Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mardi 3 novembre 2009

Régionales : les grandes manoeuvres ont commencé !


En France, pays démocratique où les compétences politiques sont de plus en plus éparpillées à l'intérieur d'un mille-feuille territorial de moins en moins compréhensible pour le commun des citoyens, les élections ne manquent pas. Toutes n'ont évidemment pas la même importance et c'est logiquement l'élection présidentielle, évènement capital depuis la dernière réforme institutionnelle, qui est la plus suivie par la population. Viennent ensuite les élections législatives, vitales pour les finances des partis politiques, et les élections municipales qui permettent de désigner les élus les plus proches des électeurs et de leurs préoccupations quotidiennes. Quant aux autres, elles sont considérées, à plus ou moins juste titre, comme des consultations secondaires méritant moins d'attention, ce qui ne manque pas de se traduire dans le taux d'abstention.

Les prochaines élections, qui se dérouleront en mars 2010, ne devraient donc pas déchaîner les passions puisqu'il s'agit des élections régionales. Pourtant, elles ne seront pas sans intérêt, loin de là, puisqu'elles constitueront un test de mi-mandat pour Nicolas Sarkozy et surtout la dernière occasion pour tous les électeurs français de s'exprimer avant les élections présidentielles de 2012. C'est pourquoi, même si leur résultat est déjà connu (une victoire de l'UMP qui ne peut que récupérer quelques régions après la déroute de 2004 qui avait fait passer à gauche 21 des 22 régions métropolitaines), elles sont préparées avec le plus grand sérieux par les partis politiques ... notamment en Champagne-Ardenne où l'ex-socialiste Bachy, qui l'avait emporté avec 2 petits % d'avance en 2004 à la faveur d'une triangulaire à l'issue de laquelle le FN avait recueilli 18 % des voix, aura fort à faire pour défendre son siège face à une droite qui se voit déjà victorieuse.

Le péril étant dans la demeure, chacun à gauche réfléchit à la meilleure stratégie à adopter pour limiter les dégâts, voire en cas d'un hypothétique tsunami rose comme il y a 5 ans, pour obtenir le plus grand nombre d'élus. C'est ainsi que le Parti Socialiste, dont le chef de file sera le Marnais Jacques Meyer, a décidé de se ranger derrière le président sortant, qu'il a pourtant exclu de ses rangs en 2007, et s'efforce d'obtenir le rassemblement le plus large possible à gauche. Ce sera toutefois sans les Verts, grisés par leur résultat en trompe-l'oeil des élections européennes, qui présenteront une liste indépendante au 1er tour. Ce sera également sans le Parti de Gauche et le NPA, qui ont décidé lors d'une rencontre régionale vendredi dernier, d'initier une démarche unique pour le moment en France en allant ensemble à la bataille et en envisageant une alliance au 2ème tour avec le reste de la gauche. Quant au Parti Communiste, que le MRC 08 connaît bien pour entretenir avec lui des relations très cordiales, il est tiraillé entre la volonté nationale de constituer des listes indépendantes du PS au 1er tour et le souci légitime d'essayer de "sauver" ses 6 élus sortants en obtenant un accord régional dès le 1er tour. De sa décision, qui sera prise le 14 novembre à l'issue d'une convention régionale, dépendra la poursuite de l'aventure du Front de Gauche en Champagne-Ardenne ainsi que la position du curseur dans le programme qui sera proposé aux électeurs populaires. Elle est donc loin d'être anodine! Espérons qu'elle soit à la hauteur des enjeux...

1 commentaire:

jcvb a dit…

Ce sont les adhérents du pcf qui décideront au final de la position pour les régionales ,par un vote qui aura lieu le 20/11 , pas la conférence du 14/11 ;