Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 5 avril 2010

Libre Pensée : cohabitation réussie entre l’estomac et le cerveau


La laïcité est en danger ! Attaquée à la fois par le haut (une messe est désormais célébrée chaque mercredi dans l’enceinte du Parlement européen … qui siège comme chacun sait dans la ville française de Strasbourg) et par le bas (on ne compte plus les maires, y compris dans les Ardennes, qui accordent des subventions déguisées à tel ou tel culte), elle peut cependant compter sur le soutien indéfectible de la Libre Pensée qui organise symboliquement, chaque vendredi dit saint, une "cochonnaille républicaine" pour montrer son refus de se plier aux tabous imposés par les religions. L’an dernier, plus de 4.500 personnes y avaient participé à travers toute la France. L’opération (qui n’a rien à voir avec celle du Saint Esprit) a donc été reconduite cette année et elle a rassemblé 34 convives dans les Ardennes, parmi lesquelles figuraient certes des habitués, mais aussi des "petits nouveaux" comme Xavier Médeau, avocat spécialisé dans la défense des salariés victimes de patrons sans scrupule dont l’efficacité n’est plus à démontrer depuis l’affaire Thomé-Génot, ou encore l’actuel dirigeant de la loge maçonnique "la fraternité Georges Corneau" appartenant à l’obédience du Grand Orient de France.

Dans son propos liminaire, le toujours très en verve Alain Tournafol a évoqué le contexte particulier de l’année 2010, marqué par une crise sans précédent d’un système économique à bout de souffle, se traduisant, d’après les dires du Médiateur de la République, par l’existence dans notre pays de 15 millions de personnes ayant les plus grandes difficultés pour terminer les fins de mois. Puis, il a dressé la liste des banquets passés les plus mémorables, de celui des Humanistes en 1517 à celui de Sainte Beuve en 1868, en passant par le banquet dit du scandale de 1789 et le célébrissime banquet de 1847 que l’on peut considérer comme un des points de départ de la révolution de 1848. Il a enchaîné avec la lecture des 2 premiers articles de la loi de 1905, en insistant sur le 2ème, avant de rappeler que les banquets de cette année étaient axés sur la commémoration du centenaire de la conférence internationale des femmes socialistes de Copenhague, qui a abouti à la création de la journée des femmes (à ne pas confondre avec la mercantile journée actuelle de la femme), et du cinquantenaire du serment de Vincennes qui vit 350.000 laïcs revendiquer au nom de 10.813.697 pétitionnaires l’application du principe "école publique fonds publics, école privée fonds privés".

Les neurones étant bien chauds, l’entrée qui ne l’était pas moins fut alors servie. Une fois engloutie par les convives ayant encore en mémoire le menu exceptionnel du banquet de 1868, le président des libres penseurs ardennais reprit la parole pour narrer l’intéressante vie du baron d’Holbach, philosophe des Lumières et encyclopédiste, qui est resté dans l’histoire pour avoir écrit "le système de la Nature", que les autorités condamnèrent à être brûlé en 1770, et "le christianisme dévoilé", dans lequel il n’hésita pas à affirmer que "l’Evangile n’est qu’un roman oriental dégoûtant pour tout homme de bon sens". Puis, après le plat de résistance qui n’avait rien à voir avec un quelconque poisson, Henri Génon, Patrick Benyoucef et Yvan Raulet ont successivement décrit la triste et lamentable histoire du chevalier de la Barre, celle non moins triste mais plus glorieuse d’Eugène Potier créateur en 1871 de l’Internationale et les suites encore inachevées du serment de Vincennes. Un bon dessert a clôturé le tout, permettant aux convives d’échanger sur des sujets divers et variés. Pour le MRC 08, ce 4ème banquet républicain organisé dans les Ardennes a donc été une réussite, tout juste troublée par l’intervention intempestive d’un illuminé vouant aux gémonies et aux pires supplices les mécréants osant manger normalement en ce jour qu’il considérait sans preuve aucune comme hors du commun. Renseignements pris, il s’est avéré que l’énergumène surexcité, dont vous pouvez voir ci-dessous la photo, serait un ancien communiste qui aurait eu une révélation en allant faire ses dévotions à Notre Dame de Woinic, la nouvelle figure tutélaire des Ardennes.


Aucun commentaire: