Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mardi 10 juillet 2012

Saint-Etienne-à-Arnes : une abomination ne doit pas en faire oublier une autre !

Le petit village ardennais de Saint-Etienne-à-Arnes, situé à proximité immédiate du département de la Marne, fait bien malgré lui la une des médias depuis samedi dernier. Pourquoi ? Parce qu’une profanation du cimetière militaire, où reposent 12.541 corps de soldats allemands tombés pendant la Première Guerre Mondiale, y a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi avec la dégradation de 51 croix dont 43 ont été cassées, 5 emmenées dans un lieu inconnu et 3 fondues. Une telle action, réalisée à seulement 37 kilomètres de la ville de Reims où devait se dérouler le lendemain en grande pompe la commémoration du cinquantenaire de la réconciliation franco-allemande, ne pouvait évidemment pas passer inaperçue. Elle a donc défrayé la chronique, ce qui était certainement l’objectif recherché par les auteurs de cet acte inqualifiable, et suscité en des termes souvent très vifs une condamnation unanime à laquelle le MRC 08, qui a toujours été attaché au respect absolu de tous les lieux de mémoire, se joint sans la moindre réserve.

Le cimetière militaire allemand n’est cependant pas le seul lieu de mémoire qui existe à Saint-Etienne-à-Arnes. Comme pratiquement toutes les communes de France, ce village possède aussi un monument aux morts sur lequel est inscrit le nom de ses habitants tombés pour le pays depuis le premier conflit mondial. Bien plus habituel que l’immense cimetière militaire, il passe beaucoup plus inaperçu ! Il n’empêche qu’il a lui aussi été victime d’une profanation puisque, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, une croix gammée a été taguée sur ses marches apparemment dans la nuit de mercredi à jeudi au moment où une pluie de tags et d’inscriptions nauséabondes faisait son apparition en plusieurs endroits du village. Cette action est certes moins spectaculaire que celle qui a touché les tombes des soldats allemands, et rien ne prouve qu’elle ait été commise par les mêmes énergumènes, mais elle n’en est pas moins dans sa logique aussi grave et donc tout autant inacceptable.

Pourtant, elle n’a pas entraîné la même vague de réprobation. Faut-il en déduire que tous les lieux de mémoire n’ont pas la même valeur ? Le MRC 08 espère que ce n’est pas le cas, et pour sa part, il tient à condamner avec la même fermeté les deux actions en espérant que la justice mettra rapidement le grappin sur leurs auteurs et fera preuve à leur égard d’une sévérité exemplaire...  
   

Aucun commentaire: