Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 18 juin 2011

Et si on réapprenait à dire NON ?

Aujourd’hui, c’est la commémoration du 71ème anniversaire de l’appel lancé par le général de Gaulle sur les ondes de la BBC. Que trouve-t-on de si exceptionnel dans ce texte pour qu’aussi longtemps après, en plus de figurer en bonne place dans de nombreux livres d’histoire, on le célèbre toujours dans toutes les communes de France et de Navarre ? Tout simplement une exhortation adressée à tous les Français, dont l’armée venait à la surprise générale d’être écrasée en à peine 6 semaines par les troupes hitlériennes, à ne pas se résigner à accepter la défaite puisque des forces considérables – l’empire colonial français, le Royaume Uni et ses dépendances dispersées à travers toute la planète, les Etats-Unis et son gigantesque potentiel industriel – pouvaient encore être utilisées pour poursuivre le combat avec des chances réelles de l’emporter. Autrement dit non pas seulement un cri du cœur, mais un cri de la raison pour amener les Français à regarder plus loin que le bout de leur nez et à prendre conscience que la situation immédiate, certes désastreuse, n’était pas forcément définitive. Bref, un plaidoyer pour dire NON au renoncement !

Aujourd’hui, dans la société consensuelle dans laquelle on vit, à l’heure où le politiquement correct est devenu roi, cet appel qui fit entrer le général De Gaulle dans l’histoire fascine de très nombreuses personnes qui, par ailleurs, s’accommodent très bien du formatage intellectuel qu’elles subissent et qui les amène à dire OUI à tout ce qui les entoure. Est-ce à dire que tout est parfait ou simplement acceptable dans notre monde ? Certains l’affirmeront sans doute, mais pas le MRC 08 qui estime nécessaire de dire NON à un certain nombre de situations considérées aujourd’hui comme irrémédiables : la mondialisation telle qu’elle est menée, qui aboutit à l’exploitation des pauvres des pays pauvres par les pauvres des pays riches pour le plus grand bénéfice des riches de toute la planète ; la construction européenne actuelle qui fait la part belle à une technocratie qui a décidé de s’asseoir sur la volonté des peuples, même lorsqu’elle est exprimée de façon démocratique par des votes ; la remise en cause en France du pacte républicain mis en place à la Libération par des mesures qui demandent toujours plus de sacrifices aux personnes défavorisées alors que les cadeaux aux plus riches se multiplient ; la désindustrialisation des Ardennes qui laisse sur le carreau un nombre de plus en plus élevé d’ouvriers dont l’horizon se limite à l’alternance de petits boulots et de longues périodes de chômage ; les dérives de certains élus locaux qui se comportent plus en petits seigneurs, pour ne pas dire en potentats, qu’en véritables représentants de la population qui les a désignés...

Bien sûr, la liste des réalités actuelles auxquelles il faudrait oser dire NON est infiniment plus longue que ces quelques exemples. Utopique, irréaliste, impossible êtes-vous certainement en train de penser, mais sincèrement l’est-ce plus que ce que De Gaulle appelait à refuser dans son fameux appel du 18 juin 1940 ?

Aucun commentaire: