Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 2 janvier 2010

Régionales : l'affrontement final se précise


Ce n'est un secret pour personne, les élections régionales ne passionnent pas les foules. A bien y réfléchir, c'est assez compréhensible étant donné, d'une part la longue tradition centralisatrice de notre pays qui n'a permis que récemment la naissance de régions dotées de vrais pouvoirs politiques, et d'autre part le scrutin utilisé (scrutin proportionnel de liste départementale avec prime majoritaire) qui semble avoir été conçu pour décontenancer les électeurs les plus avertis. Pourtant, aux yeux du MRC 08, celles qui auront lieu dans 2 mois et demi sont loin d'être secondaires puisqu'elles constitueront la dernière consultation populaire avant les présidentielles de 2012. C'est encore plus vrai en Champagne-Ardenneun véritable enjeu politique existe étant donné que c'est une des rares régions où la droite possède des chances très sérieuses de victoire.

Actuellement, même si les discussions entre les partis politiques sont loin d'être terminées, on commence à y voir plus clair sur les formations qui se présenteront devant les électeurs. A gauche, une liste de rassemblement sera emmenée par le divers-gauche Jean-Paul Bachy, président sortant du Conseil régional exclu du Parti Socialiste en 2007. Elle comprendra essentiellement ses ex-camarades socialistes, dirigés sans surprise par Jacques Meyer dans la Marne, Olivier Girardin dans l'Aube, Roland Daverdon dans la Haute-Marne et le tandem Jean-Paul Bachy - Claudine Ledoux dans les Ardennes. Elle sera complétée par quelques communistes, puisque les militants régionaux de ce parti, contrairement aux options choisies au niveau national, ont décidé à 68 % de faire une liste commune de la gauche dès le 1er tour afin officiellement de "battre la droite et éviter qu'elle fasse de nouveau main basse sur la région" et officieusement de sauver tout ou partie de leurs 6 sortants. Enfin, si les accords nationaux sont respectés, ce qui est loin d'être certain, 1 ou 2 strapontins seront réservés au PRG et au MRC afin de pouvoir bénéficier du droit d'utiliser leurs logos.

A droite, Jean-Luc Warsmann, maire de Douzy, conseiller général du canton de Grandpré, président de la Communauté de communes des 3 cantons, député de la 3ème circonscription des Ardennes et président de la très influente Commission des lois à l'Assemblée nationale, a été choisi pour être la tête de liste régionale de l'UMP. A ses côtés, le Secrétaire d'Etat Benoist Apparu conduira la liste dans la Marne, la députée Sophie Delong en Haute-Marne et Gérard Menuel, adjoint au maire de Troyes, dans l'Aube. Ce quatuor bénéficiera du soutien de Luc Chatel, ministre de l'Education nationale et maire de Chaumont, qui figurera sur la liste, mais en position non-éligible, et du député-maire de Troyes, François Baroin, qui présidera le comité de soutien. L'ensemble sera renforcé par le Nouveau Centre de Charles de Courson, député de la 5ème circonscription de la Marne, conseiller général et maire de Vanault-les-dames, qui a renoncé à présenter une liste indépendante au 1er tour après un sondage sur les intentions de vote commandé en interne et qui donnait le NC 4ème derrière l'UMP, le PS et le FN.

Ces 2 listes qui se disputeront la victoire finale devraient être concurrencées au 1er tour par 5 autres formations. Parmi elles, 2 peuvent espérer franchir la barre des 10 % qui permet le maintien au second tour : le Front National, qui sera à nouveau emmené par Bruno Subtil, conseiller régional sortant, qui a choisi de narguer les 2 principaux prétendants à la présidence régionale en présentant ses têtes de liste départementale dans la petite commune ardennaise de Rubécourt et Lamecourt ; les Verts, qui ont désigné le 11 novembre dernier Eric Loiselet, ex-secrétaire fédéral du Parti Socialiste en Haute-Marne, tête de liste régionale et qui espèrent bien surfer sur la vague du score obtenu par Europe Ecologie aux élections européennes de juin dernier pour imposer leur diktat à la liste de rassemblement de la gauche. 2 autres listes peuvent espérer franchir la barre des 5 %, synonyme de possibilité de fusion : le MODEM, qui devrait être conduit par Marie Grafteaux-Paillard, adjointe au maire de Pont-Sainte-Marie (Aube) et qui aura fort à faire pour sauver ses 2 sortants ; le Front de gauche, lâché par le PC, mais renforcé par le NPA - une 1ère nationale - qui certes cherche encore son programme et la tête de liste pour le défendre mais qui pourrait surprendre en récupérant les voix des nombreux électeurs de gauche lassés par la politique trop tiède à leurs yeux menée par Jean-Paul Bachy. Enfin, Alliance écologiste indépendante, liste d'union de Génération Ecologie de Brice Lalonde, du Mouvement Ecologiste d'Antoine Waechter et de la France en action de Jean-Pierre Governatori cherchera à se faire une place au soleil derrière la bannière de l'Aubois Ghislain Wysocinski.

Un bel affrontement en perspective, avec néanmoins déjà une certitude : le futur Président du Conseil régional sera quoi qu'il arrive un Ardennais !

Aucun commentaire: