Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 8 juin 2009

Européennes: les principaux enseignements des résultats dans les Ardennes


Les résultats des élections européennes ont été connus très tard dans les Ardennes, bien après ceux de départements beaucoup plus peuplés comme le Nord, la Gironde ou encore la Loire Atlantique. Pourquoi ? Cela fait partie des mystères que ne sommes pas capables d'éclaircir. Par contre, nous pouvons maintenant procéder à leur analyse, travail très intéressant puisqu'il révèle quelques enseignements forts, parmi lesquels le plus important est le taux hallucinant d’abstention qui s’est élevé à 64,32 %, soit nettement plus que la moyenne nationale et surtout 4,36 points au dessus du chiffre déjà calamiteux de 2004. Ce record, largement partagé hors de nos frontières, traduit à n’en pas douter le triple échec économique, politique et identitaire de l’Europe libérale et technocratique, cette machine d’impuissance dans laquelle les peuples ne se reconnaissent visiblement plus.

Dans le détail, les résultats obtenus par les différentes listes en compétition montrent quelques tendances lourdes. L’UMP, avec 27,45 % des voix, égale le score national et arrive très largement en tête, ce qui confirme la droitisation du département qui s’est enclenchée depuis quelques années. Le MoDem n’a pas su profiter de la truculence et de la verve de Jean-François Kahn et obtient un score très proche de celui réalisé au niveau national par les listes centristes, tout comme Libertas qui ne bénéficiait pourtant pas d’une tête de liste à forte notoriété. Par contre, les listes extrémistes, de gauche avec les 7,54 % décrochés par le NPA et de droite avec les 8,45 % récoltés par le Front national, dépassent nettement les résultats obtenus à l’échelle de la France par ces formations, ce que l’on peut interpréter comme une manifestation de désespérance des électeurs ardennais qui cherchent des solutions radicales à leurs fortes difficultés.

Quant à la Gauche de gouvernement, elle a connu des fortunes diverses. Avec 19,52 % des suffrages, le Parti socialiste réalise un score que les occupants de la rue de Solférino auraient certainement souhaité obtenir au niveau national, mais qui marque un effondrement de plus de 12 points par rapport au score obtenu en 2004 par la liste menée par Moscovici. Rien de bien brillant donc, tout comme le résultat d’Europe écologie, qui, avec 10,78 %, est certes très présentable mais cependant très loin des 16,23 % obtenus pour l’ensemble de la France. Enfin, avec 4,74 % des voix, la candidate du Front de Gauche obtient un score que l’on peut lire de 2 façons : c’est nettement moins bien que les 6,3 % réalisé par cette formation au niveau national, mais c’est nettement mieux que les 3,72 % obtenus dans l’ensemble de la circonscription Grand Est. Au total, ces résultats confirment aux yeux du MRC 08 l’impérieuse nécessité de refonder la Gauche, toute la Gauche, sur des bases programmatiques claires et suffisamment attractives pour renouer avec les couches populaires qui sont actuellement en déshérence. C’est la seule solution pour espérer remporter l’élection fondamentale de 2012, ce qui nécessitera de faire passer les ambitions personnelles et les querelles d’ego au second plan.

5 commentaires:

franck black a dit…

Le donneur de leçon de la pointe à encore frappé.
On critique beaucoup, souvent pour le plaisir, mais malheureusement quels sont vos propositions et surtout les résultats que vous avez obtenus ?
L'arrogance précède la ruine, l'orgueil précède la chute.

mrc-08 a dit…

De l'arrogance et de l'orgueil dans une simple analyse de résultats électoraux! Voila une bien curieuse conception de la chose politique qui ne vous grandit pas, mais qui explique peut-être le désintérêt des citoyens pour ce moment clé de la démocratie que sont les élections.

Comprendre et analyser a toujours fait parti de notre démarche. cela ne vous plait visblement pas! C'est bien regrettable pour vous, mais nous n'arrêterons pas pour autant d'essayer de faire appel à l'intelligence humaine pour faire plaisir à quelqu'un qui se cache courageusement derrière un pseudonyme.

Ophélie a dit…

Pourquoi certains s'efforcent à confondre constat analytique et critique?! En plus, j'ai remarqué que ces gens-là se cachent toujours derrière un pseudo. N'assumeraient-ils pas leur point de vue et leurs idées? C'est presque pathétique de constater le manque de courage qui habite certains individus, lesquels individus se refusent de voir la réalité en face et d'essayer de la comprendre...
Le MRC-08 n'a pas attendu les élections européennes pour exposer ses idées et ses propositions, il suffit de savoir lire et de remonter dans l'historique de ce blog pour s'en rendre compte.
D'après votre dernière phrase franck black, vous devez être bien bas...

Guillaume a dit…

Mais, dites-moi, "Franck Black", votre intervention, courte et mesquine, n'est-elle pas une manière de donner une leçon à Mr Bouvier ? C'est une lamentable attaque ad hominem (Je vous laisse le soin de chercher le sens de cette locution latine), qui n'a d'ailleurs rien de politique... Oserais-je y voir les traces d'une rancoeur ou d'un conflit de personne ?
Sachez que ce blog, on parle de politique, qu'elle soit locale ou nationale. S'il doit s'agir, à un moment où on ne peut l'éviter, de critiquer une personne, cela se fera sur des arguments politiques, voire idéologiques. Vous êtes la triste illustration de ce que semble devenir la politique dans notre région en perdition : le théâtre des ambitieux, des aigris et des coups sous la ceinture.
Restez chez vous, Franck Black, votre première (et dernière ?) intervention montre que vous n'en êtes même pas digne...

L'analyse livrée par "mrcO8" n'est pas plus donneuse de leçon que celle de Messieurs Barbier, Giesbert, Apathie ou Domenach (L'Express, Le Point, RTL, Marianne...), et elle a le mérite de donner un éclairage local sur les résultats d'une élection qui fut largement commentée dans une optique très parisienne.

En ce qui me concerne, je veux voir dans ces résultats l'incapacité des candidats de tous bords à mobiliser une population ardennaise pourtant durement frappée par la crise et 2 ans de sarkozysme. Et une fois de plus, les jeunes n'ont pas voulu croire que cette élection pouvait changer quoi que ce soit à la situation absolument chaotique d'un département en cours de désertification, et c'est bien normal au vu de la campagne qui a été faite.
Les résultats du Parti Socialiste et d'Europe Ecologie, mis en parallèle, montrent que la question environnementale a moins d'importance dans les départements où on se soucie avant tout de savoir si on aura encore du boulot dans les 6 mois à venir...
Les Verts ont largement puisé dans l'électorat boboïsé du MoDem et du PS, les classes moyennes, qui devant l'absence criante de programme et de cohésion, ont fait ce que Dominique Reynié a appelé un "vote de conscience"...

Je vous revoie au site Mediapart et à l'intervention de l'excellent Montebourg en ce qui concerne la refondation d'une Gauche de gouvernement. En tous les cas, l'avenir de la gauche m'inquiète, à une échelle européenne, nationale, et même locale.

mrc-08 a dit…

Au-delà des aigreurs personnelles qui s'expliquent sûrement par un quelconque revers récent, l'important, et de loin, est la reconstruction de la gauche. D'abord pour la démocratie parce qu'il n'est pas bon qu'une famille politique puisse rester longtemps au pouvoir sans avoir à faire face à une vraie opposition. Ensuite, pour "le peuple de gauche", celui des défavorisés qui mérite qu'on s'occupe de lui et de ses problèmes.

Maintenant, toute la question est de savoir comment on fait ? On attend une hypothétique initiative en provenance d'appareils politiques sclérosés ou on part d'initiatives locales ? On procède en une étape ou en plusieurs ? Ces questions devront être tranchées au plus vite, 2012 étant presque demain.