Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 25 février 2009

Aubrives : nos délégués communautaires s'illustrent par leur absentéisme et leur inaction


Vous savez, si vous faites partie des lecteurs assidus de ce modeste blog qui a pour seul but d'apporter un éclairage sur les sujets concernant les Ardennes et les territoires qui constituent ce département, que la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse est experte en communication. Mais elle ne se limite pas seulement à cela! Conformément aux dispositions ayant trait à la publicité des actes réglementaires des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale, elle fait aussi de l'information en mettant à la disposition du public chaque semestre un recueil de ses actes administratifs. Ce gros document, rédigé de façon sèchement administrative, est particulièrement indigeste mais il mérite d'être consulté au vu de la multitude de renseignements qu'il contient : ventilation des recettes et des dépenses de l'intercommunalité, liste des axes stratégiques adoptés pour les prochaines années, bilan chiffré des activités phares comme le centre aqualudique Rivéa et le parc Terr'Altitude ... et positions publiquement défendues par les délégués communautaires qui sont au nombre de 2 par commune. Je reconnais volontiers que tous ces éléments, qui sont autant de clefs pour comprendre les évolutions à venir de notre territoire, intéressent l'esprit curieux que je m'efforce de rester. Cependant, en qualité d'élu municipal à Aubrives, vous comprendrez que j'attache une importance particulière à l'action des délégués communautaires de cette commune, à savoir le duo de chasseurs de subventions constitué du maire, Gilbert Leclercq, et de son fidèle 1er adjoint, Fabien Prignon.

Lors de mon premier compte-rendu de leur activité au sein de la Communauté de communes, j'avais conclu que le bilan était décevant puisque, au delà de leur mutisme lors des Conseils communautaires, ils n'avaient obtenu que des fonctions de second plan. Par optimisme, je pensais que ce démarrage poussif rappelant les diesels des années 1970 était dû à une légère inhibition s'expliquant par leur manque d'habitude de côtoyer des décideurs politiques. Logiquement, le second semestre 2008 ne pouvait donc être que meilleur. Hélas, entre la logique et la réalité, il y a parfois plus d'un pas! Ainsi, pour respecter l'axe 3 du programme de la liste "un nouvel essor pour Aubrives" prévoyant "une participation plus fructueuse au sein de la Communauté de communes", nos 2 représentants n'ont rien trouvé de mieux que de jouer les délégués communautaires à mi-temps en n'étant présents qu'à 3 des 6 conseils qui ont eu lieu. Concernant Gilbert Leclercq, j'aurais tendance à dire que ce n'est pas grave puisqu'il s'est systématiquement fait remplacer par une des 2 déléguées suppléantes. Par contre, je n'aurai pas la même indulgence pour Fabien Prignon qui, certes, s'est toujours excusé de ses absences, mais ne s'est jamais fait suppléer, ce qui a réduit de fait le poids de notre commune dans la prise des décisions communautaires. Je me souviens qu'il avait critiqué la méthode de "Monseigneur Bouvier", consistant d'après lui à prendre la parole à tort et à travers pour avoir son nom inscrit sur un procès-verbal. Je ne peux donc m'empêcher de lui faire remarquer que, pour prendre la parole, il faut d'abord être présent ... et si possible à l'heure, contrairement au Conseil communautaire du 30 décembre auquel il n'a assisté avec son alter ego qu'à partir du 27ème point sur les 42 inscrits à l'ordre du jour! Pour moi, cette attitude est bien peu respectueuse du partenaire que l'on compte mettre à contribution financière et je crains fort qu'elle n'entraîne des désillusions.

La présence de nos délégués communautaires ayant été erratique, peut-être a-t-elle été compensée par une activité intense ? Ce serait trop beau! En six mois, je n'ai relevé aucune intervention en Conseil communautaire, pas plus que la moindre question orale alors que cette possibilité d'expression est prévue dans le règlement intérieur. Pourtant, la séance du 22 octobre aurait dû faire sortir notre unique délégué présent de son mutisme lorsque, à l'occasion du débat sur l'éventuelle instauration d'une taxe d'enlèvement des ordures ménagères, Michèle Marquet, maire de Chooz, a souhaité un système plus égalitaire de ramassage pour toutes les communes : il aurait alors pu et dû défendre le point de l'axe 3 de son programme annonçant "la remise en cause du nouveau système de collecte des déchets ménagers qui prévoit une seule tournée de ramassage par semaine". Il n'en a rien été, hélas! L'honnêteté m'oblige cependant à reconnaître que ce semestre n'a pas été totalement vide puisque Gilbert Leclercq a obtenu une promotion en passant de délégué suppléant à délégué titulaire de la Communauté de communes auprès du Syndicat Mixte du Pays des Vallées de Meuse et Semoy. Il a aussi fait preuve d'un courage étonnant en s'abstenant sur une subvention à l'aménagement d'hébergements touristiques à Chooz. Peut-être peut-on y voir un début de commencement d'affirmation qui ne demande qu'à être confirmé. En attendant, une chose est sûre : dans 6 mois, j'irai compulser le nouveau recueil des actes administratifs et je continuerai à faire mon devoir en informant la population d'Aubrives des actions de ceux qui ne sont que ses délégués chargés de défendre ses intérêts.
LB

4 commentaires:

Ophélie a dit…

Je n'en avais jamais entendu parler de ce recueil! Qu'en est-il du bilan de Rivéa et de Terr'Altitude? Bizarre, maintenant que j'y repense: hier l'Ardennais publiait un article sur le bassin extérieur de Rivéa! C'est exceptionnel, un bassin extérieur accessible par n'importe quel tps n'est-ce pas? Enfin, je me demande si c'est article est paru tout a fait au hasard seulement quelques jours après ce recueil ou bien s'il n'a pas pour but de faire de pub! De plus en plus déficitaire Rivéa?
Les absents ont toujours tort parait-il! N'attachent-ils aucun intérêt à leur commune? Pourquoi avoir voulu obtenir le statut de délégué communautaire s'ils ne sont pas capable d'être présent lorsqu'il le faut et d'agir comme il se doit pour défendre leur commune? J'ai la vague impression que les dirigeant ardennais sont souvent cités pour leurs absences! Enfin tant que c'est physique ce n'est pas encore trop alarmant, on finit par s'y habituer...
Il faut bien que quelqu'un aille consulter ce recueil et ça ne m'étonne même pas que se soit vous! Malheureusement le constat ne plaît pas toujours d'où la naissance d'expressions telles que "Monseigneur Bouvier"!
Ce n'est pas vous qui aviez dit "La vérité finit toujours par s'imposer"? En voilà une nouvelle fois la preuve, mais comme la vérité blesse c'est encore et toujours sur la même personne que ça va retomber...

H.S : en me balandant dans Aubrives hier j'ai vu à côté des cours de tennis (enfin si on peut encore les qualifier ainsi) qu'il y avait un terrain "vierge" et devant une pancarte affichant "Décharge interdite". Y-a-t-il un projet de construction?
(Par curiosité ^^)

vigie08 a dit…

Faut pas s'étoner si ils y vont pas à la communauté de commune, c'est pas payé. Sinon, vous pouvez me croire, ils courraient comme des lapins. Et puis, ça doit pas etre amusant pour eux d'avoir en face d'eux des gens qui peuvent leur donner des leçons sur tout

mrc-08 a dit…

A ma connaissance, il n'y a pas de projet de construction sur ce terrain. A priori, il semble idéal pour implanter un bâtiment important, mais il faut savoir qu'il s'agit d'une ancienne décharge (avec tout ce que cela induit comme conséquence négative en terme de pollution du sol) et qu'avant, c'était un terrain marécageux où la jeunesse aubrivoise se rendait pour aller voir des crapeaux, des tétards et autre animaux de ce genre. Les contraintes seraient donc trop importantes pour y construire quelque chose, sauf à y mettre des moyens financiers colossaux que la municipalité ne possède pas.
LB

julie a dit…

Quand on représente une commune, on doit le faire correctement. La moindre des politesses est d'être présent à toutes les réunions et d'y arriver à l'heure. Quelle image ils vont avoir à la communauté de commune d'Aubrives et de ses habitants ? C'est quand meme malheureux des bêtises comme ça