Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 9 juillet 2008

Charlemont : un oubli sans surprise.



Pour beaucoup de Givetois, Vauban est le véritable fondateur de la ville. A la fin du XVIIème siècle, c'est effectivement lui qui a transformé radicalement la place-forte récemment conquise par la France, réorganisant le plan des rues et réaménageant en profondeur le fort de Charlemont et le mont d’Haurs... tout en apportant au passage quelques retouches à Rocroi, autre fortification ardennaise réputée. Au total, ce sont 151 place-fortes que Sebastien le Prestre, marquis de Vauban, a ainsi aménagées sur les frontières françaises pour le compte de Louis XIV, en plus des 30 qu'il a construites de toutes pièces. Pour juger de l’importance de son oeuvre, il suffit de savoir qu’on disait à l’époque : "Ville assiégée par Vauban, ville prise ; ville défendue par Vauban, ville imprenable"…

Depuis que la municipalité de Givet a fait du tourisme son axe de développement majeur, elle multiplie les initiatives pour valoriser son patrimoine, et au premier chef les réalisations de son plus célèbre architecte. C'est ainsi qu'elle a jugé bon de mettre en place une illumination du fort de Charlemont qui est certes du plus bel effet mais qui n'est pas forcément la mieux venue en ces temps de pénurie énergétique. En bonne logique, on aurait pu aussi s'attendre à une action déterminée pour qu'elle fasse figurer ces fortifications dans les propositions formulées par l'association "Réseau des sites majeurs de Vauban" pour être inscrite dans la liste de l'UNESCO des sites ayant "une valeur exceptionnelle universelle". En ces temps de fermeture programmée du CEC, une telle reconnaissance internationale aurait forcément eu des retombées économiques intéressantes. Hélas, le MRC-08 n'a pu que constater que parmi les 12 sites retenus par l'UNESCO le 07 juillet parmi les 181 construits par Vauban, si on trouve bien les fortifications majeures du Nord et de l'Est, notamment la citadelle pentagonale d’Arras et la ville neuve de Longwy, ni Givet ni Rocroi n'ont été retenus. Un tel oubli n'a rien d'insultant en soi si l'on songe que la citadelle de Lille, pour des raisons d’ordre militaire, et celle de Belle-île-en Mer, qui n'est pas à proprement dit une fortification, ont elles aussi été écartées … même si Charlemont a pour lui d'être une place de première ligne bloquant l’accès de la trouée mosane. Cependant, il faut bien reconnaître que Vauban s’était contenté de reprendre la forteresse construite sous les ordres de Charles Quint en 1555 avant de passer sous domination française en 1678, ce qui ne permet pas au site givetois d'entrer dans le cadre des fortifications entièrement nouvelles choisi par l'UNESCO. Dont acte. Il faudra se passer de cette étiquette ô combien prestigieuse et s’efforcer de trouver quelque utilité aux installations militaires, qu’elles restent ou non propriété de l’armée, qu'elles soient ou non réhabilitées, si possible en évitant de dépenser au-delà des moyens localement disponibles.

Ceci dit, rien n'interdit de relativiser les choses: si les 12 communes retenues s’attendent à une hausse notable de leur fréquentation touristique, la manne risque fort d'être moins abondante que prévue, d'autant qu'elle nécessitera impérativement, pour la valorisation des sites, des aides nationales, régionales, européennes, voire privées qui sont encore loin d'être acquises. Le précieux label pourrait bien se révéler une coquille vide! Et s'il faut vraiment obtenir des compensations à la fermeture du Centre d'entraînement commando de Givet, il serait préférable d'aller les chercher du côté industriel plutôt que touristique. Entre la non-valorisation des fortifications de Vauban et l'implantation plus qu'hypothétique d'un réacteur de type EPR à Chooz, le climat n'est pas au beau fixe dans la Pointe. Dans ce contexte, il serait hautement souhaitable de renoncer, une bonne fois pour toutes, aux miroirs aux alouettes et de chercher des solutions réalistes ... en évitant les projets pharaoniques comme le fort de Condé et, de grâce, en restant fidèle à l’idée originelle de Vauban : défendre la ville, et non pas la ruiner.

5 commentaires:

Ophélie a dit…

Après m'être renseignée auprès d'une personne de source sûre, je peux confirmer que le projet de construction d'un troisième EPR sur Chooz n'est pas "hypothétique" mais pour reprendre les paroles de la personne m'ayant renseignée: "C'est du pipeau". C'est assez direct mais c'est toute la vérité malheureusement!

En effet ce n'est qu'une rumeur "lancée" pour apaiser certaines consciences politiques et rassurer ainsi une partie de la population (jugée peu lucide!).

Un tel projet prend 9 à 10 ans avant construction et actuellement le site de Chooz n'est même pas en ligne de mire; loin de là ( contrairement à Francheville où le projet se concrétise et à un site proche de Lyon).
Il reste donc 30ans de vie au site nucléaire de Chooz... puis après, plus rien!

Je ne sais pas ce qu'en pense le MRC-08 mais je pense que la personne avec qui j'en ai parlé est assez bien placée pour savoir les projets en études et surtout être au courant de tout ce qui se passe et se passera sur le site de Chooz.

Ophélie a dit…

J'ai fait une grossière erreur ( certainement dûe à l'heure tardive...): ce n'est évidemment pas Francheville mais Flamenville qui est concernée par ce projet.

Guillaume a dit…

Au-delà même des rumeurs et des bruits de couloirs, les centrales de Chooz B et Civaux sont les deux seules unités "Palier N4", qui se trouve être le dernier projet avant EPR. Il serait donc étonnant qu'EDF investisse une nouvelle fois sur le site calcéen. La construction de Flamanville a commencé (fin en 2012 ?) et Sarkozy a annoncé la construction d'un second réacteur EPR, les sites en lice sont Penly (Seine-Maritime), Tricastin (Drôme) et Marcoule (Gard ?).

Ophélie a dit…

Cet agent EDF, assez bien placé pour savoir ce genre de chose, ( je suppose et l'espère^^) m'a parlé d'un site à proximité de Lyon mais n'a pas cité de nom; il a juste fait remarqué que normalement il ne devrait pas en parler mais... avec un peu d'insistance j'ai pu obtenir quelques renseignements!
[La question est: peut-on faire confiance à quelques agents EDF? ^^]

Toutefois, même sans cela, il fallait bien se douter que la construction d'un troisième EPR à Chooz n'était pas un "projet" très réaliste...

mrc-08 a dit…

A priori, les agents EDF sont les mieux placés pour répondre aux questions concernant le réacteur EPR. Mais ce ne sont pas les seuls. D'autres sources sont aussi qualifiées et toutes confirment que l'implantation ne se fera pas à Chooz pour plusieurs raisons, notamment le débit insuffisant de la Meuse qui crée des problèmes insolubles de refroidissement.
Mais rassurez-vous, si la centrale de Chooz constitue aujourd'hui le moteur de l'économie de la Pointe, il n'est pas le seul et en 30 ans d'autres solutions seront certainement explorées. Nous pensons tout particulièrement au port de Givet, qui nous paraît avoir un grand avenir.