Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 4 novembre 2007

Ardenne Rives de Meuse: le meilleur cotoie le pire!


La semaine dernière, le conseil communautaire de la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse s'est réuni. A son ordre du jour, parmi une kyrielle de sujets d'importance diverse, figurait un gros dossier: la collecte des déchets ménagers dont le coût est jugé excessif. 1,2 million d'euros, ce n'est effectivement pas une pécadille, même rapporté à un budget global d'environ 37 millions d'euros qui ferait rêver plus d'un EPCI! Des mesures ont donc été prises sur le champs. Parmi elles, on peut relever le lancement d'un nouvel appel d'offres prévoyant de séparer le marché de la collecte des déchets ménagers de celui des déchetteries, ce qui devrait permettre de valoriser une partie des déchets entassés dans les bennes. Ou encore la mise en place d'un audit pour examiner le fonctionnement des déchetteries afin d'optimiser leur exploitation et d'obtenir le meilleur rapport service-coût. Surtout, il a été décidé de diviser par 2 le nombre de tournées de collecte des déchets ménagers.

Toutes ces mesures ont un seul et même objectif: utiliser au mieux les deniers publics en faisant la chasse aux gaspillages! Le MRC-08 s'est suffisamment plaint des dépenses parfois inconsidérées engagées par la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse pour apprécier la révolution copernicienne qu'elles représentent et les efforts de remise en cause qu'elles ont dû demander à certains. Nous les soutenons donc globalement. Seulement globalement, êtes-vous en train de vous étonner? oui! Pourquoi? Parce que la réduction du nombre de tournées de collecte des déchets ménagers ne concerne pas toutes les communes, mais seulement les 11 plus petites. Givet, Fumay, Haybes, les 2 Vireux et Fromelennes conserveront leur tournée hebdomadaire pour le tri sélectif et leurs 2 tournées par semaine pour les déchets ménagers au prétexte qu'elles accueillent sur leur territoire des HLM. Le service rendu à ces "grandes" communes sera donc, pour le même coût demandé à leurs habitants, deux fois meilleur que celui rendu aux "petites" communes, dont certaines comme Aubrives accueillent aussi sur leur territoire des HLM. C'est le contraire du principe républicain d'égalité et l'inverse de la logique qui avait prévalu lors de la création des intercommunalités, à savoir mutualiser des moyens entre plusieurs communes afin de permettre à toutes, et notamment aux plus défavorisées, d'avoir accès aux mêmes services. Mais pouvait-on réellement espérer une telle approche des choses de la part d'une Communauté de communes qui tire tant de fierté de la construction à partir des impôts de tous d'un centre aqualudique que ses tarifs réservent de fait à certaines catégories sociales? Quand on a participé à un système de redistribution que n'aurait pas renié le shérif de Nottingham, il doit être difficile de revenir à celui prôné par Robin des Bois...

Aucun commentaire: