Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mardi 22 janvier 2008

Revue de presse (bis)


Les lecteurs de "l'Ardennais", dont chacun sait qu'ils sont très nombreux dans la vallée de la Meuse et dans la Pointe, et ceux de sa pâle copie "l'Union", qui dominent dans le sud du département, ont pu lire dans leur édition de ce jour le compte rendu de la présentation de notre candidat aux élections cantonales sur le canton de Givet, Laurent Bouvier, et de sa suppléante, Jacqueline Saiselet. Refusant la mode en plein développement dans la cité de Méhul qui consiste à se dire apolitique dans l'espoir d'attirer les électeurs indécis faute de pouvoir proposer aux citoyens dotés d'idées claires un programme ambitieux mais réaliste, notre 1er secrétaire y est nettement défini comme un candidat de Gauche connaissant le monde du travail et ouvert sur l'extérieur tout en étant attaché au maintien de notre modèle républicain mis à mal par l'actuelle orientation de la construction européenne. Une espèce rare, le MRC-08 veut bien en convenir, mais dont il reste quelques specimens comme vous pouvez le vérifier en lisant ci-dessous l'intégralité de l'article:

Combien de candidats seront-ils aux prochaines élections cantonales sur le canton de Givet ? Quatre, cinq… Au fil des semaines qui nous rapprochent du 9 mars, le scénario semble se peaufiner. Parmi les candidats, Laurent Bouvier représentant le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC). Il se présente « pour redynamiser tout notre canton, pour améliorer au quotidien notre vie, pour rendre attractives nos Ardennes ». Fils, petit fils d'ouvrier, Laurent Bouvier est né à Gien (Loiret) en 1968. Il a passé sa jeunesse dans un petit village vosgien. Tout en entrant dans le monde du travail dès 19 ans, il a suivi des études d'histoire à l'université de Nancy. Après avoir travaillé sur le statut des Algériens pendant la colonisation française, il a réussi le concours du CAPES. Il a effectué une mission de coopération auprès de l'université de Lusaka en Zambie de 1990 à 1992.
1er secrétaire du MRC
De retour en France, il a été affecté sur sa demande dans les Ardennes, d'abord au lycée Jean-Moulin à Revin, puis au lycée Vauban à Givet où il enseigne depuis 14 ans. Attentif aux difficultés recontrées par les jeunes de la Pointe, il s'est intéressé aux questions politiques à partir du référendum sur le traité de Maastricht en 1992. Toujours positionné à gauche, il a rejoint le parti de Jean-Pierre Chévènement en 2000. « J'ai pris conscience que la République était « détricotée » par le haut et par le bas », dit-il. Laurent Bouvier s'est alors impliqué dans son parti. Acteur actif de la campagne présidentielle de 2002, il a fondé l'année d'après la fédération ardennaise du Mouvement Républicain et Citoyen où il est le premier secrétaire. C'est à ce titre qu'il a participé dans le département à la campagne pour le « non » au référendum de 2005, à celle des présidentielles de 2007 en faveur de Ségolène Royal et aux récentes législatives en faveur de Philippe Vuilque. Membre du bureau du MRC, il côtoie chaque mois Jean-Pierre Chévènement. Installé à Aubrives, Laurent Bouvier est marié et père d'un petit Justin âgé de 15 mois. Il est conseiller municipal de ce village. Laurent Bouvier a pour suppléante Jacqueline Saiselet, 59 ans, originaire de Givet, membre d'une association de défense des droits de l'homme.

Pour que le message soit encore plus explicite, notre candidat a pousé le symbole jusqu'à poser seul sur la photographie accompagnant l'article (petite précision du MRC-08 à l'adresse de ceux qui auraient raté les derniers épisodes de la trépidante vie politique de la Pointe: cela signifie sans sa famille ... contrairement à Claude Wallendorff et Luc Declef qui semblent vouloir se disputer cette valeur qui est tout sauf apolitique!). Il a aussi pris soin de porter une veste à col mao et une chemise couleur bordeaux. Aucune ambiguïté n'est donc possible: Laurent Bouvier est le candidat de la Gauche sur le canton de Givet, de la vraie Gauche, celle qui ne renie ni le monde du travail ni la Nation sans laquelle l'internationalisme ne saurait exister...

Aucun commentaire: