Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 30 janvier 2012

Charlemont : on en parlait déjà il y a tout juste 97 ans !

Depuis la fermeture du CEC en 2009, l’avenir des 90 hectares de la forteresse de Charlemont qui surplombe le quartier du grand Givet et la rive gauche de la Meuse fait l’objet de débats passionnés. Parmi les pistes envisagées, les plus farfelues ont été vite abandonnées comme, par exemple, le développement d'une "école entrepreneuriale" destinée à former pendant trois mois un public d’anciens salariés et de cadres de tous niveaux aux impitoyables conditions actuelles de l’exercice managérial. D’autres, au premier rang desquelles figurait l’implantation d’une ferme photovoltaïque sur le plateau d’Asfeld, ont fait l’objet d’investigations plus poussées mais elles se sont heurtées à des obstacles tels qu’elles n’ont pas pu se concrétiser. Si bien qu’aujourd’hui, le seul projet connu restant en lice est celui du belge Jan Cuylits, propriétaire du parc d'aventures de Heer-Agimont où il se trouve actuellement à l’étroit, qui souhaiterait ouvrir un complexe permettant la pratique de diverses activités ludiques comme le paint-ball, le laser game, le tir à l’arc ou encore les randonnées en 4x4 et en quads. Une idée qui en vaut bien une autre, d’autant qu’elle permettrait, dans l’hypothèse la plus optimiste, la création de 100 emplois en l’espace de cinq ans !

Toutefois, qu’il soit permis au MRC 08, au cas où ce projet devrait se concrétiser, d’émettre un souhait : la reprise des visites des monumentales fortifications de la pointe est, qui attiraient chaque année plus de 2.000 touristes en deux mois seulement, et qui permettaient de rappeler le rôle militaire joué par cette forteresse. Sans vouloir faire parler les morts, c’est certainement le vœu qu’aurait fait l’institutrice givetoise Laure Lallemand qui a publié, dans l’édition du 24 au 30 janvier 1915 de "l’Ardennais de Paris" – le journal hebdomadaire de la fraternelle ardennaise – le superbe poème tout en alexandrins que voici :  
  
Le Vingt-trois Août 1914

Givet déjà s’éveille, et tout hérissé
Attend que vienne enfin sa poignante odyssée…
Soudain, par un fracas de canon et de fer,
La paisible cité fait envie à l’enfer.

Les coteaux endormis qui rêvaient dans la brume
Résonnent, étonnés ; le ciel rouge s’allume
Et des reflets sanglants montent vers Agimont.
Et s’enfle et retentit la voix de Charlemont.

Les morts, si bien couchés, qui dormaient sous la terre,
Se demandent, hagards, quel étrange tonnerre
Vient à ce point troubler leur infini repos
Et fait frémir d’horreur le calme de leurs os.

C’est l’âme de Vauban qui se révolte et tonne,
Et veut anéantir la traîtrise teutonne
Délivrer l’opprimé se courbant sous le faix
Et rendre à l’univers une éternelle paix !...

2 commentaires:

charlemont a dit…

Oui, cela n'a pas duré très longtemps, mais on s'est bien battu en 1914 dans les rues de Givet et dix maisons y ont été détruites en plus du village d'Agimont... Espérons qu'on pourra utiliser un peu ce magnifique site !

charlemont a dit…

Oui, cela n'a pas duré très longtemps, mais on s'est bien battu en 1914 dans les rues de Givet et dix maisons y ont été détruites en plus du village d'Agimont... Espérons qu'on pourra utiliser un peu ce magnifique site !