Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 29 mars 2012

De gros changements en perspective à "l’Union-l’Ardennais"...

La nouvelle est tombée hier soir : le groupe Hersant Média a décidé de licencier Jacques Tillier, qui était depuis 4 ans le PDG de son pôle de presse régionale Champagne-Ardenne-Picardie (CAP), pour "motif économique" ! Ancien agent de la Direction de la Surveillance du Territoire (le contre-espionnage pour les non-initiés) et collaborateur de l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute dans lequel il avait publié en 1979 un article osé dans le but d’obtenir de l’ennemi public numéro un de l’époque, Jacques Mesrine, une interview exclusive, ce journaliste à la plume aisée mais assassine avait été gravement blessé par ce dernier et laissé pour mort. Il avait alors quitté la France métropolitaine pour l’île de la Réunion où il était devenu, au début des années 1990, le rédacteur en chef du Journal de l’île de la Réunion dont il avait réussi à augmenter les ventes de plus d’un tiers.

Nommé par le groupe Hersant au deuxième trimestre 2008 PDG de CAP, constitué des trois quotidiens régionaux "l’Union-l’Ardennais", "L’Est Eclair" et "Libération Champagne" ainsi que du quadri hebdomadaire "L’Aisne Nouvelle" pour un tirage total d’environ 170.000 exemplaires, Jacques Tillier avait renouvelé notre journal départemental aussi bien sur la forme, en le faisant éditer en format tabloïd quadrichromie pour qu’il puisse être lu facilement dans les transports en commun, que sur le fond en optant pour un ton très incisif vis-à-vis de toutes les autorités  et pour une exploitation maximale des faits divers. Un pari audacieux qui lui a valu de nombreux procès en diffamation, avec à la clé quelques coûteuses condamnations, et qui a décontenancé un nombre non négligeable de lecteurs. A tel point que depuis deux ans, CAP est devenu déficitaire !

Une situation inacceptable pour son employeur qui a décidé de prendre le taureau par les cornes, d’une part en licenciant Jacques Tillier, et d’autre part en ouvrant une négociation exclusive avec le groupe belge Rossel (3.500 salariés, 495 millions d’euros de chiffres d’affaires et 3.400.000 lecteurs par jour dans la presse quotidienne constituée entre autres du prestigieux journal belge "Le Soir" et du puissant quotidien français "La Voix du Nord") pour la vente de CAP. Pour le moment, nul ne sait à quelle date la transaction sera conclue, mais il ne fait aucun doute qu’elle aura des effets sur la ligne éditoriale de "l’Union-L’Ardennais" et qu’elle s’accompagnera d’une restructuration sociale. Pour le MRC 08 qui a toujours respecté la liberté de la presse et qui est intervenu pour la défendre à chaque fois qu’elle lui paraissait être menacée, il est hors de question de porter un quelconque jugement sur les évolutions en cours. Par contre, cela ne nous empêche pas d’émettre deux souhaits : que la liberté de ton à l’égard des diverses autorités ne disparaisse pas et que la casse sociale soit le plus limité possible... 

Aucun commentaire: