Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 14 juin 2010

Charleville-Mézières : le scandale des crèches est confirmé !


Dans un tract diffusé le 07 mai dernier, le principal syndicat des communaux de Charleville-Mézières, le SDU 08 (appellation locale de SUD, particularisme ardennais oblige !), affirmait que Maryse Florès, maire-adjointe chargée de la petite enfance, avait "annoncé aux agents titulaires de la halte-garderie de la Ronde Couture la fermeture de leur structure pour des raisons d'économies bugétaires". Trois jours plus tard, cette information était reprise dans un autre tract rédigé cette fois par la CGT et FO. De quoi inquiéter les parents ayant l'habitude de laisser quelques heures par semaine leurs bambins dans cet établissement de garde occasionnelle, mais aussi le personnel communal craignant des disparitions d'emplois alors qu'il avait renoncé le 24 mars à faire grève en échange de l'assurance de la mise en place de moyens humains pour mieux gérer les absences de personnel dans les crèches ! Devant cette double opposition, la mairie a rapidement réagi en organisant le 12 mai une réunion entre les élus et le personnel qui s'est terminée par le départ sous les sifflets et les huées de l'adjointe à la petite enfance et du directeur général des services de la Ville.

Un bras de fer s'est alors engagé entre d'un côté les parents et les communaux, refusant toute diminution du service rendu au public, et de l'autre la municipalité, reconnaissant certes la fermeture de la halte-garderie de la Ronde Couture et de ses 20 places en septembre mais en insistant sur le fait que cela n'aboutira pas à l'apparition de "bébés SDF" ... grâce à la transformation de la crèche proche des Mésanges d'une capacité actuelle de 25 places de garde permanente en un site multi-accueil qui comptera 20 places de garde occasionnelle et 5 à 7 places de garde permanente. Le nombre de place en halte-garderie resterait donc le même, mais pas celui des places en crèche qui baisserait de 18 à 20 par rapport aux 375 que proposait la ville avant cette réorganisation de son service petite enfance ! Plutôt gênant pour la municipalité qui s'est efforcée de démontrer que cela n'aurait aucun impact sur les carolomacériens étant donné que les enfants extérieurs à la commune seraient désormais non grata dans les crèches municipales, mais franchement inacceptable pour le personnel qui a multiplié les actions avec une grève le 18 mai, suivie par 80 % du personnel des crèches, 2 distributions de tracts les 21 et 25 mai aux 2 points les plus stratégiques de la ville (le pont des Deux-villes et la sortie de la voie rapide) et une présence remarquée lors de la grande manifestation du 27 mai.

Cependant, après un ultime baroud d'honneur lors de l'inauguration par la maire Claudine Ledoux de la nouvelle unité alzheimer du chef-lieu, le personnel a pris acte de la fermeté inébranlable de la ville sur le sujet et a décidé de mettre fin à son mouvement. La municipalité a donc gagné puisqu'elle économisera désormais chaque année 140.000 euros sur l'entretien des bâtiments et le salaire des 4 agents contractuels qui rejoindront d'ici peu la longue cohorte des chômeurs ... mais pas le service public puisque cette réorganisation du service petite enfance est complétée par l'ouverture aujourd'hui même de 2 mini-crèches privées d'une capacité de 9 places chacune. Pour le MRC 08, Le 1er adjoint Philippe Pailla avait donc raison lorsqu'il affirmait dans Carolo'Mag que "les parents ne perdront pas un place de crèche ou de halte-garderie". Dommage qu'il n'ait pas précisé que ces places ne seraient pas au même prix (8 euros de l'heure hors déduction fiscale pour moins de 35 heures de présence de l'enfant par semaine et même 10 euros pour une prise en charge avant 08 h00 ou après 18h00) ni au même endroit (le quartier bourgeois de l'avenue d'Arches est bien loin du quartier populaire de la Ronde Couture) et donc qu'elles étaient de fait destinées à une frange privilégiée de la population. Scandaleux même lorsqu'on songe que cette opération de "privatisation" a été menée par une municipalité socialiste ....

Aucun commentaire: