Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 8 janvier 2012

Givet : l’heure de vérité a sonné pour les protections anti-inondation !

En 2011, la météo s’est montrée particulièrement capricieuse dans les Ardennes ! Après un hiver exceptionnellement neigeux, qui a fait le bonheur des plus jeunes mais qui a été un véritable cauchemar pour les automobilistes et pour les autorités chargées de l’entretien des routes, le printemps a connu une sécheresse extrêmement prononcée avec seulement 48 millimètres de pluie pour les 3 mois de mars, avril et mai contre une moyenne de 181 millimètres au cours des 40 dernières années. Puis l’été, supposé être la saison la plus agréable de l’année, a été littéralement pourri avec des trombes d’eau qui ont pris un malin plaisir à se déverser les week-end, gâchant ainsi la quasi-totalité des animations prévues en plein-air. Enfin, l’automne, plus ensoleillé qu’à l’accoutumée, a renoué avec la sécheresse printanière qu’il a même accentuée puisque seulement 11,4 millimètres de pluie sont tombés au mois de novembre, ce qui en a fait le moins le plus sec des 4 dernières décennies, très loin des 27,6 millimètres du précédent record datant de 1995.

Un bilan climatique hors du commun donc, avec un déficit hydrique plus ou moins marqué pour 10 des 11 premiers mois de l’année ! Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à ce que tous les indicateurs concernant aussi bien les nappes phréatiques que les cours d’eau se soient alors retrouvés au rouge. Cette situation inhabituelle n’a bien sûr pas été sans conséquences. Parmi elles, outre l’impossibilité de rouvrir la navigation sur la Meuse le 20 novembre, à l’issue de la traditionnelle période de chômage destinée à réaliser les indispensables travaux d’entretien de ce cours d’eau canalisé, on trouve notamment le report de quelques jours de la remise en activité du réacteur de la centrale nucléaire de Chooz B qui avait été arrêté pour procéder au changement de son combustible. Plus grave encore, 4 villages – Authe, Elan, Hargnies et Williers – se sont retrouvés dans l’obligation de faire appel à un transporteur agréé afin d’approvisionner leur population en eau potable par camion-citerne et une demi-douzaine d’autres, comme par exemple Hannogne-Saint-Rémi et Dom-le-Mesnil, tendaient le dos en espérant la venue rapide de précipitations.

Le moins que l’on puisse dire est que leur attente n’a pas été vaine puisque le mois de décembre s’est révélé exceptionnellement pluvieux avec 217 millimètres de précipitation contre 126 en moyenne depuis 1971. Certes, c’est moins que le record de 289 millimètres atteint en 1993, mais avec 23 jours plus ou moins arrosés il n’a jamais aussi souvent plu en décembre que cette année. La préfecture, malgré les prédictions alarmistes de certains Cassandres que le MRC 08 connaît bien, n’a donc pas eu à classer les Ardennes en état de sécheresse avancée ! Bien au contraire, après un premier débordement limité des cours d’eau à la mi-décembre, c’est à une inondation plus conséquente que l’on a actuellement à faire. Une de plus, dira-t-on dans de nombreux endroits, mais pas à Givet où elle est l’occasion de tester en vrai l’efficacité des protections anti-inondations qui ont été construites à grand frais ces dernières années , et tout particulièrement celle des murs amovibles en aluminium qui ont déjà été installés au point le plus bas de la ville, à savoir le quai de Rancennes, comme vous pouvez le voir sur les photo ci-après : 

Aucun commentaire: