Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 9 avril 2012

Législatives : la guerre des roses aura bien lieu !

La guerre des Roses, épisode bien connu de l’histoire d’Angleterre, est une série de guerres civiles qui ont eu lieu entre 1455 et 1487 entre la maison royale de Lancastre, dont l’emblème était une rose rouge, et la maison royale d’York, qui arborait elle aussi une rose, mais de couleur blanche. Il s’agit aussi du titre d’une drolatique comédie américaine de 1989 racontant comment un couple de bourgeois, apparemment heureux en tout point, s’est livré à partir de sa décision de divorcer à une bataille sans merci pour le partage des biens matériels acquis en commun. C’est donc un classique que les historiens et les cinéphiles connaissent très bien ! Mais d’ici peu, ce conflit pourrait rebondir et revêtir une autre signification puisque, dans plusieurs endroits en France, au moins deux socialistes envisagent de briguer le même poste de député et par conséquent de se livrer à une guerre fratricide avec les électeurs comme arbitre.

Pour le moment, la liste exacte des lieux susceptibles de connaître un tel affrontement n’est pas encore connue, mais une chose est d’ores et déjà certaine : la deuxième circonscription des Ardennes, qui va de Charleville à Givet et qui est aujourd’hui la seule de toute la région à être détenue par un député socialiste, en fera partie puisque deux candidats roses jusqu’au bout des ongles sont déjà dans les starting-blocks ! D’un côté, il y a Christophe Léonard qui a obtenu en décembre dernier l’investiture officielle des militants socialistes et qui ne cache pas, après avoir enlevé à la droite le canton de Charleville-centre situé pourtant dans la première circonscription des Ardennes, son ambition de déboulonner le député sortant dont il fut un temps l’assistant parlementaire. C’est ce qu’il appelle le "changement" qui s’impose "maintenant". De l’autre côté, il y a Philippe Vuilque, député de la circonscription qu’il a repris à la droite en 1997 et qu’il a réussi à conserver de haute lutte en 2007, qui n’a pas digéré la façon dont se sont déroulées les primaires à la fin 2011 et qui bénéficie de la légitimité et de la notoriété du sortant.

Entre les deux, comme vous pouvez le voir sur les affiches ci-dessous qui commencent avec le printemps naissant à apparaître un peu partout, il y a un point commun que le MRC 08 partage d’ailleurs : le soutien à François Hollande pour l’élection présidentielle. Mais une fois celle-ci terminée, il y a de fortes chances pour que chacun mette fin à l’actuelle période d’observation qui n’est pas sans rappeler la Drôle de Guerre, sorte les griffes et se jette sans pitié sur son adversaire pour espérer arriver en deuxième position à l’issue du premier tour. La lutte finale contre le candidat de l’UMP, Boris Ravignon, pourra alors avoir lieu ! A moins que le FN ne renvoie à leurs chères études les deux prétendants socialistes en les coiffant sur le poteau, ce qui ne peut pas être exclu, ou qu’à l’image des maisons de Lancastre et d’York un mariage de raison ne survienne au dernier moment afin de ne pas faire prendre le risque à la gauche de perdre cette circonscription...  
   

Aucun commentaire: