Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 20 décembre 2010

La citation du jour !


"J'ai vécu un régime municipal verrouillé, autoritaire et incompréhensif, dans lequel une minorité a un pouvoir décisionnaire qui ne laisse aucune prérogative aux innovateurs". Voilà une condamnation sans appel d’un mode de gestion qui a été prononcée vendredi soir ! Par qui ? Les anticommunistes primaires, qui sont encore légion, ne manqueront pas de penser que c’est très certainement par un habitant de l’Europe de l’est qui se remémorait les heures sombres des démocraties populaires et du temps où le centralisme démocratique bridait toute liberté et toute initiative locale. Les nostalgiques de la colonisation, dont les oreilles se souviennent encore des propos de leurs arrière-grands-parents sur les vertus de la soi-disant mission civilisatrice réalisée par les Européens, diront sans hésiter que c’est par un exilé politique qui a réussi à fuir une république bananière d’Afrique rongée par le népotisme et la corruption. Les bouffeurs de curés, qui sont loin d’avoir tous disparu, affirmeront en chœur que ce ne peut être que par un libre penseur qui a eu le malheur de vivre dans une commune de l’ouest de la France où le sabre et le goupillon continuent à faire bon ménage.

Ils auraient tous tort ! Cette phrase est sortie de la bouche de la givetoise Béatrice Le Guen, élue de la majorité en place dans la cité de Méhul, et elle a été prononcée à la fin d’un conseil municipal lorsqu’elle a expliqué pourquoi elle démissionnait de ses fonctions de 2ème adjoint en charge des affaires scolaires, du personnel communal et du comité des Anciens. Pour qui connaît le tempérament posé de l’ancienne directrice de l’école de la Tour d’Auvergne, la virulence des propos peut surprendre. Mais apparemment, elle s’explique par une indigestion provoquée par le trop grand nombre de couleuvres qu’elle a dû avaler depuis les élections de mars 2008, au 1er rang desquelles figure le non respect dans le processus décisionnaire de la parité. Si les griefs qui ont ainsi été étalés sur la place publique venaient à être confirmés, ce dont le MRC 08 ne doute pas, ce serait la preuve que la méthode de gestion - basée sur l’étouffement de toute voix discordante et sur un monolithisme d’un autre temps – mise en place par le maire de Givet, le sémillant apolitique de Droite Claude Wallendorff, a fait son temps, ce qui ne manquerait pas d’avoir des répercussions lors des échéances électorales à venir...

Aucun commentaire: