Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 25 février 2011

Manifestants du 28 octobre : des condamnations disproportionnées pour l'exemple !


Après une audience qui aura duré presque 10 heures, le tribunal de grande instance de Charleville-Mézières a rendu son verdict contre les 8 manifestants poursuivis pour bris de vitres et/ou violence envers des forces de l’ordre lors de la manifestation contre la "réforme" des retraites qui avait eu lieu le 28 octobre : une centaine d’heures de TIG pour l’un des accusés, de 3 à 8 mois de prison avec sursis pour 6 autres et 1 an de prison ferme pour le dernier ! Justice est ainsi faite pour les partisans du pouvoir en place et les rétrogrades de tous poils qui ne rêvent que d’un retour aux pratiques économiques, sociales et politiques du XIXème siècle.

Mais quand on se souvient de la méthode digne d’une opération de grand banditisme utilisée pour arrêter les 8 manifestants poursuivis, quand on connaît la rapidité avec laquelle l’instruction a été menée alors qu’il faut des mois voire des années pour obtenir la comparution d’un patron voyou et surtout quand on regarde les peines prononcées, on peut légitimement se demander de quelle justice il s’agit ? De celle rendue au nom du peuple français qui était en masse dans la rue le 28 octobre et dont les revendications n’ont pas été prises en compte ou de celle aux ordres d’un pouvoir revanchard désireux de criminaliser l’action sociale afin de désamorcer par anticipation d’autres contestations ?

Poser la question, c’est déjà y répondre ! C’est pourquoi le MRC 08 tient à réaffirmer son soutien aux 8 manifestants désormais condamnés et souhaite que le procès en appel qui aura lieu à Reims se déroule dans un climat impartial et une sérénité qui ont apparemment manqué à Charleville-Mézières. La justice, si décriée ses derniers temps dans notre pays pour avoir rendu des décisions contestées, aura alors une chance de se racheter aux yeux de l’opinion publique ardennaise. Ce serait dommage qu’elle ne la saisisse pas et laisse l’image d’une institution qui, comme dans la fable de Jean de la Fontaine, rend les prévenus blancs ou noirs selon qu’ils sont puissants ou misérables...

1 commentaire:

arduinna a dit…

Très bien dit, c'est la justice des puissants contre les gens du peuple, la justice de la France d'en haut contre la France d'en bas comme disait l'autre. C'est une honte, une mascarade qu'il faut dénoncer le plus fort possible