Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 22 février 2008

Canton de Givet: les mathématiques revues et corrigées par Claude Wallendorff


Finalement, à bien y réfléchir, il n'existe que 2 types de campagne électorale: la campagne de terrain, qui consiste à se présenter directement au maximum d'électeurs là où ils vivent, à leur proposer de la main à la main un programme qui prenne en compte leurs attentes au lieu de se limiter à quelques généralités et à prendre le temps de les écouter parler des problèmes qui les touchent au quotidien ... et la campagne-éclair qui consiste à passer un article de présentation dans le journal local le plus lu, à faire distribuer par des personnes plus ou moins convaincantes une propagande électorale de qualité variable et à tenir des réunions publiques en série aboutissant dans le meilleur des cas à prêcher à des convaincus et dans le pire à faire les cent pas en attendant désespérément la venue d'un électeur. Laquelle est la meilleure? A priori la première, dans la mesure où elle prend davantage en compte les citoyens. C'est la raison pour laquelle elle a été choisie par les 3 candidats présentés par le MRC-08 aux élections cantonales. Toutefois, nous comprenons très bien que d'autres candidats, handicapés par une disponibilité moindre, bénéficiant d'une notoriété déjà très forte ou possédant une capacité de travail plus faible aient opté pour la 2ème. Nous le comprenons d'autant plus que nous nous sommes rendus compte que la 1ère était tributaire de 2 aléas: les conditions climatiques qui ne sont pas toujours propices à l'arpentage des rues et l'état de santé des candidats qui peut malheureusement être temporairement défaillant.

A notre grand regret, ce dernier aléa vient de toucher Laurent Bouvier, notre candidat sur le canton de Givet. Que ses adversaires ne se réjouissent cependant pas trop vite: la maladie qui le touche est bénigne et si elle affaiblit ses capacités physiques, elle n'affecte pas ses capacités intellectuelles et encore moins son engagement dans la campagne électorale. Empêché d'aller à la rencontre des électeurs, notre 1er secrétaire a ainsi utilisé ces 2 dernières journées à s'informer sur les programmes de ses concurrents. Il s'est donc connecté sur le site de campagne de l'apolitique de Droite Claude Wallendorff et a pu l'éplucher sous tous les angles. Techniquement, il n'a rien à lui reprocher. Par contre, sur le fond, un chiffre a surpris notre candidat: la population de canton serait estimée à 17.008 habitants, soit 11% de plus que les 15.123 habitants qu'il a fait figurer sur son propre programme! Un tel écart est impossible. Une vérification s'imposait donc et elle était d'autant plus facile que la population des 12 communes du canton figurait en bas de la même page du site: les touches de la calculatrice de service ont aussitôt chauffé et après de multiples contrôles le chiffre est obstinément ressorti à ... 15.123. Petite satisfaction personnelle sans aucun intérêt pour le candidat du MRC-08, êtes-vous certainement en train de penser. Eh bien non! Pourquoi? D'abord parce que Claude Wallendorff a exercé la noble fonction de professeur de mathématiques et qu'il est légitime d'attendre de lui une maîtrise parfaite du calcul élémentaire. Ensuite et surtout parce que ce chiffre de 17.008 habitants fausse complètement la vision que l'on peut avoir de notre canton: ce serait un territoire en essor démographique, signe d'une situation économique acceptable alors que c'est en réalité une territoire en déclin démograhique souffrant de difficultés économiques très fortes.

Ceci dit, que nos lecteurs se rassurent. Après avoir discuté directement avec l'intéressé (vous choisirez bien sûr l'acceptation du terme qui vous paraîtra la plus appropriée!), notre candidat a eu le fin mot de l'affaire: l'addition aurait été réalisée par son fils! Cela prouve, comme chacun le sait depuis l'assassinat de César par son fils Brutus, que l'on est jamais trahi que par ses proches. Sans vouloir créer d'inquiétudes excessives, un peu de vigilance s'impose donc, surtout si l'on songe que César et Claude commencent par la même initiale. Pour autant, il n'est pas nécessaire à Claude Wallendorff de verser dans une contrition exagérée puisqu'un autre candidat a démontré que le monopole de la maladresse ne lui était pas réservé. Lequel? André Majewski, le représentant du Parti communiste, qui s'est félicité dans un tract de la "résurrection" du port de Givet: voilà qui devrait se faire retourner dans sa tombe Karl Marx qui aurait sans aucun doute préféré le terme moins religieux de "renaissance"...

Aucun commentaire: