Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 25 novembre 2009

Givet : MIG disparait à son tour !


Pour les passionnés d'armement, MIG est une famille d'avions de combat, soviétiques d'abord, russes ensuite, dont les premiers appareils ont été fabriqués à partir de 1948 et qui a donné des sueurs froides à l'aviation américaine, avant qu'elle ne se fasse progressivement rattraper puis dépasser. Pour les habitants de Givet, la référence est tout autre : il s'agit d'une petite unité industrielle, spécialisée dans la fabrication de barres de bronze pour la construction mécanique, qui a été créée dans les années 1950 par Monsieur Michault sous le nom de Wisco. Après avoir connu une période de prospérité qui avait permis à ses effectifs de dépasser les 70 salariés et qui l'avait conduit à s'installer dans les années 1960 dans les anciens locaux de Palan Wauthier, situés près de la gare, afin d'y implanter une coulée continue verticale, cette PME a été confrontée à de graves difficultés qui se sont soldées en 1974 par le licenciement de 27 personnes.

Rachetée en 1992 par le groupe Beval, implanté à Chauny dans l'Aisne, et rebaptisé Métal Industriel de Givet, l'entreprise a ensuite réussi à s'adapter à la forte concurrence caractérisant son secteur d'activité. Malheureusement, la faiblesse des investissements réalisés par le nouveau propriétaire l'a conduit au début de l'année 2008, malgré 3 semaines de grève, à procéder au licenciement de 8 des 25 salariés qu'elle comptait encore, ainsi qu'à la fermeture de son service le plus stratégique, la fonderie de bronze. A partir de cette date, malgré les belles envolées lyriques du directeur du site qui n'hésitait pas à jurer sur tous les dieux de la Terre que la pérennité de l'entreprise serait assurée grâce à sa réorientation vers le stockage et le négoce, l'avenir de la MIG paraissait des plus compromis.

C'est donc sans surprise que le MRC 08 a appris le 03 mars dernier le dépôt de bilan de l'entreprise, assorti de la demande expresse par son directeur d'une mise en liquidation immédiate. Cependant, sous la pression des salariés, c'est une mise en redressement judiciaire pour 6 mois qui fut décidée. Entre temps, un projet de SCOP (vous savez, ces coopératives ouvrières de production dont on parle de plus en plus) ayant vu le jour, un délai supplémentaire de 3 mois a été accordée à la MIG. Hélas, le projet ne s'étant pas concrétisé et aucun repreneur sérieux ne s'étant manifesté, le tribunal de commerce de Sedan a prononcé jeudi dernier la mise en liquidation judiciaire de l'entreprise. C'en est donc fini, non seulement d'un élément du patrimoine industriel de Givet, lequel ne cesse de se réduire comme une peau de chagrin, mais aussi d'un symbole de notre histoire puisque, rappelons-le, Wisco fut en mai 1968 la 1ère entreprise française à se mettre en grève. Qu'en est-il donc de la relance économique de l'extrémité nord de la Pointe des Ardennes prévue par le contrat de redynamisation de site de défense dont on parle tant ? On peut légitimement se poser la question, en espérant que la réponse ne se trouve pas dans la construction d'aménagements routiers, aussi utiles puissent-ils être...

Aucun commentaire: