Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 29 avril 2010

Solidarité avec le peuple grec !


"Nous sommes tous inquiets de la situation financière, économique et sociale de la Grèce. Ce pays, au bord de l’insolvabilité, fait l’objet d’un plan -tout au moins programmé- de soutien financier de l’Union Européenne et du F.M.I., que nous pouvons apprécier diversement selon nos sensibilités politiques respectives. De même, nous n’avons pas forcément tous la même lecture des causes ayant engendré cette insolvabilité, que, pour ma part, j’impute principalement aux errements graves du capitalisme financier mondialisé, et à une politique d’intégration monétaire et de "l’euro fort" inappropriée à la situation économique de nombreux pays de la zone euro -la plupart même-, en premier lieu la Grèce, mais aussi bien d’autres, y compris la France à certains égards.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons tous nous accorder sur un point : la Grèce est un pays frère, non seulement membre de la zone euro, de l’Union Européenne, mais dépositaire d’une part importante de l’histoire de notre civilisation. Or la Grèce souffre, non seulement de ses difficultés financières et économiques, mais aussi, en partie, d’un sentiment de "déclassement" que peut engendrer le débat autour de l’aide européenne et de l’aide du FMI. En particulier, les demandes de mesures de rigueur qui l’accompagnent, et que nous pouvons considérer diversement selon nos convictions politiques, sont non seulement autant de sacrifices demandés au peuple grec, mais encore autant d’ingérences dans sa souveraineté -qu’on les juge légitimes ou non.

En tant qu’élus de Paris, nous n’avons évidemment pas de moyens directs de manifester une solidarité, notamment financière, au peuple grec. Mais Paris est une grande capitale mondiale, à la notoriété, à la visibilité médiatique, à la charge symbolique incomparable. Nous sommes donc investis d’une responsabilité particulière quant au message internationaliste de la France, et à la perpétuation de la force universaliste de l’idéal constitutif de notre République. C’est pourquoi, en tant que Conseiller de Paris, et connaissant bien le mandat qui est le vôtre pour l’avoir assumé pendant treize ans dans le XIe arrondissement, je me permets de vous suggérer d’utiliser la puissance symbolique de vos Mairies d’arrondissement pour adresser un message de solidarité et de respect au peuple grec. Par exemple, vous pourriez hisser le drapeau grec sur votre Mairie, pendant cette période de tourmente financière. J’ai la conviction que les Grecs de France, ceux de Grèce bien sûr, et le monde entier, verraient dans ce geste symbolique, qui pourrait faire des émules, un signe de solidarité et un motif de fierté qui compterait pour eux. Et Paris pourrait s’enorgueillir de ce geste. C’est un petit geste, qui peut avoir un grand impact".

(lettre de Georges SARRE, ancien Ministre, membre honoraire du Parlement, Conseiller de Paris et Secrétaire National du MRC adressée hier soir aux vingt maires d’arrondissement de Paris)

Aucun commentaire: