Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 8 décembre 2008

Mézières centre ouest: les électeurs rendent justice à Pierre Pandini


A l'issue des élections cantonales du mois de mars dernier, 2 requêtes en annulation étaient prévisibles et n'ont pas manqué d'être déposées: celle des socialistes Elisabeth Husson et Philippe Pailla respectivement battus de seulement 3 voix et 8 voix par les UMP Evelyne Welter et Boris Ravignon dans les cantons de Sedan-ouest et de Charleville-la Houillère. Une troisième procédure beaucoup plus discrète et à vrai dire infiniment plus surprenante a également été entamée par la socialiste Michèle Marquet contre l'apolitique de Droite Claude Wallendorff qui l'avait emporté largement (plus de 250 voix d'avance!) sur le canton de Givet, au prétexte qu'une urne n'aurait pas été ouverte dans la grande salle d'un des 4 bureaux de vote de la cité de Méhul. Après les délais réglementaires, toutes les 3 avaient été rejetées par le tribunal administratif de Châlons en Champagne. On pouvait donc penser que l'assemblée départementale était constituée pour les 3 ans à venir, mais c'était sans compter avec l'inventivité du maire sans étiquette de Prix les Mézières, Alain Beaufey, qui n'avait pas digéré d'avoir été privé de 2ème tour dans le canton de Mézières-centre-ouest pour 3 petites voix ... et qui s'était malicieusement porté intervenant en requête pour soutenir la plainte de 3 électeurs de la commune de Warcq dont les yeux exercés avaient remarqué un défaut de signalétique dans le bureau de vote de cette commune.

Ce canton ayant été remporté par le divers Gauche Pierre Pandini avec plus de 900 voix d'avance et 30% d'écart sur son rival UMP, personne n'imaginait que sa victoire, pour ne pas dire son triomphe, puisse être remise en question. Les juges administratifs en ont cependant décidé autrement puisque, dans leur grande sagesse qui est parfois inaccessible au commun des mortels, ils ont annoncé le 10 septembre qu'ils invalidaient les résultats de l'élection. Pierre Pandini, le dinosaure de la politique carolomacérienne qui a derrière lui 31 ans de mandat municipal et qui détient son siège de Conseiller général sans discontinuité depuis 1988 malgré toute la haine que lui vouent les socialistes locaux, s'est donc retrouvé victime d'un fait totalement indépendant de sa volonté. Contraint et forcé, celui que l'on appelle affectueusement Pierrot Panpan, et que l'on caricature parfois comme étant un élu à l'ancienne ne manquant jamais une assemblée générale ou un concours de pétanque, est reparti à la bataille avec le soutien du PC et du MRC 08 et la neutralité inattendue du PS.

Le 1er tour de la cantonale partielle a eu lieu hier. Il a été marqué par la déroute d'Eric Samyn, le candidat du Front National, qui n'atteint pas les 2,5% des voix et ne bénéficiera donc pas du remboursement de ses frais de campagne par l'Etat, comme cela avait déjà été le cas en septembre lors de la cantonale partielle de Sedan-nord. Philippe Lenice, le chef de file des Verts dans les Ardennes, subit également une lourde déconvenue en n'atteignant pas la barre fatidique des 5%, tout comme Robert Chauderlot, le candidat de l'UMP qui n'arrive qu'en 3ème position et ne pourra par conséquent pas participer au 2ème tour. Quant à Alain Beaufay, il a réussi son machiavélique tour de passe-passe en prenant la deuxième place qu'il souhaitait de tous ses voeux et qui lui permettra d'affronter dimanche prochain ... Pierre Pandini, auquel les électeurs ont intelligemment rendu justice en le mettant en tête du scrutin avec 52,81% des voix, mais qui devra attendre encore une petite semaine pour pleinement savourer son bonheur du fait d'une abstention de plus de 73%. Puissse sa victoire être écrasante et débarasser la politique ardennaise d'un acteur qui la ridiculise au lieu de la servir!

1 commentaire:

titi a dit…

Plus qu'un jour et le déni de démocratie dont a été victime Pierrot Panpan sera du passé. Heureusement que les électeurs ont du bon sens et ont massivement revoté pour lui