Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 6 juillet 2007

Thomé-Génot: la douche écossaise

Le 25 juin 2007, avec plus de six mois de retard sur les évènements, l'Union européenne est enfin intervenue dans le dossier Thomé-Génot en prévoyant d'accorder aux 267 ex-salariés de cette ex-entreprise une somme de 2,56 millions d'euros. Rapportée au nombre de bénéficiaires, cette aide représente un peu plus de 9.500 euros par personne et beaucoup se sont mis à rêver qu'elle s'ajouterait aux 25.000 euros obtenus de haute lutte à la fin de l'année dernière. Ainsi, les 30.000 euros initialement réclamés auraient été dépassés, ce qui, reconnaissons le, n'aurait rien d'indécent, surtout si on compare avec les parachutes dorés accordés aux PDG chassés de la tête de certaines grandes entreprises pour cause d'incompétence!
Hélas, l'espoir a été de courte durée. Pourquoi? Parce que la Préfecture a fait savoir avant-hier que puisque l'argent débloqué par l'Union Européenne provenait du tout nouveau Fonds Européen d'Ajustement à la Mondialisation, il ne pourrait conformément au règlement de ce dernier être utilisé qu'au co-financement de mesures mises en place pour permettre la réinsertion des ex-salariés dans le monde du travail. En décodé, cela signifie qu'il servira à rembourser l'Etat d'une partie des sommes qu'il a investies dans le CTP et que les ex-salariés ne verront pas l'ombre du commencement du début d'un euro tomber dans leurs poches!
Cette stricte application des textes en vigueur était prévisible, mais la morale la plus élémentaire aurait voulu qu'elle s'accompagne d'une augmentation des aides financières directement versées par l'Etat aux ex-salariés équivalente à la somme reçue par l'Etat de l'Union Européenne. Pour le moment, ce n'est pas le cas et rien ne laisse présager un changement d'attitude dans un avenir proche. Le MRC-08 condamne donc avec la plus grande fermeté ce comportement inique de l'Etat qui n'hésite pas à se rembourser à la première occasion des dépenses sociales qui lui incombent. S'il fallait une confirmation de l'orientation ultra-libérale du duo Sarkozy-Fillon, c'est désormais chose faite...

1 commentaire:

vigie08 a dit…

Voila qui devrait refroidir les ardeurs des ouiouistes et autres europophiles. Quand l'union européenne intervient, c'est pour aider les Etats à limiter leur déficit budgétaire, pas en faveur des individus. C'est la preuve que le centre de la construction européenne, c'est l'argent et pas l'Homme. Alors, qu'on arrete de nous bassiner avec cette construction sois disant miraculeuse et qu'on regarde les choses avec lucidité: c'est une machine à délocaliser qui laisse nos ouvriers sur le carreau