Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 21 juillet 2011

Le Cabaret Vert s’égarerait-il ?

Le festival rock du Cabaret Vert, dénommé ainsi en référence à un poème d’Arthur Rimbaud, l’incontournable génie ardennais de la plume, est récent puisqu’il a été créé par l’association FLAP en 2005 seulement. Fixé de façon judicieuse le dernier week-end du mois d’août, il a deux grandes particularités qui en font un rassemblement tout à fait original. La première est qu’il se veut le défenseur d’un territoire, celui des Ardennes, ce qui se traduit d’une part dans la programmation, par la recherche d’un équilibre entre groupes ardennais et formations de l’extérieur, et d’autre part dans les ventes de boissons et de nourritures, par le bannissement des produits des grandes marques industrielles au profit des spécialités locales comme les bières Ardwen, le jambon ardennais, le boudin blanc ou encore la tarte au sucre.

Quant à la deuxième particularité, c’est que ce festival s’est déclaré éco-citoyen. Une appellation très à la mode qui s’est concrétisée par la mise en place d’une charte sur l’environnement qui prévoit notamment l’utilisation de papier recyclé pour la promotion, l’installation d’ampoules basse consommation sur les scènes et la mise à disposition des campeurs de douches solaires et de toilettes sèches. Parallèlement, pour permettre l’épanouissement de l’aspect dit citoyen, une place importante a été faite aux stands de diverses associations comme ATTAC et Artisans du Monde qui ont ainsi pu vanter à un auditoire très réceptif, à coup de discours mais aussi de petits déjeuners spécifiques, les mérites du commerce équitable.

Un festival à forte éthique donc, qui a très vite trouvé son public au point de se hisser dans le top 10 des festivals français avec 48.000 entrées en 2010 contre 10.000 en 2005. Et en plus rentable puisque, d’après une enquête diligentée l’an dernier par la CCI, il a entrainé 1,7 millions d’euros de retombées globales pour un budget de 1,4 millions d’euros, soit 1,24 euro injecté dans l’économie locale pour 1 euro investi. Difficile dans ces conditions pour le MRC 08 de ne pas saluer la réussite peu commune du Cabaret  Vert qui fait honneur au département tout entier. Pour autant qu’il nous soit permis, en application de la célèbre formule de Beaumarchais selon laquelle sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur, de faire remarquer aux organisateurs de cette manifestation qu’ils gagneraient en crédibilité s’ils pouvaient éviter de recourir pour faire leur publicité, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, à ce que les écologistes appellent de la pollution visuelle... 

Aucun commentaire: