Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 30 novembre 2009

Cantonale : l'UMP "perd" le canton de Monthois


Suite au décès en septembre dernier de Patrice Groff, maire de Monthois, conseiller général du canton éponyme et 1er vice-président du Conseil général où il était tout particulièrement chargé de la politique sociale, une élection cantonale partielle a été organisée pour lui trouver un successeur. Au 1er tour, 6 candidats étaient en lice : l'UMP Vincent Fleury, conseiller municipal de Monthois que Patrice Groff avait lui-même invité à se porter candidat ; les divers droite Jacques Bouillon, maire de Liry, Eric Haouy, universitaire du chef-lieu qui s'était déjà présenté en 2004 dans le canton où il avait obtenu l'excellent score de 25 %, et Corinne Dauchy à la recherche d'un mandat électif après sa cuisante défaite subie en 2008 à Warcq ; le communiste Jean Duterte envoyé en terre de mission depuis le chef-lieu où il vient de déposer ses bagages après quelques années passées dans la vallée de la Meuse ; le sans étiquette Thierry Deglaire, maire du village de Saint Morel depuis 2001.

Tous les observateurs savaient qu'un 2ème tour serait nécessaire, étant donné la faiblesse habituelle de la participation lors des élections partielles qui rend pratiquement impossible l'obtention par un candidat de 25 % des suffrages des inscrits. Tous pensaient qu'il opposerait le dauphin désigné, Vincent Fleury, à l'expérimenté Eric Haouy. Sur le 1er point, ils ont eu raison, encore qu'avec près de 45 % de participation, les électeurs du canton de Monthois ont démontré un sens civique hors du commun. Sur le 2ème point, ils ont eu partiellement tort puisque Vincent Fleury, arrivé en tête avec 32 % des voix, s'est retrouvé face au sans étiquette Thierry Deglaire qui a profité de son ancrage local pour obtenir 27 % des suffrages, loin devant les 14 % recueillis par Eric Haouy arrivé seulement en 4ème position.

Le 2ème tour surprise, qui s'est déroulé hier, s'annonçait donc plus indécis que prévu, d'autant que le divers droite arrivé en 3ème position s'était désisté en faveur du challenger et que les autres prétendants n'avaient donné aucune consigne de vote. Il a été remporté avec 52 % des voix par Thierry Deglaire qui a ainsi déjoué tous les pronostics initiaux. Que faut-il retenir de cette élection ? Pour le MRC 08, 3 choses ! D'abord que dans un canton rural comme celui de Monthois, les parachutages aboutissent à de très mauvais scores, comme le montrent les 3 dernières places obtenus par les candidats non issus du cru. Ensuite que pour ce genre d'élection, une campagne de terrain relayant les attentes concrètes des électeurs ("barrage" de Savigny-sur-Aisne et pôle scolaire de Challerange) est plus efficace qu'une campagne axée sur des thèmes nationaux. Enfin qu'il s'agit d'un non-évènement politique puisque, sur les 37 élus du Conseil général, la majorité départementale, avec 15 élus UMP auxquels il faut ajouter 9 divers droite et 1 Modem, conserve une assise très confortable ... d'autant qu'il serait surprenant de voir le nouvel élu, agriculteur de profession, joindre sa voix à celles des conseillers de gauche.

Aucun commentaire: