Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 29 septembre 2011

Non à l'instrumentalisation de la laïcité !

Au milieu du mois d’avril, le ministre de l’intérieur, Claude Guéant, a annoncé lors d’une grand-messe réunissant les principaux responsables de cultes en France la mise en place dans tout le pays de conférences départementales sur la laïcité et la liberté religieuse. Leurs buts officiels ? Rassembler des élus locaux, des responsables de services publics et surtout des représentants des cultes afin de les informer de l’état actuel de la législation sur la laïcité et de résoudre les problèmes locaux. Cette feuille de route qui a déjà donné lieu à de nombreux contacts dans bien des départements se concrétisera dans les Ardennes par la tenue vendredi dans les locaux de la Préfecture d’une grande réunion à laquelle sont conviés, outre les 5 parlementaires du département et les présidents des 3 associations de maires, 7 responsables de services publics et des dignitaires des principales religions. Sans oublier, pour faire bonne figure, 3 dirigeants d’associations concernées par le sujet !

En ces temps troublés pour la laïcité qui est de plus en plus remise en cause, notamment dans les plus hautes sphères de l’Etat, une réunion sur cette valeur républicaine essentielle peut sembler une bonne chose. Mais lorsqu’on voit l’intitulé de la conférence qui met l’accent sur la liberté religieuse, on peut se demander quelle en est la finalité ! S’agit-il de réaffirmer avec force le principe de la laïcité, qui est le garant d’un "vivre ensemble" harmonieux entre des personnes de croyances différentes, ou bien d’ouvrir un chemin pour accoler à cette valeur le qualificatif  "ouverte" ou "positive" afin d’en édulcorer les effets ? Lorsqu’on constate que, autour de la table, siégeront côte à côte des représentants élus par le peuple et des représentants nommés par les religions, on peut avoir des doutes quant au respect de l’article 2 de la loi de 1905 qui stipule que "l’Etat ne reconnaît aucun culte". Surtout, lorsqu’on sait que cette réunion débouchera sur la nomination d’un référent départemental sur la laïcité dont la mission sera de faire l’interface entre les élus et les religieux pour régler les problèmes relatifs au respect de la laïcité, on peut se demander si l’objectif final de cette conférence n’est pas de trouver un moyen de sortir du cadre strict d’une loi qui a pourtant fait la preuve de son efficacité sur la durée.

Dans ces conditions, cette réunion s’apparente donc plus à une mascarade destinée à recouvrir d’un vernis consensuel une opération programmée de destruction de la laïcité qu’à un vrai débat sur les moyens de faire appliquer pleinement le principe dont la France s’est dotée en 1905. C’est pourquoi le MRC 08 condamne avec la plus grande fermeté son organisation et encourage tous ceux qui sont réellement attachés aux valeurs républicaines à ne pas se fourvoyer en y participant... 

2 commentaires:

charlemont a dit…

La loi de 1905 est un garde-fou. Quand on ne l'aura plus, on le regrettera... Il me semble avoir entendu dire que le clergé catholique a une longue tradition d'intervention dans la sphère publique. Mais ce sont sans doute des ragots gauchistes !
En plus, c'est hypocrite, une façon de couler la loi en douceur, sans avoir l'air d'y toucher en se cachant derrière des Comités Théodule.
Tout cela est très inquiétant, le plus inquiétant étant l'absence de réactions, à part la Libre pensée et le MRC 08...

Ophélie G a dit…

Absence de réaction: pourquoi? Parce que vous voyez le mal là où il n'est pas mes chers amis!