Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 21 février 2009

Ardenne Rives de Meuse : une opération de communication qui méritait le détour


Hier soir, à l’initiative de son nouveau président, Bernard Dekens, la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse avait invité pour la 1ère fois les conseillers municipaux des 17 communes qui la composent pour visionner un diaporama présentant un bilan des actions menées pendant l’années écoulée. 263 élus étaient donc conviés à prendre connaissance, dans le cadre feutré de la magnifique salle de l’espace de spectacles "le Manège" à Givet, des réalisations de celle que l’on appelle couramment la comcom, parmi lesquels seulement une grosse cinquantaine avait répondu présent. Environ un sur 5 donc, ce que beaucoup considèreront comme étant très peu, mais pas moi, seul membre du Conseil municipal d’Aubrives à avoir pris la peine de se déplacer, étant donné que cette initiative était une première et qu’elle avait été programmée à un jour (le 1er des vacances scolaires de février) et à une heure (19h00) qui n’avaient rien d’optimal.

Que retiendrai-je de cette projection ? Sur la forme, que ce diaporama était excellent, ce qui n’a rien d’étonnant venant d’une intercommunalité plusieurs fois récompensée pour la qualité de son information : le fond musical, entraînant mais sans excès, accompagnait harmonieusement des photos et des graphiques défilant à un rythme suffisamment élevé pour ne pas permettre l’ennui, le tout étant complété par des commentaires brefs mais toujours pertinents et précis. Sur le fond, qu’après un rappel intéressant de la genèse et de la montée en puissance progressive de cette intercommunalité qui a fêté en 2008 son vingtième anniversaire, une longue liste de compétences a été énumérée et parfois illustrée par des exemples concrets. La part du lion est bien sûr revenue à l’action économique qui a permis à Givet l’aménagement de la tranche 5 du PACOG et l’installation de 5 entreprises représentant 35 emplois, à Fumay l’extension du lotissement 2 de la zone du Charnois afin d’accueillir la filiale créée par la scierie Baret et ses 9 emplois, et à Vireux-Molhain la construction d’un bâtiment de 750 m2 pour faciliter l’agrandissement de l’entreprise Teruel.

Parmi les autres compétences, l’accent a été mis sur la collecte des déchets qui a abouti à l’enlèvement de 8.265 tonnes de déchets ménagers et de 919 tonnes de tri sélectif, ainsi qu’au dépôt dans les déchèteries de 4.957 tonnes pour un coût total de 2,6 millions d’euro, soit 108,3 euro par habitant ; la protection de l’environnement qui a conduit à commencer la déconstruction et la dépollution du site de Cellatex et de ses bassins de décantation ; le développement du tourisme qui s’est manifesté par l’inauguration de l’Office de Tourisme Communautaire à Vireux-Wallerand qui a déjà vu défiler 13.000 visiteurs, par la poursuite des aménagements du parc Terr’Altitude à Fumay ou encore par 550 locations de bateaux électrique ; la gestion des piscines qui s’est traduite par 12.908 entrées payantes à celle de Fumay et par 10.229 à celle de Vireux-Wallerand ainsi que par la construction au centre aqualudique de Rivéa d’un nouveau parking de 91 places, d’un accès piétonnier pour aller à Fromelennes, de sanitaires extérieurs et de locaux technique ; l’action sociale qui a vu notamment 369 étudiants recevoir 298.262 euro dans le cadre du dispositif ACCES ou encore le lancement d’un système d’aide à la mobilité sur le territoire communautaire dont bénéficient 67 personnes de plus de 65 ans ainsi que 5 titulaires des minima sociaux ; la solidarité envers les communes qui s’est traduite par le versement de 13.032.556 euro, soit 50 % du produit de la fiscalité communautaire.

Bref, de quoi justifier, en attendant que les prises de compétence "gens du voyage" et "petite enfance" ne fassent sentir leurs effets, les 34.004.483 euro de budget et les 108 emplois directs de la Communauté de communes, ainsi que les 52 emplois fournis par les structures qu’elle a mises en place et financées! Evidemment, dans cette intercommunalité parfaite qui nous a été présentée, il n’a été à aucun moment question de la division par 2 du nombre de tournées de collecte des déchets, pas plus que du déficit des 3 piscines estimé à 1,4 millions ou encore de la fermeture d’entreprises ayant largement bénéficié d’aides financières communautaire. Une présentation à sens unique donc, que l’on appelle dans le jargon des spécialistes de la communication du marketing politique, et dans le mien qui est beaucoup plus direct de la propagande. Mais il ne faudrait surtout pas croire que cette soirée a été inutile.

Le meilleur est arrivé à la fin avec le discours de Bernard Dekens qui nous a fait 4 révélations : son opposition, que je partage, à l’entrée dans l’intercommunalité de Revin au prétexte qu’elle générerait beaucoup de dépenses, ce qui entraînerait une diminution des services actuels et de la redistribution aux communes ; sa volonté de désenclaver le territoire par le soutien au développement du port qui a reçu cette année une 2ème grue, pour faire face à un trafic de 152.690 tonnes de sortie et de 120.800 tonnes d’entrée, et un hangar pour stocker la fonte importée, ainsi que par la recherche d’un accord avec la Belgique pour la réouverture de la ligne ferroviaire Givet-Dinant qui s’annonce difficile si on en juge par le report à septembre du colloque prévu au Parlement wallon sur le sujet ; sa conviction que le tourisme constitue la 2ème voie de développement de notre territoire puisque "la Meuse présente l’avantage d’être non délocalisable", ce qui me semble-t-il est le cas de tous les cours d’eau, y compris de ceux qui bénéficient de cieux plus cléments pour les touristes et qui se comptent par dizaines ; sa détermination à entreprendre les démarches nécessaires pour que le 3ème EPR français soit construit à Chooz puisqu’il estime que le faible débit de la Meuse est un faux problème aisément solutionnable en arrêtant la centrale en période d’étiage. Au final, cette soirée a montré qu’entre le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté, nos dirigeants communautaires ont choisi le 2ème, ce qui est en soi louable à condition que le volontarisme affiché n’aboutisse pas à refuser de prendre en compte les réalités dans lesquelles nous vivons.
LB

5 commentaires:

Ophélie a dit…

Ca lui va bien la propagande à notre cher président de la comcom... Lui aussi ne montre toujours (ou presque) qu'une seule face de lui-même; ce qui est bien malheureux pour ceux qui votent pour lui lors des municipales notamment! Enfin, ce vieil ami a l'air capable de faire des choses pas trop mal... seulement lorsqu'il s'agit de mettre en avant le "positif"!
Les deux derniers arguments de son discours me laissent sceptique: Le tourisme en 2ème position, mouais il y croit de trop! Le troisième EPR il y croit encore plus et pourtant ce n'est pas sur ça qu'il faut compter apparemment...
Enfin, c'est sûr que mon avis est très subjectif et a tendance à être négatif étant donné ma grande admiration pour le personnage qui animait la soirée!
Franchement Mr Bouvier, vous y croyez vous aux 13.000 visiteurs à l'office du tourisme?
Personne n'a intervenu lorsqu'il a parlé du troisème EPR?

mrc-08 a dit…

Les 13.000 visiteurs à l'office de tourisme communautaire qui regroupe les anciens offices de tourisme de Givet, Vireux, Haybes et Fumay, c'est très probable. Mais cela ne veut pas dire qu'il s'agit de touristes venus de l'étranger pour dépenser beaucoup sur notre territoire. Il peut aussi s'agir de personnes des environs cherchant une animation pour occuper un week-end.

Les 2 derniers points du discours te laissent sceptiques. je te trouve très optimiste puisque pour moi ce sont les 3 derniers qui posent problème.La réouverture de la ligne Givet-Dinant est un vieux serpent de mer dont ne veulent pas les Belges qui ont compris qu'ils devraient assumer un déficit structurel de fonctionnement même si la France prend en charge la moitié du coût de rénovation de la ligne. La Meuse, atout touristique majeur non délocalisable, c'est vrai ... mais ce l'est tout autant de l'Ardèche et de ses gorges, du Tarn, du Verdon, du Gard, de la Loire et de bien d'autres beaucoup mieux situés! quant au 3ème EPR, il faut bien prendre en compte les données naturelles et accepter que le débit de la Meuse est, en l'état actuel de l'avancée de cette technologie nucléaire, insuffisant. Par ailleurs, je suis gêné d'entendre comme argument que cet EPR serait destiné à exporter de l'électricité : le nucléaire est aujourd'hui indispensable, mais il pose un certain nombre de problèmes et je ne vois pas pourquoi la France aurait vocation à être la poubelle nucléaire de l'Allemagne.
LB

Guillaume a dit…

En ce qui me concerne je pense que le site du CNPE de Chooz ne convient pas au modèle d'EPR que les pouvoirs publics cherchent à développer (et donc à vendre). Un site fluvial poserait entre autres le problème de la construction de nouveaux aeroréfrigérants...
Le recours à une économie touristique montre bien à mon avis l'absence criante de solutions solides, il semblerait que nos édiles aient bien du mal à faire face à une situation qui devient terriblement inquiétante.
La ligne Givet-Dinant est un mirage électoral, bien trop souvent employé, par les (malheureux) candidats aux élections municipales, les structures intercommunales, et même il y a quelques années par nos élus. Il s'agit en quelque sorte de donner un peu d'eau aux Givetois pour faire passer la pilule... En cela je suis tout à fait d'accord avec vous, Mr Bouvier (J'ai hésité à vous tutoyer, le rapport professeur-élève est maintenant obsolète ! ^^), on peut ici blâmer le manque de courage politique dont a fait preuve Mr Dekens, en nous chantant cette vieille rengaine.

Car ce qui me semble inquiétant, dans ce discours de Monsieur le Président de la Com-Com, c'est cet insolent positivisme, cette positive attitude (comme l'aurait dit un ancien Premier Ministre) excessive qui vise à ignorer que Givet et son canton traversent une crise qui n'épargne personne, qui a commencé bien avant que Messieurs Lehman, Kerviel et Madoff (entre autres) ne fassent exploser le système économique international. La Pointe est saignée économiquement et démographiquement, les principaux employeurs sont partis ou fortement menacés, et malheureusement aucun ne vient les remplacer.

Je crois qu'il faut s'inquiéter au plus au point de l'avenir des Ardennes, s'alarmer de l'absence de médiatisation du dépérissement ardennais et dénoncer l'attitude des barons locaux, de droite comme de gauche, dont le stoïcisme risque d'exaspérer plus d'un de leurs administrés.

mrc-08 a dit…

Mon cher Guillaume,
Comme tu le fais si bien remarquer, le rapport professeur-élève a disparu. Par conséquent, le tutoiement ne pose aucun problème, surtout entre gens de Gauche pour lesquels c'est pratiquement une règle.
Sur le fond, nous avons donc les mêmes analyses, sauf que je ne parlerais pas de manque de courage de la part de Bernard Dekens, mais plutôt de manque d'inventivité.

Ton expression d'insolent positisme est excellente. Cest exactement l'impression que j'ai eue vendredi soir. Il ne faudrait avoir aucune crainte, aucune peur,alors que nos usines ferment et que nos jeunes sont contraints de partir. Franchement, cela relève soit du bourrage de crane, soit de l'autisme. Mais une chose est sûre, c'est que cette attitude est de moins en moins appréciée par les habitants que je peux cotoyer et elle annonce des lendemains pas forcément faciles pour nos baronnets locaux, qu'ils soient de Droite ou de Gauche et qui devront un jour rendre compte de leurs actions.
LB

Ophélie a dit…

Ce qui est bizarre avec les habitants qui se disent "mécontents", c'est qu'ils en parlent entre eux, ils critiquent, dénigrent etc... mais lorsqu'il s'agit de voter bahh il n'y a plus personne (ou presque) pour aller contre!
La "positive attitude" (je cite), soyons zen! Mais bien sûr il s'en fiche lui (enfin il n'y a pas que lui qui parle ainsi) il a sa propre pharmacie, perçoit une prime à vie pour sa fonction de maire maintenant,et cerise sur le gâteau il est président de la comcom (il doit être payé pour ça non?)!! Niveau financier tout baigne pour lui!
Pourtant, il ferait mieux d'arrêter de penser à sa petite personne, j'allais dire qu'il devrait aussi réfléchir à ce qu'allait devenir sa "fille" (oui entre guillemets ^^) mais certainement lui réserve-t-il une bonne place à la comcom!

Au lieu de tout faire pour conserver sa population et "garder" les jeunes, on a l'impression que la politique menée dans les Ardennes consiste à les expulser!

Pour ce qui est du tourisme, si les belges venant faire le plein de packs d'eau dans les supermarchés de la Pointe ainsi que ceux qui viennent faire trempette à Rivéa (sans eux j'ose même pas imaginer le montant du déficit) sont considérés comme touristes par nos dirigeants, alors là je n'ai pas la même notion du tourisme qu'eux!