Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 6 mai 2010

L'édito de Jean-Pierre chevènement : un candidat républicain


"Avec la crise grecque, ce sont les illusions de Maastricht qui se sont révélées en plein jour. Le pari fait sur la monnaie unique était un pari sur le fédéralisme. Maastricht en ignorant les nations et les réalités qu’elles recouvrent était bâti sur le sable. Aujourd’hui il faut refaire l’Europe à partir des nations.

Ou bien la raison des nations triomphera et on pourra sortir de cette crise par le haut avec une initiative de croissance européenne qui tempérera la cure de rigueur excessive administrée à la Grèce. En d’autres termes, l’Allemagne qui exporte 50 % de sa production cessera de comprimer comme elle le fait depuis dix ans sa demande intérieure. Une politique de déflation salariale compétitive décidée unilatéralement ne constitue pas en effet une stratégie coopérative à l’échelle de l’Europe. Elle ne répond pas non plus à l’intérêt de l’Allemagne qui exporte plus de 40 % de sa production vers la zone euro. Ou bien donc une stratégie coordonnée de croissance pourra être définie à l’échelle de la zone euro ou bien à défaut de ce gouvernement économique intelligent de la zone euro, celle-ci à plus ou moins long terme sera vouée, à travers une récession générale, à l’éclatement. Celui-ci pourrait être maîtrisé à travers une monnaie commune réservée aux transactions extérieures, chaque pays retrouvant en interne sa monnaie et une marge de flexibilité.

Le MRC ne prendra pas argument de sa lucidité rétrospective pour prôner la politique du pire, non que nous ayons modifié nos analyses sur la monnaie unique, mais celle-ci est devenue une réalité depuis 1999. Plutôt que d’ouvrir la voie à une nouvelle étape chaotique de la crise, nous préférons prôner les remèdes qui nous paraissent les plus efficaces : initiative de croissance européenne dans le cadre d’une réforme du système monétaire international fondé sur des parités fixes et ajustables, strict contrôle des marchés financiers, taxation voire contrôle des mouvements de capitaux, écluses sociales et environnementales en vue d’instaurer une concurrence équitable. Là est la voie de la responsabilité. Restons fidèles à nous-mêmes en adaptant notre discours. Le MRC souhaitera - j’en suis sûr, mais c’est une décision de son Congrès - « une sortie par le haut » sans se dissimuler la difficulté de l’exercice vis-à-vis de notre partenaire allemand, très attaché à l’« ordo-libéralisme » et qui entend imposer ses choix.

Le parti socialiste élabore son programme. A côté de propositions raisonnables ainsi en matière fiscale, on trouve une naïveté fondamentale étonnante : le parti socialiste parle ainsi « d’écluses sociales et environnementales » aux frontières de l’Europe. Fort bien. Mais il ne s’avise pas de la profonde incohérence de ces propositions avec le traité de Lisbonne que ses parlementaires dans leur majorité ont approuvé, ni du contenu du programme du « parti socialiste européen » (PSE) auquel il participe. Qu’il se fasse entendre d’abord au sein du PSE, s’il ne veut pas encourir encore une fois le soupçon du double langage. Nous réclamons une franche rupture avec le social-libéralisme dans lequel, depuis 1983, le PS a fourvoyé la gauche et la France avec elle. Or, nous ne trouvons dans le document publié par le PS pas une once d’autocritique et pas le plus petit commencement d’une analyse de la crise de la globalisation libérale. Ce n’est pas une découverte : le PS et le MRC ne sont pas sur la même ligne. C’est pourquoi il est difficile d’imaginer, à moins d’une rupture claire du PS avec son orientation social-libérale, que nous puisions accepter d’être écrasés dans des « primaires » où nous perdrions toute influence pour modeler la suite.

C’est pourquoi la motion adoptée par le Conseil National du MRC du 28 avril proposera au Congrès de Paris des 26 et 27 juin prochains de créer les conditions qui nous permettront de voter pour un candidat « républicain », capable de sortir la France de l’ornière sociale libérale et d’ouvrir pour elle et pour l’Europe un nouveau chemin. C’est le sens du programme de salut public adopté par notre Conseil National. Pour ouvrir ce nouveau chemin, il faut d’abord créer dans l’esprit public l’espace dans lequel pourra surgir le candidat républicain qui permettra à la gauche et à la France de reconquérir leur destin."

(Citoyens militants, le bulletin du MRC, mai 2010)

Aucun commentaire: