Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 6 septembre 2008

CEC: quelques promesses qui ne mèneront pas bien loin


Avant-hier, le Secrétaire d'Etat à l'aménagement du territoire, Hubert Falco, a terminé sa tournée des villes les plus touchées par la récente restructuration militaire en effectuant une visite éclair à Givet. Arrivé en milieu de matinée par les airs, il a d'abord pu se rendre compte du déficit du département des Ardennes en infrastructures de communication modernes puisque son pilote a jugé préférable de se poser sur l'aéroport de Charleroi, en Belgique, plutôt que sur l'aérodrome du Conseil général à Belval, près de Charleville-Mézières. Puis, après une brève réception au fort de Charlemont où un petit pincement au coeur l'a certainement saisi lorsqu'il a pris conscience du site extraordinaire dont nos militaires allaient être privés, il a tenu une table ronde au cercle Mangin en présence de la crème des élus locaux et départementaux, à l'exception notable du 1er magistrat de la ville qui a ainsi montré de façon éclatante un mécontentement parfaitement compréhensible.

Après avoir écouté les positions des uns et des autres, le Secrétaire d'Etat a dévoilé les mesures que le gouvernement envisage de prendre pour aider la ville de Givet à faire face au choc causé par la disparition de son 1er employeur avant de repartir dès le début de l'après midi pour la capitale. Il a ainsi révélé que l'Etat s'engage à entretenir le fort depuis le départ des militaires jusqu'à sa prise en charge par un nouveau propriétaire, qu'il reprendra les négociations avec la Belgique sur la réouverture de la ligne ferroviaire Givet-Dinant, qu'il maintiendra la dotation de solidarité de la ville malgré la perte de population à venir et qu'il incluera Givet dans le futur plan grand Nord-Est.

Que faut-il penser de ces mesures? A première vue qu'elles vont dans le bon sens puisqu'elles permettront d'adoucir le traumatisme causé par la fermeture du CEC. Mais si on y regarde de plus près, on est malheureusement obligé de constater qu'elles ne vont pas bien loin: l'Etat entretiendra sa propriété comme n'importe quel particulier soucieux de l'environnement, il fait miroiter la réouverture d'une ligne de chemin de fer dont il sait parfaitement que nos voisins belges ne veulent pas et il octroie un cadeau financier qui ne compensera que très marginalement les pertes engendrées par la disparition de l'activité militaire. Le MRC 08 considère donc que la visite de Hubert Falco n'a pas répondu aux attentes légitimes des habitants de la Pointe. Cependant, tout n'étant jamais tout noir, nous espérons que les mesures qui seront bientôt prises dans le cadre du contrat de redynamisation de site de défense permettront le développement d'activités capables de générer une véritable alternative économique pour la cité de Méhul.

4 commentaires:

Ophélie a dit…

D'après l'Ardennais "CEC fermé: les élus s'écrasent", ça veut tout dire!
Ce qui était prévu n'a pas eu lieu: les élus présents (même pas le maire qui était en voyage en Europe du Nord)ont fait profil bas en ne manifestant aucun ou quasi aucun mécontentement!

Cela n'aurait sans doute pas changé grand chose en revanche cela nous prouve une nouvelle fois que nos représentants disent "amen" à tout et n'ont aucune parole non?!

mrc-08 a dit…

Dans ce petit évènement, il y a eu effectivement beaucoup de fanfaronnade et pas grand chose à l'arrivée, ce qui a permis de montrer un certain mécontentement, mais trop afin d'éviter d'en assumer les éventuelles conséquences. Cela n'est assurément pas un exemple de courage, mais après tout, ne dit-on pas que l'on a les dirigants que l'on mérite?

Ophélie a dit…

On le dit c'est vrai...
Après tout on mérite le pire lorsque l'on fait de mauvais choix!
C'est ce qui est arrivé aux ardennais apparement...

Chtiron a dit…

Que de belles promesses de la part de l'Etat pour remplacer le C.E.C. On a entendu vaguement parler d'un parc d'attraction, d'un site touristique,... J'en passe et des meilleurs... L'Etat se met-il à croire que les Ardennes peuvent devenir un département touristique? Allons un peu de sérieux!
Et il est clair que ce ne sont pas des promesses, qui sont limités autant dans le temps que dans l'efficacité qui vont pouvoir remplacer le C.E.C et tout ces militaires (et civils) qui faisaient vivre Givet et ses environs.
Givet est déjà pas bien vivant... Mais qu'adviendra t-il en Juillet 2009?... C'est un futur bien sombre qui attend Givet!