Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 22 mai 2009

Foisches : il n'est jamais trop tard pour le devoir de mémoire

Combien d'Ardennais(es) connaissent le petit village de Foisches ? Très peu, ce qui est dommage, puisque cette commune de la Pointe de 213 habitants possède bien des particularités : sa ferme des Templiers, certes dans un mauvais état mais qui témoigne d'un passé brillant; son école à classe unique qui est une des dernières à exister dans le département; son inamovible maire, Octave Saxe, membre du Conseil municipal depuis 52 ans (oui, vous avez bien lu, depuis plus d'un demi-siècle!) qui a rempilé pour un cinquième mandat l'an dernier à l'âge respectable de 83 ans; son augmentation de 10 % de la population entre les recensements de 1999 et 2006 alors que le nombre d'habitants diminue dans presque toutes les communes de la vallée de la Meuse. Et ce n'est pas tout puisque depuis le 10 mai de cette année, cette commune a inauguré un monument en souvenir des 22 soldats français tombés le 14 mai 1940 sous les balles des Allemands pendant la percée des Ardennes, au cours d'un violent accrochage dont très peu de personnes avaient connaissance étant donné que la population du village avait été en totalité évacuée en Vendée.

Pourquoi une telle construction aujourd'hui ? Certainement pas pour mettre Foisches sous les lumières de projecteurs, puisque cela n'a jamais été le genre des habitants de ce village ni de ses élus. Encore moins pour créer un site destiné à attirer quelques touristes, puisque cette commune a eu l'intelligence de développer d'autres activités économiques qui lui procurent des revenus conséquents et surtout moins aléatoires. La raison est simplement la volonté de laisser aux habitants actuels et futurs une trace d'un évènement tragique connu par le village. Dans le langage officiel, on appelle cela le devoir de mémoire! Le MRC 08 y est extrêmement favorable, à la double condition qu'il n'aboutisse pas, d'une part à une confusion entre le patriotisme (c'est à dire l'amour de son pays et l'acceptation critique de son passé) et le nationalisme (c'est à dire la haine des autres pays et l'occultation volontaire de pans entiers de l'histoire de son pays), et d'autre part à de grands discours moralisateurs axés sur les principaux évènements militaires en oubliant la foultitude de petits combats qui ont aussi eu lieu et qui méritent tout autant d'être rappelés. A Foisches, ces 2 dérives ont heureusement été évitées, se qui s'est traduit par la mise en place du monument sobre, mais élégant, que vous pouvez voir ci-dessous. Par ailleurs, comme les bonnes idées sont parfois contagieuses, le devoir de mémoire se poursuivra demain avec l'inauguration à Chooz du pont des Spahis en l'honneur de ces soldats venus de l'autre côté de la Méditerranée et qui ont passé l'essentiel de la Drôle de Guerre dans ce village.








Aucun commentaire: