Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 11 septembre 2011

Magotteaux passe sous pavillon chilien !

Dans le monde impitoyable des multinationales, Magotteaux ne joue pas dans la cour des très grandes. Pourtant cette entreprise belge, fondée en 1920 à Vaux-sous-Chèvremont dans la banlieue de Liège et qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 470 millions d’euros grâce au travail de plus de 2.500 salariés présents dans 12 pays, est le leader mondial dans la production de pièces d’usure pour le concassage et le broyage de matériaux lourds comme les minerais, le ciment et les agrégats de métaux. C’est donc une référence dans l’industrie minière, le dragage aussi bien fluvial que maritime et les cimenteries, qui possède depuis 1976 à Aubrives un site de production qui est aujourd’hui le 3ème employeur privé du canton de Givet!

Racheté en 2007 à 55 % par le fonds d’investissement scandinave IK Investment Partners, ce fleuron de l’industrie wallonne n’a pas échappé à la crise mondiale de l’acier et du bâtiment, au point d’avoir été contraint de recourir à un plan social en 2009. Depuis, les choses se sont améliorées, mais pas assez au goût des propriétaires qui ont décidé en mai dernier de mettre le groupe en vente, avec l’aide de la célèbre banque d’affaires Morgan Stanley et du cabinet d’avocats Clifford Chance. Parmi les prétendants qui se sont déclarés, les plus sérieux semblaient être les sociétés australiennes OneSteel et Orica ainsi que les fonds d’investissement Advent et Doughty Hanson. Pourtant, le gagnant de cette mise à l’encan n’a été aucun de ces favoris puisqu’ils se sont faits coiffer sur le poteau par Sigdo Koppers, un groupe chilien qui a raflé la mise le 24 août en mettant sur la table pas moins de 550 millions d’euros !      
  
Ce rachat par une multinationale sud-américaine, créée en 1960 seulement, qui affiche certes des ventes de 1,3 milliards d’euros pour 20.000 salariés mais qui est avant tout un conglomérat présent dans des activités aussi diverses que la distribution d’automobiles, la fabrication d’hydrogène, la logistique et l’extraction minière en a surpris plus d’un. Il a inquiété aussi, à un point tel que Sigdo Koppers a rapidement publié un communiqué dans lequel il s’est engagé à conserver non seulement le business model de Magotteaux, mais aussi son personnel, le nom de sa marque et ses sites de production. Aucune menace ne serait donc à craindre ! Pourtant, comme les grandes entreprises capitalistes sont guidées avant tout par une soif de profits toujours plus importants et non par une quelconque philanthropie, on ne peut pas exclure a priori une mauvaise surprise, que ce soit sur le site d’Aubrives ou sur un autre. C’est pourquoi, en attendant les évolutions des prochains mois, le MRC 08 considère qu’en l’état actuel des choses la plus grande vigilance doit impérativement être de mise...  

Aucun commentaire: