Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mardi 19 avril 2011

Ardennes : une visite présidentielle au goût amer !







Que de bleu pour la visite effectuée par Nicolas Sarkozy aujourd’hui dans les Ardennes ! Dans le ciel d’abord, qui avait revêtu, une fois n’est pas coutume, ses plus beaux habits d’azur pour accueillir avec éclat le locataire de l’Elysée qui nous faisait l’honneur d’une 2ème visite présidentielle. Sur les axes routiers et dans les airs ensuite où un nombre impressionnant de gendarmes et de forces de l’ordre en tous genres avaient été déployé pour garantir une sécurité maximale. Parmi les personnalités présentes également qui étaient à une très large majorité de droite puisque l’appel au boycott lancé par Unimair, l’association des maires socialistes et divers gauche du département, avait malheureusement été assez largement suivi. Enfin et surtout dans le discours de près d’une heure prononcé par le chef de l’Etat devant un parterre constitué de premiers magistrats communaux et de représentants de la presse.

Un vrai discours de droite dans lequel Nicolas Sarkozy a martelé qu’il faudrait à l’avenir travailler plus longtemps, non pas pour gagner plus comme il l’avait affirmé dans son célèbre discours prononcé en 2006 à Charleville-Mézières, mais pour payer les retraites et rester dans le top 5 des économies mondiales ! Pour ceux qui n’auraient pas compris le message, il l’a répété en affirmant que la France devait sortir de l’économie du 20ème siècle pour entrer de plein pied dans celle du 21ème siècle, ce qui suppose à ses yeux de renoncer aux idéologies du 19ème siècle – le marxisme pour ne pas le nommer - qu’il estime désormais inadapté, contrairement à celle du 18ème siècle – le libéralisme – qu’il s’est bien garder d’égratigner. De là à penser que le projet d’avenir qu’il propose ressemble à un grand bond en arrière, il n’y a qu’un petit pas que l’on peut franchir sans hésiter.

Pour le reste, Nicolas Sarkozy a défendu sa réforme territoriale en expliquant que la grande gagnante en serait les communes. Il a aussi tenté de renouer avec son image de Président du pouvoir d’achat en affirmant qu’il ne cèderait pas sur la prime aux salariés parce qu’il estime qu’il s’agit d’une question de justice. Hélas, il n’a pris aucun engagement précis sur son montant, ni sur ses modalités d’ailleurs, se contentant de faire savoir qu’elle serait exonérée de charges pour les petites entreprises et qu’elle devra avoir lieu dans les grandes entreprises s’il y a une "forte" augmentation des dividendes. Des propos bien vagues donc, qu’il a cependant assorti de 2 mesures spécifiques pour les Ardennes : la prolongation jusqu’en 2013 du Bassin d’Emplois à Redynamiser, dit zone franche, qui est plutôt une bonne nouvelle même si son efficacité n’a toujours pas été évaluée avec précision et l’engagement que l’Etat n’interviendra pas pour obliger une commune, comme Revin par exemple, à rejoindre une intercommunalité.

Pour le MRC 08, cette visite présidentielle est donc globalement très décevante, d’une part parce qu’elle n’a apporté aucune solution concrète aux problèmes qui frappent si lourdement notre département, et d’autre part parce qu’elle a confirmé l’incapacité du Président de la République à prendre en compte les aspirations des simples gens qui constituent ce qu’il appelait naguère "la France qui souffre". Loin de mettre du baume au cœur de ceux, de plus en plus nombreux dans les Ardennes, qui sont relégués sur le bord du chemin, elle risque fort de laisser des bleus à l’âme des quelques ceux qui croient encore dans les vertus du sarkozysme...

Aucun commentaire: