Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 14 août 2008

L’insécurité routière instrumentalisée?

A peine arrivé dans les Ardennes, le nouveau préfet, Jean-Francois Salvy, a pris connaissance des derniers chiffres de la sécurité routière. Qu’y a-t-il découvert? Une horreur absolue, pour ne pas dire une monstruosité ou une abomination, puisque depuis le début de l’année le nombre des accidents a augmenté au point de provoquer une envolée de 140% des morts. Face à cette situation, le nouveau venu a donc décidé de faire de la lutte contre l’insécurité routière sa priorité, ce qui signifie que les policiers et les gendarmes, qui ont déja consacré plusieurs milliers d’heures depuis le début de l’année aux contrôles routiers, augmenteront encore leurs actions dans ce domaine et que la prévention, presentée comme la seule méthode susceptible de permettre des progrès durables, sera renforcée.
Que faut-il penser de cette priorité annoncée à grand renfort de trompettes? A priori, il s’agit d’une bonne chose puisqu’elle permettra de diminuer le nombre des victimes de la route ou plutôt de ses utilisateurs. Mais à bien y regarder, on ne peut s’empêcher de constater que le nombre d’accidents est passé de 96 à 97 et que celui des victimes est de 12. Certes, cela fait toujours 12 de trop et nous déplorons ces pertes et la peine causée aux familles, mais de là à en faire le mal numéro 1 des Ardennes, il y a un pas qu’il semble difficile de franchir. Il existe d’autres fléaux au moins aussi graves, comme les maladies cardio-vasculaires, qui sont particulièrement importantes dans notre département dont il ne faut pas oublier qu’il est le premier de France pour l’obésité, le suicide des jeunes ou encore les cancers. Sans parler de la baisse de 1000 habitants que connaissent les Ardennes chaque année, de la désindustrialisation persistante et de l’insécurité sociale croissante.
Dans ce contexte, cette priorité ostensiblement affichée à la lutte contre l’insécurité routière semble bien excessive aux yeux du MRC-08. A moins qu’il ne s’agisse d’un écran de fumée destiné à détourner l’attention de la population. De toute facon, il est probable que la diversité et la gravité des maux que subit notre département se révèleront progressivement aux yeux du préfet. Espérons que cette révélation arrive vite, afin de permettre la mise en place rapide de solutions adaptées.

9 commentaires:

Ophélie a dit…

Malheureusement, ce genre de phénomène se produit également à l'échelle communale dans d'autres domaines bien sûr!
Lorqu'un maire fait de sa priorité "la course aux trèfles" ( comme on dit dans la commune de Vireux Wallerand) qui consiste à fleurir abondamment les lieux communaux et espaces verts afin d'obtenir un nouveau et magnifique trèfle sur le panneau d'entrée dans la commune (quelle référence!); au lieu d'aménager des endroits qui en auraient bien besoin, on se demande où est la logique!

Quant à l'insécurité routière il est vrai que c'est loin d'être une grande priorité dans notre département où le désaménagement du territoire sévit de plus en plus!

mrc-08 a dit…

La course aux trefles, l'expression est bien jolie pour parler d'une autre derive bien commode quand on veut occulter l'essentiel...

Ophélie a dit…

Un vin d'honneur est même organisé chaque année afin de remettre un prix aux propriétaires de la maison la mieux fleurie (la plus "moche" à mon goût puisque trop surchargée) du village.
Oui oui, certains viroquois sont victimes de la maladie que je nomme la "fleurite".
Les dépenses inutiles se cumulent!

Pourquoi vouloir occulter l'essentiel?
Nos dirigeants n'ont-ils pas assez de courage pour affronter les grandes difficultés?

mrc-08 a dit…

Est-ce le courage qui manque ou alors l'imagination? Ou les 2?

Ophélie a dit…

Là est la question...
En même temps, il me semble qu'il n'y a pas besoin d'énormément d'imagination pour trouver des solutions aux problèmes...
Quant au courage, les dirigeants en ont toujours pour leur propre intérêt; quand il s'agit de l'intérêt général c'est totalement différent!
On est pas sorti de l'auberge!!!

matt a dit…

Savez vous comment sont obtenues les magnifiques trèfles sur le panneaux d'entrée des communes?
Renseignez vous un minimum avant de critiquer négativement ce qui essaye d'être réalisé à l'échelle d'une petite commune!!

Occulter l'essentiel?? Qu'est ce que l'essentiel dans une commune comme Vireux????

mrc-08 a dit…

L'essentiel dans une commune, qu'elle soit de la taille de Vireux ou pas, est d'améliorer au quotidien la vie de ses habitants et de préparer les projets d'avenir qui amélioreront celle de leurs descendants ou des nouveaux arrivants.
La course aux trèfles entre-t-elle dans ces objectifs? Pour certains oui, pour d'autres non. Pour notre part, nous considérons qu'elle pourrait rentrer dans ces objectifs si on avait à faire à une commune au fort potentiel touristique qui pourrait se traduire par une création importante d'emplois. Hélas, ce n'est pas le cas de Vireux et de bien d'autres communes qui se sont jetées à corps perdu dans un fleurissement que nous estimons déplacé au regard des difficultés sociales qui y existent.

matt a dit…

Je pense que le fleurissement n’est pas le seul point important dans ce concours des villes fleuries. Entre en compte l’aménagement des routes, des carrefours, des haltes fluviales…pleins de choses qui contribuent à améliorer la vie quotidienne des gens qui y vivent. Dans ce cas précis, le tourisme n’a pas grand-chose à voir. Et personne ne force les habitants à fleurir leurs maisons. S’ils le font, c’est qu’ils le veulent, et le peuvent financièrement.
Pourquoi reprocher aux élus de Vireux d’aménager correctement leur ville ? De plus, il y a des aménagements de toutes sortes, pour les personnes de tous âges et de toutes classes sociales. Je pense que l’essentiel y est, très largement !
Ce ne sont donc pas des dépenses inutiles. Ou plutôt, dites-moi ce que sont des dépenses utiles à l’échelle d’une petite commune ?
Quant à Ophélie, vous dites qu’ils (les élus) feraient mieux d’aménager des endroits qui en auraient bien besoin. Lesquels ?

mrc-08 a dit…

Le fleurissement n'est effectivement pas le seul critère retenu dans le cadre du concours des villes fleuries, mais il en est une partie importante et de loin celle qui est la plus retenue par la population. Doit-on la blâmer pour cela ... dans une société qui a fait de la façade son alpha et son omega?
Quant à ce qui est utile dans une commune, petite ou grande, ce sont à nos yeux les dépenses qui préparent l'avenir, lesquelles ne se confondent pas forcément avec celles qui flattent l'oeil. Ceci dit, nous vous reconnaissons volontiers le droit de penser autrement...