre apolitique de Droite préféré a refait son addition et est arrivé au même chiffre que celui que notre candidat lui avait communiqué sur le marché de Givet. Nous apprécions que Claude Wallendorff suive notre avis et nous l'encourageons d'ailleurs à renouveler l'expérience. Cela lui sera certainement du plus grand profit. Comme il fut professeur de mathématiques et comme d'après "l'Ardennais" Luc Declef fut son élève, autant dire son fils spirituel, si l'addition fatale a été réellement effectuée par son fils, ceci posera sans aucun doute des problèmes de famille insolubles. Mais cela ne nous regarde pas....

Par ailleurs, une campagne électorale, et notamment une distribution de programmes, permettent parfois au candidat de connaître quelques surprises trépidantes et de prouver son intrépidité. Le nôtre faisait aujourd'hui du porte à porte dans les rues de Vireux-Wallerand, lorsqu'il reconnut, au bout d'une rue, pérorant sur son balcon, le représentant d'un certain parti politique, tout auréolé de gloire militaire. Nous avons oublié son nom, mais c'était quelque chose comme Matagne ou Grenaille... bref nous l'avons reconnu, mais lui aussi. Bravant des ennuis prévisibles, notre candidat poursuivit son activité à sa barbe et devant son nez. Or, dès que notre adversaire le vît, et contre toute attente, il fut pris d'une envie subite de se cacher derrière ses rideaux, ce qui est bien timide ... à moins que cela ne témoigne d'un respect pour les idées que nous véhiculons. Notre candidat et par ailleurs 1er secrétaire, Laurent Bouvier, eut cependant le tact d'éviter sa boite aux lettres afin de lui épargner toute indisposition, et s'en fut gaillardement vers d'autres électeurs, lesquels l'accueillirent d'ailleurs le mieux du monde.

vendredi 22 février 2008

Canton de Givet: un marché instructif


Aujourd'hui, c'est vendredi. Comme tous les vendredis, c'est le jour du marché à Givet. Comme tous les vendredis précédant de peu une élection, c'est aussi le jour où les habitués peuvent, en plus des bonnes affaires pour lesquelles ils se sont expressément déplacés, repartir avec une pleine brassée de documents politiques en tous genres distribués par des militants tantôt sereins et capables de discuter posément tantôt fébriles et tenant des propos plus proches de l'anathème et du discours incantatoire que du débat argumenté. Comme tous les vendredis précédant de très peu une élection présentée comme indécise, c'est le moment où le commun des électeurs peut approcher les candidats les plus en vue, leur serrer la main et échanger avec eux quelques propos en espérant qu'ils ne seront pas oubliés aussitôt qu'ils auront le dos tourné.

Aujourd'hui, les habitués du marché ont été gâtés. Le soleil n'était pas de la partie, mais 2 personnages rayonnants s'efforçaient de le remplacer en faisant montre d'une chaleur exceptionnelle: l'apolitique de Droite candidat à un 2ème mandat au poste de maire de Givet, Claude Wallendorff, et l'apolitique soutenu par la Gauche molle candidat à un 1er mandat au même poste pour mettre ses pas dans ceux de son grand-papa, Luc Declef. Laurent Bouvier, candidat présenté par le MRC-08 aux élections cantonales, a naturellement échangé avec chacun quelques mots, ce qui lui a permis de clarifier sa position et de faire comprendre à ceux qui ne l'auraient pas encore intégré qu'une élection cantonale n'est pas une élection municipale et qu'il est difficile de vouloir le beurre et l'argent du beurre. Ces rappels étant faits, comme nombre d'habitués du marché, notre candidat a accepté de prendre toute la littérature qui lui était proposée pour pouvoir en prendre connaissance plus tard.

Après une lecture attentive, l'honnêteté intellectuelle l'a amené à constater que l'écart de qualité existant la semaine précédente entre les documents des 2 postulants à la mairie de Givet a disparu. Le 4 pages de la liste "Givet autrement" lui semble s'être hissé à la hauteur de celui de la liste concurrente, avec en prime une présentation plus détaillée des postes brigués par chacun des colistier. Malheureusement, pour une liste d'opposition à "l'actuel maire sans étiquette UMP", le choix d'une couleur de fond bleu, même clair, est plus que maladroit, à moins bien sûr qu'il ne s'agisse d'un message subliminal destiné à révéler un positionnement politique jusqu'ici caché. Par contre, le dépliant pour les élections cantonales distribué par Claude Wallendorff et sa très timide suppléante lui est apparu bien pauvre: sur la forme, le bleu omniprésent décliné sous toutes les teintes ne fait que confirmer un ancrage à Droite qui n'est plus qu'un secret de polichinelle; sur le fond le 1er tiers n'est que la reprise de la présentation de Claude Wallendorff faite par "l'Ardennais", le 2ème tiers celle de la présentation de sa suppléante parue dans le même journal et le 3ème tiers une description sans intérêt du canton complétée par un programme se limitant à quelques généralités comme "le Conseil général doit agir plus vite pour le faire" ou "nous en demandons plus qu'aujourd'hui". Soyons réalistes, pour permettre au canton de Givet de surmonter ses difficultés bien réelles, il faudra plus de réflexions et des propositions plus concrètes. Viendront-elles de la candidate socialiste Michèle Marquet? On peut en douter si l'on en juge par l'absence jusqu'à maintenant de tout programme de sa part...

Canton de Givet: les mathématiques revues et corrigées par Claude Wallendorff


Finalement, à bien y réfléchir, il n'existe que 2 types de campagne électorale: la campagne de terrain, qui consiste à se présenter directement au maximum d'électeurs là où ils vivent, à leur proposer de la main à la main un programme qui prenne en compte leurs attentes au lieu de se limiter à quelques généralités et à prendre le temps de les écouter parler des problèmes qui les touchent au quotidien ... et la campagne-éclair qui consiste à passer un article de présentation dans le journal local le plus lu, à faire distribuer par des personnes plus ou moins convaincantes une propagande électorale de qualité variable et à tenir des réunions publiques en série aboutissant dans le meilleur des cas à prêcher à des convaincus et dans le pire à faire les cent pas en attendant désespérément la venue d'un électeur. Laquelle est la meilleure? A priori la première, dans la mesure où elle prend davantage en compte les citoyens. C'est la raison pour laquelle elle a été choisie par les 3 candidats présentés par le MRC-08 aux élections cantonales. Toutefois, nous comprenons très bien que d'autres candidats, handicapés par une disponibilité moindre, bénéficiant d'une notoriété déjà très forte ou possédant une capacité de travail plus faible aient opté pour la 2ème. Nous le comprenons d'autant plus que nous nous sommes rendus compte que la 1ère était tributaire de 2 aléas: les conditions climatiques qui ne sont pas toujours propices à l'arpentage des rues et l'état de santé des candidats qui peut malheureusement être temporairement défaillant.

A notre grand regret, ce dernier aléa vient de toucher Laurent Bouvier, notre candidat sur le canton de Givet. Que ses adversaires ne se réjouissent cependant pas trop vite: la maladie qui le touche est bénigne et si elle affaiblit ses capacités physiques, elle n'affecte pas ses capacités intellectuelles et encore moins son engagement dans la campagne électorale. Empêché d'aller à la rencontre des électeurs, notre 1er secrétaire a ainsi utilisé ces 2 dernières journées à s'informer sur les programmes de ses concurrents. Il s'est donc connecté sur le site de campagne de l'apolitique de Droite Claude Wallendorff et a pu l'éplucher sous tous les angles. Techniquement, il n'a rien à lui reprocher. Par contre, sur le fond, un chiffre a surpris notre candidat: la population de canton serait estimée à 17.008 habitants, soit 11% de plus que les 15.123 habitants qu'il a fait figurer sur son propre programme! Un tel écart est impossible. Une vérification s'imposait donc et elle était d'autant plus facile que la population des 12 communes du canton figurait en bas de la même page du site: les touches de la calculatrice de service ont aussitôt chauffé et après de multiples contrôles le chiffre est obstinément ressorti à ... 15.123. Petite satisfaction personnelle sans aucun intérêt pour le candidat du MRC-08, êtes-vous certainement en train de penser. Eh bien non! Pourquoi? D'abord parce que Claude Wallendorff a exercé la noble fonction de professeur de mathématiques et qu'il est légitime d'attendre de lui une maîtrise parfaite du calcul élémentaire. Ensuite et surtout parce que ce chiffre de 17.008 habitants fausse complètement la vision que l'on peut avoir de notre canton: ce serait un territoire en essor démographique, signe d'une situation économique acceptable alors que c'est en réalité une territoire en déclin démograhique souffrant de difficultés économiques très fortes.

Ceci dit, que nos lecteurs se rassurent. Après avoir discuté directement avec l'intéressé (vous choisirez bien sûr l'acceptation du terme qui vous paraîtra la plus appropriée!), notre candidat a eu le fin mot de l'affaire: l'addition aurait été réalisée par son fils! Cela prouve, comme chacun le sait depuis l'assassinat de César par son fils Brutus, que l'on est jamais trahi que par ses proches. Sans vouloir créer d'inquiétudes excessives, un peu de vigilance s'impose donc, surtout si l'on songe que César et Claude commencent par la même initiale. Pour autant, il n'est pas nécessaire à Claude Wallendorff de verser dans une contrition exagérée puisqu'un autre candidat a démontré que le monopole de la maladresse ne lui était pas réservé. Lequel? André Majewski, le représentant du Parti communiste, qui s'est félicité dans un tract de la "résurrection" du port de Givet: voilà qui devrait se faire retourner dans sa tombe Karl Marx qui aurait sans aucun doute préféré le terme moins religieux de "renaissance"...

lundi 18 février 2008

Revue de presse (ter)


Après les candidatures d'Yvette Lambert dans le canton de Mézières-centre-ouest et de Laurent Bouvier dans celui de Givet, c'est au tour de Maurice Ninitte, le militant le plus expérimenté du MRC-08 et dont on peut dire sans exagérer qu'il lui sert de boussole politique, de rendre publique son entrée en campagne dans le canton de Mézières-est. L'importance de l'évènement n'aura pas échappé à ceux dont la mémoire politique remonte jusqu'à 2001. Pour les autres, un simple rappel: à l'époque, au soir du 1er tour, Maurice avait obtenu plus de 20% des voix juste derrière le candidat socialiste qui dépassait péniblement les 21% avant d'être abattu au 2ème tour par la conjonction déchaînée des forces d'une certaine Gauche, de la Droite et des écologistes. Les journalistes de "l'Ardennais" ne s'y sont d'ailleurs pas trompés comme le montre le bel article ci-dessous qui figure dans l'édition d'aujourd'hui:

"Ancien maire-adjoint de Charleville-Mézières, secrétaire général adjoint de l'Adapah (Aide aux personnes âgées et aux handicapés), Maurice Ninitte, 68 ans, est le candidat du MRC (Mouvement républicain et citoyen) sur le canton de Mézières-est. Sa suppléante est Evelyne Della Libera, 55 ans, infirmière. Il explique que « retraité et ne postulant qu'à un seul mandat », il sera « disponible pour aider les habitants dans leurs difficultés ». Maurice Ninitte habite et milite dans ce canton depuis 40 ans. Engagé à gauche depuis sa jeunesse, son premier combat fut contre la Guerre d'Algérie. Il a eu ensuite différentes responsabilités dans des associations de parents d'élèves, des clubs sportifs, il a été élu syndical et politique, ce qui lui a permis « d'acquérir une grande expérience de terrain, de l'action et des dossiers ». S'il est élu, Maurice Ninitte promet qu'il tiendra des permanences décentralisées, qu'il soutiendra les élus de La Francheville pour la poursuite du développement du village, et qu'il se prononcera pour la construction d'une gare TGV à Mohon « plus accessible que la gare enclavée en centre-ville ». Il explique encore : « La sécurité sera une priorité, le temps n'est plus à l'angélisme du tout préventif ou à la démagogie du tout répressif. » Il agira pour une véritable politique de prévention (équipe de rue, réouverture du point jeunes, renforcement du Sarc, ouverture d'un poste de police sur le quartier de la Ronde-Couture). Maurice Ninitte remarque : « Si nécessaire, il faudra recourir à l'installation de caméras. » Enfin, le candidat œuvrera à « la défense d'un service de proximité et de qualité, indispensable à l'attractivité et au développement du département. » Et il impulsera « une politique de soutien aux personnes âgées et un développement des aides aux personnes handicapées ». Et de conclure : « L'emploi doit être une priorité du conseil général et la limitation des impôts un objectif ».

Vous l'avez sans doute remarqué: Maurice Ninitte n'est plus quelqu'un que l'on présente! Tout le monde sur son canton ou, pour être plus exact, tous ceux qui sont de bonne foi le connaissent. Un bref rappel de ses actions passées est donc suffisant, ce qui laisse d'autant plus de place pour exposer le plus fondamental: son programme, dont vous pouvez constater qu'il prend parfaitement en compte les attentes de la population et du territoire. Normal, pensez-vous, mais si vous comparez avec la "littérature" verbeuse et générale de ses adversaires, vous verrez toute la différence qui existe entre un vrai homme politique de terrain qui s'est toujours mis au service des autres et des pseudos hommes politiques d'appareil qui se sont fixés comme seul cap d'atteindre des ambitions personnelles. Heureux électeurs du canton de Mézières-est qui auront droit à une campagne digne de ce nom!

samedi 16 février 2008

Canton de Givet: l'aveu de Claude Wallendorff


Hier, comme tous les vendredi, c'était le jour du marché à Givet. Comme d'habitude, les clients, désireux de faire de bonne affaires (en ces temps de baisse de pouvoir d'achat, c'est bien compréhensible!) et de s'approvisionner en fruits et légumes frais, étaient nombreux et les observateurs attentifs ont pu remarquer parmi eux un habitué: Laurent Bouvier, notre candidat aux élections cantonales. Comme d'habitude, les marchands pestaient contre la conjoncture et le froid matinal qu'ils accusaient d'être à l'origine de leurs mauvaises ventes. Comme d'habitude à quelques semaines des élections, les entrées du marché et son point central situé près de l'hôtel de ville étaient envahis par des militants qui distribuaient des tracts à des passants souvent indifférents. Cédant à sa curiosité d'esprit naturelle, notre candidat a pour sa part accepté volontiers de prendre la littérature qui lui étaient proposée par les représentants des 2 postulants au siège de maire de Givet: l'apolitique de Droite Claude Wallendorff et l'apolitique de la Gauche molle Luc Declef.

Après une lecture attentive, l'honnêteté de notre 1er secrétaire l'a amené à reconnaître que les 2 tracts étaient très loin d'être du même niveau. Pour lui, le 2ème se limite à une scénette qui se veut humoristique, à une simple reprise de critiques faites par la Cour des comptes il y a déjà quelques années à la gestion municipale et à quelques propositions tellement générales qu'elles pourraient être formulées par n'importe quel candidat de n'importe quelle parti politique dans n'importe quelle commune de France! Par contre, le 1er lui parait malgré nettement plus intéressant: sur la forme, son aspect luxueux est la démonstration flagrante du positionnement à Droite de la liste "servir Givet"; sur le fond, la présentation pleine de dynamisme des colistiers sur un fond bleu qui en dit plus long que bien des discours est très réussie, les grandes orientations du programme à venir laissent présager une prise en compte de tous les quartiers et de toutes les composantes de la population givetoise et le rappel de "l'itinéraire de Claude Wallendorff de Haybes à Givet" (petite précision du MRC-08: les 2 villes sont distantes d'à peine 20 kilomètres, ce qui s'appelle de la petite randonnée et non pas un périple ou une pérégrination dont chacun sait qu'ils ouvrent l'esprit sur le monde qui nous entoure...) dresse sans exagération la liste des qualités dont celui-ci peut se prévaloir. Surtout, l'adresse à la population signée Claude Wallendorff a le mérite de révéler la raison réelle de sa candidature aux élections cantonales puisqu'il dit: "De mon côté, je serai en retraite en 2009. J'ai décidé de profiter du temps libre que j'aurai pour être candidat au poste de Conseiller Général du canton de Givet. Je le fais pour pouvoir faire avancer plus vite au Conseil Général les grands dossiers qui concernent Givet, lesquels n'ont pas beaucoup progressé ces dernières années. Il est temps de réagir et de leur donner une nouvelle impulsion. Cela sera bénéfique pour notre ville de Givet".

La vérité est enfin dévoilée! De la même façon que Claude Wallendorff n'est pas un candidat apolitique mais le candidat de l'UMP chère à Nicolas Sarkozy, il n'est pas candidat aux élections cantonales pour défendre les intérêts des 12 communes qui constituent le canton mais seulement ceux de sa chère ville de Givet. Les électeurs des 11 autres communes dont nous rappelons qu'elles représentent 60% de la population du canton sauront certainement apprécier cette révélation à sa juste valeur. Pour autant, qu'ils ne se leurrent pas, ce n'est pas la socialiste Michèle Marquet qui répondra à leurs besoins. La preuve? Sur le même marché, quelques militants socialistes distribuaient sans conviction un tract rédigé par les instances nationales de leur parti dans lequel ne figuraient que des généralités applicables à toute la France. Vous pouviez le retourner dans tous les sens, il ne comprenait aucune référence locale. Pour trouver un candidat qui prenne en compte les intérêts des 12 communes qui constituent le canton de Givet et qui fasse des propositions adaptées à ses besoins spécifiques, il faudra donc chercher ailleurs. Si nous avions un conseil à vous donner, regardez donc le programme proposé par notre candidat, Laurent Bouvier, et vous allez avoir une bonne surprise...



vendredi 15 février 2008

Mézières-est: les choses sérieuses commencent!

En avant-première pour les lecteurs assidus de ce blog, voici avant même l'annonce dans notre quotidien départemental de sa candidature l'affiche qui sera utilisée par Maurice Ninitte pour mener sa campagne pour les élections cantonales. Du bel ouvrage, tout le monde en conviendra: le sérieux du candidat est incontestable, tout comme son expérience, son ancrage à gauche apparaît clairement avec le dégradé dans la teinte des rouge en arrière-plan et son attachement à la République française est aussi éclatant que le sont les 3 couleurs de notre drapeau qui n'échapperont à personne. Avec Maurice Ninitte, le MRC-08 possède à coup sûr un candidat qui sera tout sauf un candidat de figuration...

jeudi 14 février 2008

Canton de Givet: Jacqueline Saiselet, une suppléante qui gagne à être connue


Pour les élections des 09 et 16 mars prochains, notre candidat, Laurent Bouvier, a choisi une suppléante qui est loin d'être une inconnue pour beaucoup d'habitants du canton: Jacqueline Saiselet. Fille de Suzanne et d’Omer Saiselet, membre d’une vieille famille fromelennoise bien connue dans la Pointe, Jacqueline Saiselet est née en 1948 à Kehl en RFA, où son père exerçant la profession de gendarme était alors en poste. Elle a passé sa petite enfance dans différentes villes situées le long de la frontière franco-allemande au gré des mutations de son père. En 1960, dès que ce dernier fut en retraite, il répondit à l’appel de ses racines (certains parlent même dans ce cas particulier d'ardennité!) et s’installa à Givet. Jacqueline termina alors ses études primaires à l’école Saint Hilaire, puis fréquenta les bancs du lycée Vauban pendant 4 ans. A la fin de la classe de seconde, elle entra dans le monde du travail en exerçant de 1966 à 1970 le métier de caissière à Famiprix, le magasin situé dans la rue Saint Hilaire. Elle fut ensuite comptable de 1970 à 1980 dans l’entreprise de négoce de fioul givetoise Alix Hubert. Après avoir connu des difficultés personnelles, elle dut comme beaucoup d’habitants du canton s’installer à Charleville-Mézières où elle fut pendant 20 ans caissière-comptable dans le magasin Monsieur Bricolage avant de devenir de 2000 à 2005 aide-comptable à la Chambre des métiers. Aujourd’hui à la recherche d’un emploi, elle pourra faire valoir dans quelques mois ses droits à une retraite bien méritée.

Mère d’un enfant, elle a conservé de nombreuses attaches familiales et amicales dans la Pointe, ce qui l’amène à y revenir au moins une fois par semaine. Elle envisage d’ailleurs de suivre la tradition familiale et de s’y réinstaller pour y passer sa retraite. Son tempérament de battante et son refus de l’exploitation sous toutes ses formes l’ont amenée à devenir une militante active d’une association de défense des Droits de l’Homme. Cet aspect n’avait pas échappé à Bernard Saiselet, son cousin, ancien maire de Fromelennes, qui la poussait à s’engager dans le combat politique. Après quelques hésitations, elle s’est décidée à suivre ses conseils en adhérant à une formation bien à Gauche, le MRC-08. Militante de terrain très dynamique, elle a accepté bien volontiers d’être suppléante pour les prochaines élections cantonales et compte se battre autour de 3 axes majeurs : le développement économique en soutenant la redynamisation du port de Givet et le désenclavement routier qui doit nécessairement l’accompagner, l’aide aux défavorisés par la mise en place de chantiers d‘insertion et d’une Maison des Services et enfin l’arrêt de la dégradation des conditions de vie par la lutte pour le maintien du collège de Vireux-wallerand et du Lycée de Givet ainsi que par la prise à bras le corps du problème médical qui affecte le canton.

Pour ceux qui préfèrent voir plutôt que lire, voici Jacqueline devant de superbes grilles (celles de la Préfecture que vous aviez bien sûr reconnu) juste avant qu'elle ne dépose au bureau des élections le dossier relatif à sa candidature.


samedi 9 février 2008

Canton de Givet: le réveil de Michèle Marquet


Le canton de Givet est une terre politiquement atypique. Aux élections à portée nationale, qu'il s'agisse des présidentielles, des législatives ou des européennes, ainsi qu'aux élections régionales, ses électeurs votent majoritairement à Gauche, ce qui est normal au regard de la structure sociologique de sa population. Pourtant, aux municipales, si les 10 villages font preuve de constance et confirment leur vote, les 2 villes et notamment Givet élisent des candidats de Droite qui assument plus ou moins leur étiquette. Aux élections cantonales, c'est la même chose: pendant des décennies, le canton a été représenté par un conseiller général peu ou prou ancré à Droite. Quoi de plus normal, êtes-vous certainement en train de penser, c'est le phénomène de notabilité qui joue à plein! Le MRC-08 est bien d'accord avec vous et ce n'est pas l'élection en 2001 de la socialiste Michèle Marquet qui infirmera son analyse: n'est-elle pas la soeur de Claudine Ledoux qui était à l'époque la députée-maire de Charleville-Mézières, cest à dire une "notabilité par intermédiaire".

Dans un canton aussi atypique, les pratiques politiques peuvent-elles être habituelles? Evidemment non! Ainsi, alors que les autres conseillers généraux du département labourent en tous sens les cantons qu'ils représentent afin de s'imprégner de leurs problèmes et d'être à l'écoute de leurs habitants, alors qu'ils multiplient les permanences dans chaque village pour être facilement accessibles, alors qu'ils s'efforcent de participer au maximum de festivités pour montrer leur intérêt pour la vie locale, la conseillère générale Michèle Marquet a choisi d'agir autrement. Après avoir débuté son mandat sur les chapeaux de roue en publiant un bulletin cantonal rappelant au milieu d'une masse de publicités de bien mauvais aloi les attributions du Conseil général (!) , elle a tenu quelques permanences, de préférence en période pré-électorale ... puis plus rien ou presque. Elle a pratiquement disparu du paysage! Elle s'est transformée en conseillère générale fantôme brillant par son absence lors des cérémonies des voeux de la plupart des maires du canton : à Vireux-Wallerand, c'est même Benoît Sonnet, élu du canton voisin de Fumay, qui représentait le Conseil général. Elle ne participe que très épisodiquement aux festivités locales, en dehors de celles qui animent Chooz, bien sûr. Elle ne tient pas de permanences régulières, ce qui empêche la population de lui faire part directement de ses difficultés. Cette conception pour le moins particulière de son mandat a certainement sa logique, mais sincèrement elle nous échappe. Pour nous, il faut dire les choses clairement: le canton de Givet n'a plus de représentant digne de ce nom!

Evidemment, c'est dommage et nous en pâtissons tous. Mais de la même façon que les arbres ne montent jamais jusqu'au ciel, le pire n'est jamais éternel. Ainsi, nous avons appris cette semaine que Michèle Marquet était sortie de sa longue "hibernation" et allait faire son grand retour en tenant prochainement une permanence dans les 12 communes du canton. Le retour au bon sens, pensez-vous avec votre optimisme habituel. peut-être! Mais certains murmurent aussi que ce serait la proximité des élections du 09 mars qui serait à l'origine de cette soudaine agitation. Sur ce sujet, notre candidat, Laurent Bouvier, a son point de vue, mais la galanterie nous interdit de l'exposer...

jeudi 7 février 2008

Devinette

Je suis un établissement sportif à vocation touristique architecturalement très réussi. J'ai été présenté par la Communauté de communes qui n'a pas hésité à débourser la coquette somme de plus de 11,6 millions d'euros pour ma construction comme LA solution aux difficultés économiques de son territoire. J'ai accueilli en à peine plus d'un an 100.000 entrées payantes, ce qui a été considéré par mes pères fondateurs, insensibles aux notions d'effet de nouveauté et d'impacts des aléas climatiques, comme la preuve de mon immense réussite. Pourtant, depuis la fin de l'été, ma fréquentation n'a cessé de baisser: après -6% en septembre et -17% en octobre, mes visiteurs ont reculé à nouveau de 15% en novembre et de 28% en décembre. L'année 2008 a commencé tout aussi difficilement puisque le mois de janvier s'est soldé par un nouveau recul de 16%. Quelle infrastructure suis-je?
Pour vous mettre sur la voie, 2 indices! Depuis ma construction, le MRC-08 ne cesse de mettre en garde sur le gouffre financier auquel je donnerai inévitablement naissance et qui sera d'autant plus insupportable que je n'offre pas les contreparties qui le rendraient socialement acceptable comme l'instauration de tarifs privilégiés pour les locaux, les étudiants, les chômeurs et les familles nombreuses. Mon nom rime avec Nocturnia, l'échec le plus retentissant de la priorité donnée au tourisme pour développer les Ardennes, mais je suis géographiquement situé à l'autre extrémité du département. Vous avez sans doute déjà réussi à m'identifier. Si ce n'était pas le cas, ne désespérez pas, vous allez entendre parler de moi d'ici peu ... hélas!

mardi 5 février 2008

Congrès de Versailles: le vote scandaleux des parlementaires ardennais


Hier, les parlementaires français ont été réunis en Congrès à Versailles afin de choisir la méthode qui sera utilisée pour ratifier le nouveau traité européen, dit traité de Lisbonne. Il ne s'agissait donc pas de se prononcer sur le fond du texte, mais sur ce que les juristes appellent une question préjudicielle, c'est à dire sur la détermination de la voie qui sera utilisée pour l'adoption ou le rejet du texte. Il leur était en fait tout simplement demandé de trancher une question: les élus du peuple peuvent-ils désavouer le peuple qui s'est prononcé, le 29 mai 2005, contre le projet de constitution européenne? Sans aucune surprise, les parlementaires se sont prononcés à une très nette majorité en faveur de la ratification par voie parlementaire. Cependant, 181 d'entre eux ont considéré qu'il fallait respecter le parallélisme des formes et par conséquent que le peuple était le seul capable de défaire ce qu'il avait fait: ils ont donc voté NON.

Les 4 parlementaires UMP des Ardennes se sont prononcés pour la voie parlementaire. Soyons francs, nous n'attendions rien d'autre d'eux, ni des 2 sénateurs qui nous avaient fait part avec un style différent de leur position, et encore moins des 2 députés qui n'ont même pas eu la correction la plus élémentaire de répondre au courrier que nous leur avions adressé en décembre pour les sonder sur leurs intentions. Certainement étaient-ils génés aux entournures et ne souhaitaient pas se retrouver en porte-à-faux avec les électeurs ardennais qui s'étaient prononcés à 63% pour le NON. En agissant ainsi, ils ont toutefois miné la confiance qui leur avait été accordée et la démocratie elle-même. Ils ont affaibli le Parlement et creusé encore plus le fossé entre le peuple et les élites dirigeantes. Ils ont délégitimé la construction européenne en la coupant de la volonté démocratiquement exprimée par les citoyens. Leur responsabilité dans les crises futures qui ne manqueront pas de secouer la France et l'Union européenne est ainsi lourdement engagée. Les voilà désormais frappés du sceau indélébile des fossoyeurs (involontaires?) de la démocratie!

Quant au député socialiste de la 2ème circonscription, Philippe Vuilque, il a courageusement choisi ... de ne pas choisir. Il a ainsi, au mépris des engagements pris lors de la candidature de Ségolène Royal dont nous rappelons qu'il présidait le comité de soutien dans les Ardennes, servi la soupe à Monsieur Sarkozy au nom d'une idéologie européiste déconnectée de la démocratie voire contraire à elle. Soyons certains qu'il s'efforcera de cacher cette forfaiture, dans le sens féodal du terme, en mettant en avant la discipline de parti. Il aurait grand tort puisque si 93 députés socialistes se sont effectivement abstenus, 91 ont eu le courage de voter NON et 17 sont tombés du côté où ils penchaient déjà en votant OUI. Il ne ferait ainsi qu'ajouter une hypocrisie à une forfaiture! Bien entendu, cette position le met dans l'incapacité d'espérer incarner demain une véritable opposition à la politique ultra-libérale menée par le gouvernement sous l'impulsion des dirigeants de Bruxelles. Peut-être pense-t-il qu'avec le temps, les électeurs oublieront son vote. Ce serait compter sans le MRC-08 qui prend l'engagement de le rappeler chaque fois que ce sera nécessaire.

samedi 2 février 2008

Mézières-centre-ouest: une affiche qui en dit long

En avant-première pour les fidèles lecteurs de ce blog qui s'efforce de donner une visibilité aux positions défendues par le MRC-08, voici l'affiche qui sera utilisée par le duo Yvette lambert-Marc Ninitte lors de leur campagne pour les élections sur le canton de Mézières-centre-ouest. Le positionnement de la photo de notre candidate, la couleur du slogan, celle du soleil qui se lève ne permettent aucune ambiguïté: il s'agit d'une candidature de Gauche! Mais vous l'avez remarqué, notre duo ne représente pas n'importe quelle Gauche, il se veut le porte parole de celle qui a compris, comme le prouve le slogan au centre du soleil levant, que la question sociale est intimement lié à la question nationale et donc à la souveraineté de la France que les européistes de tous bords voudraient réduire à néant. Un résumé parfait des positions du MRC, le parti de la Gauche qui n'oublie pas son NON.


vendredi 1 février 2008

Rivéa: après les beaux discours, la dure réalité des chiffres


Aujourd'hui, tout le monde dans les Ardennes et bien au delà connait Rivéa, le fameux centre aqualudique de Givet, la merveille des merveilles, l'équipement sportif à vocation touristique qui devait à lui seul faire disparaître les difficultés économiques de la Pointe et recréer la prospérité d'antan. C'est du moins ce que laissaient entendre en termes à peine plus mesurés les dirigeants de la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse lors de la construction de cet ouvrage exceptionnel, puis lors de son inauguration et surtout au début du mois d'août 2007 lors de l'accueil du 100.000 visiteur payant. Ce dernier évènement ayant fait l'objet d'une campagne de communication particulièrement bien orchestrée, l'idée que les eaux de ce centre aqualudique aurait comme celles de la piscine de Lourdes des vertus miraculeuses sur l'économie locale avait fini par gagner des pans de plus en plus grands de la population.

Cependant, quelques récalcitrants, parmi lesquels figuraient en bonne place les membres du MRC-08, s'obstinaient malgré tout à rester dubitatifs sur les retombées réelles de cet équipement. Il fallait donc impérativement les convaincre pour faire cesser les critiques qui auraient pu nuire à la réputation et par conséquent au succès de Rivéa. Comment? D'abord en rendant public sur le site internet de la communauté de communes les chiffres mensuels de la fréquentation, preuve a priori incontestable de l'engouement croissant suscité par le centre aqualudique. Ensuite, en répétant à toutes les occasions possibles, comme par exemple lors de la cérémonie des voeux du maire de Givet, que les résultats obtenus étaient exceptionnels et dépassaient largement toutes les estimations. A force de rabâcher le message, il finirait bien par rentrer dans la tête des plus sceptiques.

Hélas pour les partisans de cette méthode, les mots savamment utilisés aux moments les plus propices n'ont pas été confirmés par les chiffres. En septembre 2007, la fréquentation de Rivéa a baissé de 6%. Simple accident conjoncturel, pensez-vous. Eh bien non! En octobre la fréquentation a encore diminué, et beaucoup plus fortement puisque le chiffre s'est élevé à 17%. Un évènement surprenant s'est alors produit: la communauté de communes a cessé de faire figurer sur son site internet les chiffres de fréquentation mensuel. Intrigant venant d'une collectivité dont la réputation en matière de communication n'est plus à démontrer, n'est-ce pas? A moins qu'il ne s'agisse d'une démarche maladroite délibérée destinée à cacher de mauvaises nouvelles. Pourquoi maladroite? Tout simplement parce que lorsque la gestion d'un établissement public est concédée à une entreprise privée, celle-ci est amenée tôt ou tard à rendre compte de son activité. Les chiffres de la fréquentation pour les deux derniers mois de l'année ont ainsi été publiés ces derniers jours et comme on pouvait s'y attendre, ils ne sont pas bons du tout: 15% de baisse en novembre par rapport à l'année précédente ... et 28% de baisse en décembre! Cela représente une chute de plus de 16% depuis la fin de l'été. Faut-il se réjouir de cette situation qui confirme nos analyses? Evidemment non, puisqu'elle aura pour conséquence une augmentation du déficit du centre aqualudique dont nous rappelons qu'il était initialement estimé à 450.000 euros par an. Par contre, il faut en tirer une leçon et reconnaître enfin que le développement du tourisme ne constitue pas la solution pour mettre fin aux difficultés économiques de la Pointe. Ceux qui sont aujourd'hui partisans du réaménagement du fort Condé seraient bien inspirés de ne pas l'oublier...