Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mardi 29 juin 2010

Hierges : la rencontre des cultures encore une fois à l’honneur !

Lorsqu’on se promène dans Hierges, petit village de 213 âmes situé un peu à l’écart de l’ancienne RN 51, on se rend vite compte en marchant sur les pavés récents de la plupart des rues, en voyant le foisonnement de fleurs ou encore en entendant les enfants s’amuser sur la tyrolienne qui jouxte l’aire de jeux, qu’il s’agit d’une commune riche. Certains sont persuadés qu’il existe d’une façon ou d’une autre un lien entre l’argent de la municipalité et le château dont les impressionnantes ruines font depuis plus de 2 siècles partie intégrante du paysage. Ils ont tort ! La puissante baronnie de Hierges n’existant plus depuis belle lurette, les importantes ressources financières actuelles proviennent, même si ça fait moins rêver qu’un trésor caché, de la manne générée par la centrale nucléaire de Chooz et des impôts versés par les nombreuses entreprises que beaucoup croient du fait de leur localisation situées sur la commune de Vireux-Molhain alors qu’il n’en est rien.

Cet argent a bien sûr permis de doter la commune de toutes les infrastructures et de tous les équipements nécessaires au bien vivre dans la société qui est la nôtre. Mais pas seulement puisque, depuis 2003, il sert aussi à financer chaque année une activité récréative. Laquelle ? Dans la "grande sœur" voisine située juste de l’autre côté de l’ancienne route nationale, ce serait assurément un feu d’artifice tiré à l’occasion de la fête de la musique. Dans la Communauté de communes que Philippe Vuilque, député-maire de Revin, rêve d’intégrer pour faire main basse sur ses abondantes ressources financières, ce serait à n’en pas douter un concert estival animé par de vieilles stars déclinantes aux cachets désormais accessibles. Mais chez les "croûtes" (c’est le gentilé des habitants de Hierges) dont les querelles de clocher ont pourtant fait à plusieurs reprises la Une du journal départemental, le choix s’est porté sur un mini festival folklorique.

Ainsi, chaque dernier samedi du mois de juin, à l’occasion de la fête du village, deux groupes de très grande qualité se succèdent sous un chapiteau pour régaler un public toujours plus nombreux de sons et de couleurs venus d’ailleurs. Cette année n’a pas dérogé à la règle puisque les quelques 150 spectateurs présents ont pu admirer pendant 2 heures des danses sénégalaises envoûtantes sur fond de percussions endiablées et des chorégraphies colombiennes parfaitement exécutées par des artistes aux costumes plus chatoyants les uns que les autres. Un vrai régal pour les yeux comme pour les oreilles … mais aussi pour l’esprit à l’heure où certains prônent le choc des civilisations et essaient de remettre la haine raciale au goût du jour. Le MRC 08 souhaite donc une longue vie à cette excellente initiative qui prouve que, même dans un tout petit village situé au fin fond d’un des départements les moins peuplés de France, le dialogue entre les cultures est toujours possible pour peu qu’on en ait la volonté !

Aucun commentaire: