Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 27 décembre 2009

La scandaleuse campagne de communication de l'assurance maladie !


D'abord le constat ! En 2008, soucieuses d'enrayer l'envolée des indemnités journalières versées à la suite d'arrêts de travail, les caisses d'assurance maladie ont adopté une batterie de mesures destinées à lutter contre les abus. Parmi elles, outre la très médiatique possibilité de suspendre le versement des indemnités après une contre visite défavorable effectuée à la demande de l'employeur, figuraient l'augmentation des contrôles à domicile, l'entretien avec les médecins les plus prescripteurs avant une éventuelle mise sous accord préalable pour la délivrance d'arrêts maladie et la vérification des ordonnances par les médecins conseil. Le tout, baptisé de façon plutôt paradoxale "maîtrise médicalisée des dépenses de santé" était accompagné d'une campagne de communication ayant pour but de rappeler aux usagers leurs droits et surtout leurs devoirs.

Maintenant, les résultats ! A l'échelle nationale, l'augmentation des indemnités journalières a été sensiblement réduite (+4,2 % en volume et +6,7 % en valeur). A l'échelle régionale, le ralentissement a été encore plus fort, avec des chiffres s'élevant respectivement à +1,5 % et +3,9 %. Par contre, dans les Ardennes, la hausse a continué à un rythme toujours aussi élevé avec +5,8 % en volume et +8,8 % en valeur ... malgré 703 contrôles à domicile en 2008, plus de 6.500 contre visites effectuées à l'initiative des médecins conseils et la mise sous accord préalable de 2 professionnels de la santé. Inacceptable pour la Caisse Primaire d'Assurance Maladie qui a décidé de passer à la vitesse supérieure en effectuant des contrôles les week-end et les jours fériés, en examinant systématiquement les arrêts supérieurs à 4 jours et en menant des opérations spécifiques auprès des 3 entreprises ardennaises pour lesquelles elle verse le plus d'indemnités journalières.

Pour le MRC 08, dont l'attachement au système de protection sociale à la française n'est un secret pour personne et qui a toujours préconisé une gestion efficace des deniers publics, ces mesures vont globalement dans le bon sens. Par contre, nous n'en dirons pas autant de la campagne de communication, dont vous trouverez ci-dessous un exemple, que nous jugeons totalement déplacée, pour ne pas dire ignoble voire odieuse. Pourquoi ? Parce que l'amalgame qu'elle fait entre une infime minorité de fraudeurs et l'immense majorité des salariés placés en arrêt de travail n'a d'autre objectif que de stigmatiser ces derniers, de les culpabiliser et de les faire apparaître aux yeux de la société comme d'infames parasites, nantis de surcroît. C'est à tout point de vue intolérable, d'autant que la CPAM ne s'est même pas donnée la peine de mener une étude épidémiologique pour essayer de comprendre les raisons de cette triste particularité ardennaise.


Aucun commentaire: