Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 4 novembre 2010

La liberté de la presse est le meilleur critère de la démocratie !


La liberté de la presse est l'un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques. Ainsi, l'article 11 de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen de 1789 dispose que "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi". Aujourd'hui, hélas, certains ont oublié cet élément-clé de la vie démocratique, et pas seulement à l'autre bout de la planète. Pour le MRC 08, c'est inacceptable ! C'est pourquoi, à toutes fins utiles, nous nous permettons de publier ci-dessous, à l'adresse d'une personne qui, espérons-le, se reconnaîtra, une adaptation d'une célèbre comptine bien connue des écoliers de France et de Navarre :

Il était un de nos "grands hommes"
Pirouette cacahuète
Il était un de nos "grands hommes"
Qui avait une drôle de façon
Qui avait une drôle de façon
Sa façon est en rapport
Pirouette cacahuète
Sa façon est en rapport
Avec les mots mis sur papier
Avec les mots mis sur papier
Si vous voulez la connaître
Pirouette cacahuète
Si vous voulez la connaître
Nous allons la faire apparaître
Nous allons la faire apparaître
La localier est arrivée
Pirouette cacahuète
La localier est arrivée
Et la vérité a pu apparaître
Et la vérité a pu apparaître
On la lui a reprochée
Pirouette cacahuète
On la lui a reprochée
Avec un coup de fil déplacé
Avec un coup de fil déplacé
Le coup de fil s’est ébruité
Pirouette cacahuète
Le coup de fil s’est ébruité
Faisant connaître la drôle de façon
Faisant connaître la drôle de façon
La presse avide de sensations
Pirouette cacahuète
La presse avide de sensations
Aurait alors pu se déchaîner
Aurait alors pu se déchaîner
Notre histoire est terminée
Pirouette cacahuète
Notre histoire est terminée
Le "grand homme", vous pouvez huer
Le "grand homme", vous pouvez huer

2 commentaires:

arduinna a dit…

Cette petite adaptation veut-elle dire qu'un homme politique ardennais a remis en cause la liberté de la presse ? C'est ce que j'ai compris, et si c'est le cas, vous avez raison de le dénoncer. Mais pour être vraiment clair, ce qu'il faudrait, c'est un NOM pour savoir qui il faut huer

Ophélie a dit…

La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen... Elle prône la liberté comme le principal droit du citoyen; le citoyen étant par ailleurs un homme libre dans l'état de nature! On dit que les Etats-Unis oublient facilement le contenu de ces articles, lui, l'Etat fédéral que l'on nomme souvent l'Etat des Droits de l'Homme et du Citoyen, par excellence.
Mais, qu'en est-il de la France? Je crois qu'elle aussi, oublie ce qu'elle nomme les "lois fondamentales". Enfin quand on dit la France, c'est plutôt les membres qui composent le gouvernement de notre république...
La DDHC ne constitue-t-elle pas le préambule de la Constitution de 1958 et avant elle celle de 1946? Le problème majeur réside dans le fait que le non-respect de la Constitution n'est pas à proprement dit sanctionné. Certes, il y a le Conseil Constitutionnel et la possiblité de révoquer une loi avant promulgation au motif de son caractère contradictoire à la Constitution... Mais ce n'est pas assez!
La liberté de la presse est un droit, un droit fondamental qui est figure noir sur blanc dans le texte de notre Constitution, texte que l'on place au-dessus de la pyramide de la hiérarchie des normes! Dénoncer son non-respect est un devoir, et son non-respect est, en lui-même, une aberration!