Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 13 août 2009

Charleville-Mézières en deuil : Roger Mas est décédé



Aujourd’hui, les carolomacériens viennent d’apprendre une triste nouvelle : Roger Mas, qui fut leur maire pendant 18 ans et qui bénéficiait auprès d’eux d’un capital de sympathie extrêmement important, s’est éteint à l’âge de 78 ans. Enfant du pays puisqu’il était né le 16 avril 1931 à Charleville, ce fils d’instituteurs avait d’abord fréquenté l’école primaire des Mazures, puis du fait de l’exode de 1940 celle de la Tranche-sur-mer en Vendée. Revenu dans les Ardennes, il avait suivi les cours du lycée Chanzy avant de devenir, à l’issue de 4 années d’études supérieures, maître d’éducation physique à Châlons-sur-Marne où il exerça d’octobre 1952 à novembre 1953 et se maria avec Marcelle Bouvier qui lui donna 2 filles. Nommé en 1955 assistant à la Direction départementale de la Jeunesse et des Sports, il occupa cette fonction jusqu’à son accession à la députation en 1981.

Entré en politique dès 1947 en rejoignant à 16 ans les Jeunesses socialistes, il adhéra ensuite à la SFIO puis au Parti Socialiste. Repéré par André Lebon, il devint en 1965 conseiller municipal de Charleville, mandat qu’il conserva l’année suivante après la naissance de Charleville-Mézières. Réélu en 1971, puis en 1977, il fut alors promu au poste d’adjoint en charge des affaires sportives par Jean Delautre, auquel il succéda à son décès en 1980 comme maire du chef-lieu des Ardennes. Conforté à ce poste en 1983 en étant élu avec 53,7 % des voix au second tour, il remplit si bien sa tâche qu’il fut reconduit en 1989 dès le 1er tour. En 1995, il quitta le Parti Socialiste auquel il reprochait d’être "une formation politique où le sectarisme, le tout idéologique, la lutte pour le pouvoir fermaient tout horizon". Cela ne l’empêcha pas d’être renouvelé dans ses fonctions après avoir écarté au 1er tour la liste PS-PC. Parallèlement à cette carrière municipale, il fut élu conseiller général du canton de Mézières-est de 1976 à 1982 et député de la circonscription Mézières-Rethel de 1981 à 1993.

En mai 1998, il démissionna de sa fonction de maire et renonça à la vie politique. Il consacra alors son temps à cultiver la vertu la plus essentielle à ses yeux : l’amitié. Très apprécié par ses concitoyens, cet humaniste convaincu laissera le souvenir d’une personne simple et authentique désirant avant tout être à l’écoute des citoyens. A l’origine de nombreuses réalisations comme la patinoire de la Warenne, la salle polyvalente Bayard, la caserne des pompiers, la création du Pôle de haute-technologie et surtout le Musée de l’Ardenne, son empreinte restera longtemps présente à Charleville-Mézières, où il avait instauré les 35 heures pour le personnel municipal bien avant que ce thème ne soit repris par les socialistes. Avec Roger Mas, c’est donc un grand homme de la gauche ardennaise qui disparaît. Le MRC 08 en est bien conscient et il tient, en cette période difficile, à adresser ses condoléances les plus sincères à sa famille.




1 commentaire:

arduinna a dit…

un vrai monsieur qui restera dans la mémoire des habitants de Charleville.Il a beaucoup fait pour les gens, il mérite le respect.