Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 11 juillet 2007

La montagne accouche d'une souris


Hier, "l'Ardennais" titrait en première page: "Hargnies, l'avenir de 50.000 personnes se joue ce soir" et précisait en plus petits caractères "la vie et l'environnement de près de 50.000 personnes des cantons de Givet, Fumay, Revin et Monthermé sont concernés". Un évènement important, que disons nous, capital, se préparait donc. Lequel? le lancement de la réflexion pour établir le contrat Région-territoire pour les années 2007-2010. L'affaire étant apparemment cruciale, il n'était bien sûr pas question pour le MRC-08 d'en être absent. Un de nos membres s'est par conséquent rendu à la très belle salle située en bordure de la place de ce village réputé dans tout le département pour la fête du cheval qui s'y déroule chaque année au début du mois de juillet.

Et là, que de déceptions! d'abord le nombre de participants: une trentaine au grand maximum. Avouez que pour décider de l'avenir du sixième de la population du département, c'est bien peu. La quantité n'étant pas là, la qualité y était peut-être? Sans vouloir faire injure aux personnes qui avaient fait l'effort de se déplacer, il faut bien reconnaître que ce n'était pas le cas: 2 élus seulement étaient présents, les maires d'Aubrives et de Fumay en qualité respectivement de président du Syndicat Mixte du Pays des Vallées de Meuse et de Semoy et de président de l'Association de Développement Economique du Pays de la Pointe. Quant aux communautés de communes concernées, elles étaient toutes les 2 aux abonnés absents, tout comme le député de la 2ème circonscription. Par contre, la Région était représentée, ce qui était la moindre des choses, mais pas par son président, ni par un de ses vice-présidents, ni même par un simple conseiller régional, seulement par une fonctionnaire territoriale à la compétence certes incontestable mais qui a jugé bon de s'éclipser avant la fin de la discussion au prétexte de devoir regagner à une heure décente son domicile de Troyes. Enfin, le contenu était loin de ce que l'on pouvait attendre: après un bref bilan du programme pluriannuel 2004-2006 qui nous a tout de même appris que le conseil de développement économique ne s'était plus réuni depuis septembre 2004 (!), quelques pistes d'une banalité affligeante pour l'élaboration du contrat Région-pays ont été proposées avant qu'un appel à candidature ne soit lancé en vain pour constituer un groupe restreint chargé d'affiner le projet. Un exemple parfait de la langue de bois administrative qui cache son manque d'imagination et de connaissance du terrain derrière un vocabulaire ronflant mais ô combien creux (groupe stratégique, problématique, réflexion transversale,...).

Cette réunion n'a donc servi à rien? Pas tout à fait puisqu'elle a permis à la Région d'abattre ses cartes. Nous avons ainsi appris que la concurrence entre le pays et le parc naturel régional faisait désormais partie du passé, que l'enveloppe financière serait reconduite pour la période 2007-2010 et que les priorités régionales étaient la HQE, les TIC et l'ESS (petite précision du MRC-08 à l'adresse de ceux qui ne seraient pas habitués aux initiales en usage dans le petit monde de l'administration: haute qualité environnementale, technologies de l'information et de la communication, économie solidaire et sociale). Surtout, la Région a martelé qu'elle ne financerait que des opérations d'investissement portant sur des projets précis d'envergure territoriale, en privilégiant ceux qui aboutiraient à une mutualisation des services et par voie de conséquence à une réduction des coûts de fonctionnement. Avec ça, les 50.000 habitants des cantons de Givet, Fumay, Revin et Monthermé peuvent dormir sur leurs 2 oreilles, leur avenir est assuré...

Aucun commentaire: