Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 16 février 2008

Canton de Givet: l'aveu de Claude Wallendorff


Hier, comme tous les vendredi, c'était le jour du marché à Givet. Comme d'habitude, les clients, désireux de faire de bonne affaires (en ces temps de baisse de pouvoir d'achat, c'est bien compréhensible!) et de s'approvisionner en fruits et légumes frais, étaient nombreux et les observateurs attentifs ont pu remarquer parmi eux un habitué: Laurent Bouvier, notre candidat aux élections cantonales. Comme d'habitude, les marchands pestaient contre la conjoncture et le froid matinal qu'ils accusaient d'être à l'origine de leurs mauvaises ventes. Comme d'habitude à quelques semaines des élections, les entrées du marché et son point central situé près de l'hôtel de ville étaient envahis par des militants qui distribuaient des tracts à des passants souvent indifférents. Cédant à sa curiosité d'esprit naturelle, notre candidat a pour sa part accepté volontiers de prendre la littérature qui lui étaient proposée par les représentants des 2 postulants au siège de maire de Givet: l'apolitique de Droite Claude Wallendorff et l'apolitique de la Gauche molle Luc Declef.

Après une lecture attentive, l'honnêteté de notre 1er secrétaire l'a amené à reconnaître que les 2 tracts étaient très loin d'être du même niveau. Pour lui, le 2ème se limite à une scénette qui se veut humoristique, à une simple reprise de critiques faites par la Cour des comptes il y a déjà quelques années à la gestion municipale et à quelques propositions tellement générales qu'elles pourraient être formulées par n'importe quel candidat de n'importe quelle parti politique dans n'importe quelle commune de France! Par contre, le 1er lui parait malgré nettement plus intéressant: sur la forme, son aspect luxueux est la démonstration flagrante du positionnement à Droite de la liste "servir Givet"; sur le fond, la présentation pleine de dynamisme des colistiers sur un fond bleu qui en dit plus long que bien des discours est très réussie, les grandes orientations du programme à venir laissent présager une prise en compte de tous les quartiers et de toutes les composantes de la population givetoise et le rappel de "l'itinéraire de Claude Wallendorff de Haybes à Givet" (petite précision du MRC-08: les 2 villes sont distantes d'à peine 20 kilomètres, ce qui s'appelle de la petite randonnée et non pas un périple ou une pérégrination dont chacun sait qu'ils ouvrent l'esprit sur le monde qui nous entoure...) dresse sans exagération la liste des qualités dont celui-ci peut se prévaloir. Surtout, l'adresse à la population signée Claude Wallendorff a le mérite de révéler la raison réelle de sa candidature aux élections cantonales puisqu'il dit: "De mon côté, je serai en retraite en 2009. J'ai décidé de profiter du temps libre que j'aurai pour être candidat au poste de Conseiller Général du canton de Givet. Je le fais pour pouvoir faire avancer plus vite au Conseil Général les grands dossiers qui concernent Givet, lesquels n'ont pas beaucoup progressé ces dernières années. Il est temps de réagir et de leur donner une nouvelle impulsion. Cela sera bénéfique pour notre ville de Givet".

La vérité est enfin dévoilée! De la même façon que Claude Wallendorff n'est pas un candidat apolitique mais le candidat de l'UMP chère à Nicolas Sarkozy, il n'est pas candidat aux élections cantonales pour défendre les intérêts des 12 communes qui constituent le canton mais seulement ceux de sa chère ville de Givet. Les électeurs des 11 autres communes dont nous rappelons qu'elles représentent 60% de la population du canton sauront certainement apprécier cette révélation à sa juste valeur. Pour autant, qu'ils ne se leurrent pas, ce n'est pas la socialiste Michèle Marquet qui répondra à leurs besoins. La preuve? Sur le même marché, quelques militants socialistes distribuaient sans conviction un tract rédigé par les instances nationales de leur parti dans lequel ne figuraient que des généralités applicables à toute la France. Vous pouviez le retourner dans tous les sens, il ne comprenait aucune référence locale. Pour trouver un candidat qui prenne en compte les intérêts des 12 communes qui constituent le canton de Givet et qui fasse des propositions adaptées à ses besoins spécifiques, il faudra donc chercher ailleurs. Si nous avions un conseil à vous donner, regardez donc le programme proposé par notre candidat, Laurent Bouvier, et vous allez avoir une bonne surprise...



4 commentaires:

x a dit…

Depuis 20 ans le territoire se meurt parce que dès politique comme Wallendorff ne pensent qu'à leurs intérêts personnels.

C'est magouilles et compagnies, petites combines et vieilles ficelles !!

Assez, assez, c'en est trot, que le territoire se réveille et mette fin, une bonne fois pour toute, à cette monarchie élective de droit divin

mrc-08 a dit…

Nous sommes bien d'accord sur le constat: depuis 20 ans , le territoire se meurt! Nous sommes aussi d'accord sur la solution à laquelle il faut recourir: changer les dirigeants politiques en place. C'est pourquoi nous présentons un candidat qui a toujours considéré que l'intérêt collectif prime sur la somme des intérêts particuliers: Laurent Bouvier. En tant qu'électeur ou électrice, il ne tient qu'à vous de faire le choix du changement véritable.

lukather a dit…

Nous ne manquerons pas de tenter de changer les dirigeants politiques de ce territoire.

Cependant, ne nous y trompons pas : où s'exerce le pouvoir ? Aujourd'hui il n'est plus dans les communes, bien que les politiques y sont élus. Il se situe à la Communauté de communes et malgré tout ce que l'on ferra, le Prince de Givet en toujours Directeur général avec le pouvoir absolu sur des pantins qui, malgré leur appartenances politiques de gauche ou de droite, lui font la cour pour quelques euros afin de refaire voiries et autres aménagements.
Où est passée l'intégrité ??
Que proposez pour sortir de cet état de fait ?

mrc-08 a dit…

Nous sommes globalement d'accord avec votre analyse. A la Communauté de communes, les délégués des communes de Gauche votent presque systématiquement en faveur des projets proposés par celui que vous appelez le prince de Givet. C'est aberrant et choquant. Que proposons-nous ? De faire appel à l'intelligence des électeurs pour qu'ils choisissent des personnes courageuses qui sauront défendre les idées de la majorité de leurs mandants.
Ceci dit, il ne faut pas tout noircir. Certaines personnes ont eu le courage de dire Non lorsque c'était nécessaire. Un exemple ? Arnaldo Pescatori, représentant d'Aubrives au Conseil communautaire.