Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 4 novembre 2009

La phrase du jour !


"Je n'avais pas imaginé autant de violence chez les uns et autant de terreur chez les autres, je ne pensais pas que c'était à ce niveau", tels sont les mots prononcés par Didier Herbillon, maire de Sedan, après s'être fait prendre à partie par 3 jeunes éméchés au pied de la tour Rubis. Si cet endroit était un lieu quelconque de la cité de Turenne, le MRC 08 pourrait comprendre son étonnement, mais comme il s'agit notoirement du bâtiment d'habitat collectif de la ville, voire du département, où les problèmes d'incivilité (doux euphémisme à la mode pour désigner ce que l'on appelait il y a encore peu la délinquance de proximité) sont les plus nombreux et les plus graves, c'est une réaction qui nous surprend. Faut-il en déduire que le fait de se retrouver seul face à plusieurs énergumènes à la mine patibulaire, de se faire agresser verbalement et de devoir se réfugier dans sa voiture pour échapper à un jet de bouteille serait plus efficace pour faire prendre conscience à un élu du calvaire vécu au quotidien par certains de ses administrés que les courriers polis fréquemment envoyés à ses services ou la lecture dans la presse des courageuses initiatives menées par une association de riverains souhaitant faire disparaître une zone de non droit ? Nous espérons sincèrement que non, mais sans trop y croire, hélas!

1 commentaire:

charlemont a dit…

Effectivement c'est révélateur ! Mais à voir la façon dont un élu local est surpris par la violence gratuite en zone sensible, on peut se demander quelle vision de la réalité urbaine ( et de la réalité tout court, dirais-je si j'avais mauvaise langue) ont les instances nationales du PS - pas seulement du PS d'ailleurs... La réponse s'impose d'elle-même, hélas. Peut-être le maire de Sedan, désormais éclairé, pourrait-il organiser des visites de découverte à l'intention de ses petits camarades ?