Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 17 septembre 2012

Aubrives : les caisses sont désormais vides !

Samedi dernier a eu lieu une séance du conseil municipal qui a été tout sauf ordinaire. Pourquoi ? D’abord parce qu’elle s’est déroulée moins de 10 jours après la séance précédente, de surcroît à une date pour le moins inattendue puisqu’il s’agissait du 1er jour de la fête patronale. Ensuite parce que son ordre du jour n’était pas plus épais qu’une feuille de papier à cigarette, avec seulement 4 points à traiter. Pourtant, cela n’a pas empêché qu’il y ait foule (façon de parler, bien sûr, tout étant relatif) autour de la table des délibérations puisque 8 élus sur les 14 que compte encore la commune avaient fait l’effort de se déplacer, soit juste assez pour que le quorum soit atteint. Une situation désormais si rare qu’il ne faut surtout pas la passer sous silence !

Evidemment, une telle "affluence" n’était pas fortuite. Elle s’expliquait par le deuxième point de l’ordre du jour, à savoir l’engagement immédiat ou le report de la construction d’une salle polyvalente à vocation sportive et culturelle. Une décision à environ 2,7 millions d’euros TTC qui aurait dû donner lieu à un véritable débat étant donné l’importance des conséquences qu’elle entraînera ! Hélas, ce n’a pas été le cas puisque, malgré la faiblesse des subventions jusqu'alors obtenues (seulement 440.000 euros [environ 25 % du coût des seuls travaux] contre 1.529.202 euros [environ 80 % des mêmes coûts] pour la salle polyvalente d’Auvillers-les-Forges qui a servi de modèle à notre projet) et l’imprécision manifeste du plan de financement exposé qui inclut des recettes encore hypothétiques comme la vente à Bouygues Immobilier pour 260.000 euros des terrains de la Sapinière, il aura fallu moins d’un quart d’heure (5min32 à 19min58) pour que l’autorisation d’engager les travaux soit prise. 

Une légèreté dont on n’a pas fini de payer le prix puisqu’il est désormais acté que la construction de cette salle sans parking va engloutir la quasi-totalité de l’autofinancement communal pour les 3 années à venir ! En clair, cela signifie qu’il sera impossible de procéder à des travaux conséquents de voirie, contrairement à ce qui avait été promis entre autres aux riverains de la rue du Père George, de la rue des orsières, de l’impasse Faure et de l’impasse Ravel. De la même façon, aucun aménagement pour mettre les bâtiments communaux en conformité avec les normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite ne pourra être réalisé alors qu’il s’agit d’une obligation. Quant au pôle scolaire qui a été annoncé à grand renfort de tambours et de trompettes, il restera pour ce mandat du domaine du rêve. Enfin, cerise sur le gâteau si je puis dire, quelle que soit l’équipe municipale qui sera élue en 2014, elle ne disposera de quasiment aucun moyen financier pour la première année de son mandat ! Une véritable catastrophe pour la commune dont notre bon maire, qui nous a encore gratifiés d’une sortie pitoyable, portera l’entière responsabilité....
LB

 

4 commentaires:

charlemont a dit…

C'est absolument irresponsable de la part du (des) décideurs !!! Et, croyez-moi, je sais ce que je dis.
Pour résumer, il y a les grandes communes, riches, touristiques, en zone urbaine, qui ont quelques sous et qui peuvent autofinancer. Mais même elles courent après les subventions.
Il y a les petites communes qui n'ont pas ce genre de ressources, qui cherchent des subventions, et qui sinon font ce qu'elles peuvent et ce qu'elles ont promis : par exemple des travaux de voirie.
Et puis il y a Aubrives, qui, malheureusement pour elle, est dirigée par son bon maire. Ce dernier fait-il pousser des billets de mille dans son jardin ? A t-il trouvé le moyen de transformer la pierre bleue en or massif ? Son banquier est-il un philanthrope ? Ou bien a t-il eu une légère défaillance imputable au surmenage ?
Mais cette défaillance-là, les Aubrivois n'ont pas fini de la payer.

mrc-08 a dit…

C'est d'autant plus irresponsable que le semblant de plan de financement atteste d'un amateurisme absolu ! Par exemple, contrairement à ce qui a été dit, la commune ne retouchera pas la TVA (19,6 %)mais une partie seulement (15,482 % très exactement). Cette différence peut paraître minime, mais appliquée aux seuls travaux et raccordements estimés à environ 1.822.000 euros, cela représente plus de 75.000 euros qui resteront à notre charge !!! Pas vraiment une paille, vous en conviendrez, qu'il va bien falloir financer d'une manière ou d'une autre...
LB

julie a dit…

Comment ça il y aura pas de pole scolaire? Avec toutes les fois qu'on me l'a promis, je trouve ça gonflé et je peux garantir à celui qui m'a menti que je ne suis pas pret de l'oublier

le lynx a dit…

Si j'ai bien compris l'enregistrement, la construction de la salle est lancée mais pas celle du parking. Ce sont donc ceux qui seront élus en 2014 qui devront le payer, ils n'auront pas le choix. En plus, comme le plan financier du maire prévoit de prendre 300000 euro sur le budget 2014, je me demande ce qu'il restera aux nouveaux élus pour appliquer leur programme.