Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 13 février 2012

"L'Europe, c'est la paix" qu'ils disaient...

On entend souvent de la part de nos élites médiatiques, politiques, européistes, la ritournelle suivante : "l'Europe, c'est la paix" ! A voir la photographie du centre d'Athènes ci-dessous, réalisée par thibetian et qui circule depuis hier sur Twitter, on peut en douter. La cause de cette flambée de violence, qui s’apparente à des manifestations insurrectionnelles, dont ont été victimes des dizaines de bâtiments ? Une manifestation d'environ 100.000 personnes, à l'appel des deux grandes centrales syndicales grecques, contre le nouveau plan d'austérité que s'apprêtaient à voter les députés et qui prévoit, entre autres joyeusetés, un réduction de 22 % du salaire minimum qui serait ramené à 586 euros bruts, la suppression de 15.000 emplois publics en 2012, la baisse de certaines retraites et des salaires des fonctionnaires ou encore la réduction du budget de la sécurité sociale. Une énième cure d'austérité infligée à une population qui n'en peut plus de faire des sacrifices et qui a déjà provoqué le départ de 6 membres du gouvernement !  Mais rien n'y a fait, malgré quelques défections, le plan a été adopté à une large majorité peu avant minuit. Il reste maintenant aux élus grecs à affronter la colère de leur peuple et au MRC 08 à espérer que l'accumulation des plans d'austérité ne conduise pas un jour les Français à connaître une situation pareille...

4 commentaires:

charlemont a dit…

En tout cas, l'Europe est de moins en moins démocratique. Et que dire des interventions d'Angela Merkel dans les élections françaises... Quand bien même l'Europe serait déjà une fédération d'Etats non souverains, comme les Etats-Unis, le gouverneur de Californie ne se mêle pas des élections en Illinois... C'est lamentable qu'un candidat de (lointaine) filiation gaulliste puisse en arriver là !

S.Baumel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
S.Baumel a dit…

Nous avons malheureusement vécu au dessus de nos moyens et à crédit. Je ne vois pas comment nous pourrions aussi y échapper vu les crises diverses et surtout la hausse des prix des énergies et matières premières.

mrc-08 a dit…

Nous n'avons pas vécu au-dessus de nos moyens, nous avons seulement en application d'une politique libérale parfaitement assumée multiplié les cadeaux aux plus favorisés et aux entreprises. Plusieurs dizaines de milliards d'euros par an, ce n'est pas rien ! Dans ces conditions, les déficits étaient inévitables. Mais pourquoi serait-ce aux défavorisés et aux classes moyennes de payer les conséquences de cette politique de classe, en acceptant notamment la casse des services publics ?